20 octobre, 2020
09 mai, 2021
15/04/2021
David Hein's Champions League Home Grown
to read

Demir, le talent de Tofas passé du Nigeria vers l'inconnu en Turquie

Afin d'encourager le développement d'un plus grand nombre de jeunes talents locaux, la Basketball Champions League exige de ses équipes qu'elles inscrivent au moins 5 joueurs locaux sur la feuille de match (si 11 joueurs ou plus sont inscrits, sinon 4 si la liste compte 10 joueurs ou moins). Beaucoup de ces joueurs sont considérés comme des talents de haut niveau dans leurs pays respectifs et je vais en examiner quelques-uns au cours de la saison.

BURSA (Turquie) - Tofas Bursa ne s'est peut-être pas qualifié pour le Final 8 de la Basketball Champions League. Mais le club a laissé une solide impression lors de sa première saison dans la compétition grâce à son style de jeu excitant, notamment en s'appuyant sur des joueurs turcs - et des jeunes de surcroît. En fait, Ege Demir n'était pas loin d'entrer dans l'histoire.

Demir a joué 56 secondes dans le premier match de la saison de Tofas en BCL et a compilé 1 rebond et 1 contre contre Keravnos.

"J'étais vraiment nerveux", a admis Demir, qui n'avait que 16 ans et 80 jours lorsqu'il est entré sur le terrain à Chypre le 3 novembre 2020.

Avec cette apparition, Demir est devenu le deuxième plus jeune joueur de l'histoire de la BCL, derrière le seul Lefteris Mantzoukas de Promitheas Patras, qui avait 15 ans et 94 jours lorsqu'il a débuté le 10 octobre 2018.

"Je pense que c'est une grande satisfaction, et je suis vraiment reconnaissant pour cette opportunité", a déclaré Demir.

L'ailier fort de 2,07 m a également joué le match retour contre Keravnos lors de la 9e journée et a inscrit ses premiers points à cette occasion.

"C'était vraiment génial. Après avoir marqué, le banc criait et hurlait. Le sentiment était vraiment génial", a déclaré Demir, qui a joué 1 minute et 37 secondes dans ce match.

Il a également joué 2:51 minutes contre la JDA Dijon et a signé un contre lors de ce match de la 7e journée. Sa dernière apparition a eu lieu lors de la 5e journée des Play-Offs contre Pinar Karsiyaka, avec 1 rebond et 1 interception en 4:19 minutes.

"C'était une grande opportunité et une grande expérience pour moi. Il y a eu de bons et de mauvais moments, mais dans l'ensemble, c'était une grande compétition", a déclaré Demir.

Découvert au camp Ujiri

L'aventure de Demir dans le basket a commencé il y a quatre ans et demi dans l'État de Kogi, au nord du Nigeria. Né sous le nom de David Ezekiel Itunge, il jouait à l'origine au football jusqu'à ce que quelqu'un invite un ami de la famille à venir regarder un match de basket à proximité.

"Il m'a emmené avec lui au match, et je n'ai pas aimé le basket parce que je ne comprenais pas le jeu. Mais après le match, on m'a donné de belles chaussures et un sac et à partir de là, j'ai commencé à aller à la salle de basket. Et plus tard, j'ai aimé ce jeu", se souvient Demir.

En 2017, il a participé à un camp de basket de jeunes près de chez lui, puis a été sélectionné parmi d'autres joueurs pour participer à un camp plus important organisé par Giants of Africa, l'organisation fondée par le président des Toronto Raptors, Masai Ujiri.

"Le camp était vraiment génial. On nous a enseigné quelques fondamentaux du basket-ball et nous avons joué quelques matchs. C'était génial", se souvient Demir.

C'est au camp Ujiri que Demir a été découvert. Selon le jeune homme, Tofas a contacté l'un de ses entraîneurs, Godwin Owingi.

"Ils ont discuté et m'ont demandé si je voulais jouer au basket et aller à l'école en Turquie. J'ai dit oui et c'est ainsi que je suis arrivé à Tofas", a-t-il déclaré.

C'est quoi la Turquie ?

Des années plus tard, cela semble tout à fait banal si l'on considère que vous auriez pu dire à Demir à l'époque qu'il allait sur Mars et qu'il n'aurait peut-être pas réalisé la différence.

"Je ne savais même pas qu'il y avait un pays appelé Turquie", dit-il en riant. "Je n'ai pas fait de recherches sur tout ça. J'étais juste heureux de pouvoir jouer au basket et d'aller à l'école en Europe. Je pouvais devenir un meilleur joueur, alors j'étais juste heureux."

Lorsqu'on lui a demandé quelles étaient ses premières impressions sur la Turquie, il a répondu : "J'étais vraiment nerveux et un peu effrayé - mais heureux."

Demir dit qu'il a vraiment appris à aimer les gens en Turquie, qui sont "si gentils et amicaux". Mais certaines choses lui manquent encore au Nigeria, où il est retourné deux fois depuis son arrivée.

"Ce qui me manque le plus, c'est ma famille, mes amis et les repas faits maison", a déclaré Demir, qui regrette vraiment la préparation d'igname pilée et de légumes ou la soupe Egusi de chez lui.

Pour en revenir à la saison en cours, Demir a vécu un autre moment fort. À l'origine, Tofas ne devait pas participer au célèbre tournoi Adidas Next Generation. Mais en raison de la pandémie de Covid-19, l'un des événements ANGT n'a pas pu avoir lieu à Munich en Allemagne et a été déplacé à Istanbul - et Tofas a reçu une invitation à jouer dans la compétition U18. Cela a donné à Demir une chance de faire ses preuves contre les meilleurs du continent.

En trois matchs contre le Real Madrid, le Zalgiris Kaunas et le Fenerbahçe Istanbul, Demir a signé en moyenne 16,7 points, 9,7 rebonds, 2,3 passes décisives et 3,3 contres - bien qu'il ait deux ans de moins que la plupart des jeunes de la compétition.

 

"J'ai appris que j'avais encore beaucoup de travail à faire et qu'il y avait vraiment beaucoup de bons joueurs de basket. Si je veux réussir, je dois travailler très dur", a déclaré Demir, qui a terminé la compétition à la première place à l'évaluation avec 24,0, à la troisième place au scoring et à la deuxième place aux rebonds et aux contres.

Cette saison, Demir a surtout joué pour l'équipe de jeunes de Tofas dans la ligue turque des moins de 19 ans. Et le big man a été presque aussi impressionnant que lors de l'événement ANGT, avec une moyenne de 10,6 points, 9,1 rebonds, 1,0 passe, 1,0 interception et 3,3 contres.

"Je n'ai aucun défi à relever dans la ligue", a-t-il déclaré avec une grande confiance. "Je joue aussi fort que je peux, mais je sais que je dois travailler dur et m'améliorer."

Faire confiance au processus

Demir a certes joué quatre matchs dans la Basketball Champions League, mais ce sont les seules apparitions qu'il a eues avec l'équipe professionnelle de Tofas cette saison. Et ce, malgré le fait que le jeune homme se soit entraîné avec l'équipe première.

"Je m'entraîne plus souvent avec les professionnels, et les joueurs de l'équipe A m'ont vraiment aidé", a-t-il déclaré. "Ils m'apprennent des techniques et du footwork".

La croyance de Demir en lui-même et en son avenir est visible en regardant le haut de son compte Instagram. Son profil comporte le hashtag #Trusttheprocess.

"Cela signifie beaucoup pour moi. Je crois que je vais arriver en NBA un jour, et c'est un processus. Je fais donc confiance dans le processus et je travaille aussi dur que possible", a-t-il déclaré.

Demir espère atteindre la NBA dans les trois prochaines années. Mais dans un avenir plus immédiat, il veut mener Tofas au titre de champion de Turquie des moins de 19 ans.

Deux de ses coéquipiers qui pourraient l'aider dans cet effort sont Batin Tuna et Bora Satir - deux jeunes qui ont également joué dans la Basketball Champions League cette saison, une ligue dans laquelle Tofas a laissé sa trace.

 

David Hein

David Hein

Walk into the media tribune of any major basketball event and there's a good chance you will come across David Hein. Having covered dozens of FIBA events, including numerous women's and youth events, there are few players Dave doesn't know about, and few players who don't know him. His sporting curiosity means he is always looking to unearth something new and a little bit special. David Hein's Champions League Home Grown is a weekly column digging out the freshest basketball talent in the competition and assessing what the basketball landscape will look like a couple of years down the line.