09 octobre, 2018
05 mai, 2019
22/12/2018
Tough Calls
to read

Coups de sifflet - Semaine 9

 

MIES (Suisse) - Chaque semaine, des experts analysent les matchs. Afin d'améliorer la compréhension des décisions des arbitres et d'accroître la transparence envers nos fans, nous publions certains de ces "coups de sifflet", accompagnés d'une explication.

Veuillez trouver ci-dessous les "coups de sifflet" de cette semaine :

Coup de sifflet 1: AEK vs CEZ Nymburk - Faute personnelle

Le n°24 noir est au poste bas avec le ballon et le dos tourné au panier. Le n°32 jaune défend légalement sur le joueur avec la balle afin de maintenir sa propre position. Lorsque le n°24 noir se retourne et fait face au panier, ses mouvements et ses bras (bras gauche) touchent le visage du n°32 jaune (visible en replay). Le contact a un effet sur le jeu et c'est illégal, mais c'est quand même une action normale de basketball. Une faute personnelle doit être infligée au n°24 noir.

Résultat : Décision correcte des arbitres. 

 

Coup de sifflet 2: medi Bayreuth vs SIG Strasbourg - Instant Replay System

Le n°24 blanc effectue un jump shot juste avant la fin de la période, le chronomètre affiche 0.0, et la lumière jaune à l'arrière du panneau indique la fin de la période. Les arbitres appellent une violation au chronomètre. Dans les 2 dernières minutes de jeu, les arbitres peuvent utiliser la vidéo (Instant Replay System) pour vérifier si la violation au chronomètre a été correctement signalée. En revoyant les images, il est visible que, lorsque le voyant jaune apparaît, la balle était encore dans la main du tireur et qu'une violation du chronomètre de tir s'est produite.

Résultat : Décision correcte des arbitres.

 

Coup de sifflet 3: JDA Dijon vs Brose Bamberg - Infraction du pied

Le n°4 bleu passe la balle, qui touche le pied du défenseur, le n°21 blanc, dont le pied est immobile. Un joueur ne doit pas courir avec le ballon, le frapper ou le bloquer délibérément avec une partie de la jambe ou le frapper avec le poing. Toutefois, le fait d'entrer accidentellement en contact ou de toucher le ballon avec une partie quelconque de la jambe ne constitue pas une infraction. Par conséquent, dans cet exemple, aucune violation ne devrait être appelée.

Résultat : Mauvaise décision de la part des arbitres.

 

Coup de sifflet 4: Filou Oostende vs Segafredo Virtus Bologna - Instant Replay System

Le n°3 jaune remonte la balle sur son dribble, et alors que son pied est au sol le n°9 noir crée un contact illégal avec sa hanche gauche. Les arbitres appellent la faute, l'horloge du match indique 0.0 et le voyant rouge apparaît en même temps pour la fin du quart-temps. Les arbitres peuvent examiner l'action à l'aide de la vidéo (Instant Replay System) afin de déterminer si le contact s'est produit avant que le voyant rouge ne s'éteigne et, le cas échéant, combien de temps devrait être remis au chrono (au moment du contact, et non pas du coup de sifflet). Le contact non réglementaire s'est produit avant l'apparition du voyant rouge, la faute doit être signalée avec 2 lancers-francs accordés au n°3 jaune, et l'horloge doit être remise à 0.3 seconde.

Résultat : Décision correcte des arbitres.

 

Coup de sifflet 5: Petrol Olimpija vs Promitheas Patras - Faute antisportive

Le n°6 blanc se dirige vers le panier et le défenseur n°3 noir crée un contact illégal par l'utilisation illégale de ses mains (contact sur le bras). L'arbitre appelle une faute antisportive. Il est possible d'examiner l'action à l'aide de la vidéo pour déterminer si le contact répond aux critères d'une faute antisportive et d'une éventuelle rétrogradation à une faute personnelle dans le cas contraire. L'examen est effectué normalement par l'arbitre en chef et l'arbitre qui a sifflé la faute. Si les arbitres ne sont pas d'accord sur le résultat de l'examen, l'arbitre en chef doit prendre la décision finale. Le contact illégal du n°3 noir est une action normale de basketball, et une faute personnelle doit lui être infligée, avec 2 lancers-francs accordés au n°6 blanc.