05 octobre, 2021
15 mai, 2022
21/01/2022
Igor Curkovic's Champions League Help-Side
lire

Qui est le meilleur joueur en un contre un de la Basketball Champions League ?

ZAGREB (Croatie) - Il n'y a pas de "I" (je) dans "team" (équipe), mais il y a un "I" dans "je veux voir ce gars en 1c1 à chaque fois qu'il entre sur le parquet". Nous avons essayé de déterminer à travers le regard et les chiffres qui sont les meilleurs joueurs en un contre un de la Basketball Champions League.

La motivation était assez simple, avec tous les chiffres fous en NBA ces deux dernières semaines. Et un simple tweet de Rob Perez nous a fait parler dans nos chats BCL, en essayant de trouver qui est le Shai Gilgeous-Alexander de notre compétition.

 

Tout d'abord, un avertissement. Nous ne cherchons que le quatrième meilleur joueur en un contre un de la ligue. Pourquoi ? Parce que Lavrio Megabolt arrive cette saison, et que le coach Christos Serelis aime le jeu en isolation plus que tout autre. Tyson Carter avait les meilleurs chiffres ISO contre la défense individuelle, Jerry Smith obtient le plus de points par possession sur les isolations, et n'oubliez pas que Dimitrios Kaklamanakis est parmi les leaders dans les situations de post-up.

Mais avec Carter parti de la ligue, et Lavrio éliminé dans sa série de Play-In, il est temps de donner la couronne à quelqu'un d'autre. Qui pourrait affronter Jesus Shuttlesworth en 1 contre 1 sur le playground sous les lampadaires et l'amener à s'engager dans une grande université d'État, ou marquer au moins cinq points face à lui comme Denzel Washington l'a fait en 1998 ?

(He Got Game est un film génial).

Levi Randolph (Filou Oostende)

Le fait que cet homme soit bon n'est pas une nouvelle. Nous l'avons vu évoluer dans la BCL depuis des années, nous l'avons vu s'élever au-dessus des défenses et nous l'avons vu réussir des tirs décisifs, mais maintenant qu'il a rencontré le système du coach Dario Gjergja, il semble que nous voyons le meilleur de Levi Randolph.

Prenez par exemple le troisième match contre Igokea m:tel sur la route. L'équipe locale a pris une avance de 12 points à la fin du troisième quart-temps, mais Randolph est devenu un Michael Jordan "et c'est devenu personnel pour moi" et a fait ceci :

Igokea 54-42
Deux points de Levi
Levi passe, Bratanovic marque à deux-points.
Levi marque à deux-points
Conger, deux-points
Bratanovic, deux-points
Levi trois-points
Levi passe, Djordjevic marque un panier à trois-points.
Levi passe, Bratanovic marque à deux-points.
L'avance d'Igokea est réduite à 61-60

Levi est incroyable. Il joue en isolation 21,8 % du temps sur le terrain, obtient 0,931 points par possession en isolation, et 1,176 en post-up selon Synergy, ce qui fait de lui un parfait partenaire de crime de Phil Booth.

Il a scoré 10 points ou + dans tous ses matchs de BCL cette saison, avec une moyenne de 17,9 points pour envoyer les champions de Belgique en huitièmes de finale. Si Jesus Shuttlesworth lui permettait de jouer en post-up côté gauche, il marquerait facilement cinq points.

John Roberson (SIG Strasbourg)

Un autre homme qui score à deux chiffres tout au long de la saison, le meneur de Strasbourg marque 17,6 points par match, tout en réussissant 45,1% de ses sept tentatives à trois-points par match.

Les statistiques avancées ne le voient pas jouer beaucoup en isolation, principalement à cause de la machine bien huilée de Lassi Tuovi qui s'est transformée en la deuxième meilleure attaque de la BCL cette saison (derrière le Galatasaray Nef), et les isolations ne sont pas vraiment une priorité là-bas.


Mais regardez ces clips au-dessus. Quand il est chaud, vous pouvez juste marcher dans l'autre sens, parce qu'il ne manque pas. Si Jesus Shuttlesworth lui permettait de chauffer (comme Denzel), il serait un joueur de la Big State avant la fin du match en 1c1.

Jalen Adams (Hapoel Bank Yahav Jerusalem)

Celui-ci est un peu particulier. Car Jalen Adams n'est pas le seul à jouer en isolation - il le fait 11,6 % du temps lorsqu'il est sur le parquet, Retin Obasohan 11,5 %. Mais Adams est beaucoup plus efficace, obtenant 0,769 points par possession, contre 0,267 pour Retin.

(Pour être juste envers Retin, il doit généralement jouer en fin de possession, d'où le faible ratop ici).

Adams est le tueur de Jérusalem. L'entraîneur Yotam Halperin ne voit aucun inconvénient à ce qu'Obasohan récupère le ballon et mette en place l'attaque, permettant ainsi à Adams de travailler dans la moitié du terrain.

Il a scoré 10 points ou + dans tous les matchs de la saison, avec des moyennes de 17,4 points et 2,3 chevilles cassées* par match, donc oui, on peut supposer qu'il marquera cinq points ou plus dans He Got Game.

 

*pas une statistique officielle.

Patrick Richard (U-BT Cluj Napoca)

Il faut qu'il y ait un facteur qui garantisse que Patrick Richard marque cinq points ou plus contre Jesus Shuttlesworth - il faut qu'il y ait un chrono ou une horloge des 24 secondes qui expire, car cela fait ressortir le meilleur du leader de Cluj.

Vous savez maintenant qu'il a scoré à deux chiffres dans tous les matchs de la saison, et qu'il a même flirté avec le triple-double lors du match contre Holon, où il a marqué 17 points assortis de 8 rebonds et 8 passes.

Mais dès qu'il s'isole, ce qui arrive 12,3 % du temps lorsqu'il est sur le terrain, il va probablement faire gagner un point ou deux ou trois à Cluj. Ses 0,9 points par possession en isolation sont une raison pour laquelle l'entraîneur Mihai Silvasan appelle son numéro lorsque des matchs sont en jeu.

De plus, c'est un homme de famille, donc il ferait tout pour voir un homme retrouver son père, donc oui, il va gagner le match pour libérer Denzel de la prison et le renvoyer dans la vie de Jésus.

D'Angelo Harrison (Prometey)

Oui, bien sûr que Dee est là. Ce qui est bizarre, c'est qu'il ne joue pas tant que cela en isolation, mais vous savez que Harrison sera toujours un candidat au titre de meilleur scoreur d'une ligue, et vous savez qu'il est une bonne option si vous avez besoin de points rapidement.

Il a une moyenne de 15,3 points par match cette saison, et ce qui est intéressant chez lui, c'est qu'il est tellement rusé. Vous ne savez littéralement pas ce qui va se passer, parce qu'il peut s'élever loin au-delà de l'arc, il peut trouver ses points à mi-distance, et il est assez fort pour atteindre la zone peinte, rester bas sur ses drives et vous punir comme il veut.

Pour être juste, il est ici parce que nous avons fait de lui un seau ambulant la saison dernière, et toute opportunité de ramener ce post est une bonne opportunité.

 

Melo Trimble (Galatasaray Nef)

Allez. Vous n'avez pas besoin de moi pour écrire autre chose que 33 points en 27 minutes, c'est sa ligne de stat du match contre ERA Nymburk pour commencer la saison.

Il n'a pas maintenu ce rythme pendant le reste de la saison, et il y a aussi un facteur où le gars qui joue le plus en un contre un dans cette équipe est Sadik Kabaca, qui poste (et marque) beaucoup, tandis que Dee Bost, DeVaughn Akoon-Purcell et Melo Trimble obtiennent juste un peu plus de trois possessions d'isolement par match. Combiné !

Il en marquerait huit contre Jesus Shuttlesworth, tous scorés derrière l'arc bien sûr.

DeWayne Russell (Nutribullet Treviso)

DeWayne Russell marque sur 52,4 % de ses isolations et obtient 1,143 points par possession, ce qui le place parmi les leaders statistiques de toute la BCL.

Mais, marquer des points sur des isolations n'est pas son fort. Il aime créer pour les autres, ses 5,6 passes décisives par match le placent dans le Top 10 de la BCL, et il s'intègre parfaitement au monstre à trois têtes avec Henry Sims et Tomas Dimsa.

Joe Thomasson (BAXI Manresa)

Les chiffres sont là pour démontrer que Joe Thomasson est le meilleur joueur en 1c1 de la BCL, car il joue en isolation 12,7 % du temps et marque 0,75 point par possession, ce qui est mieux que Sylvain Francisco qui joue en isolation 26,3 % du temps et marque 0,65 point par possession.

Mais honnêtement. Il est ici juste parce que c'est une chance d'avoir notre propre Iso Joe. Et les Iso Joe ne perdent jamais les matchs en 1 contre 1, jamais.

 

Ron Curry (VEF Riga)

Non seulement il serait un assez bon matchup contre Jesus Shuttlesworth, mais il aurait probablement un dunk ou deux qui feraient arrêter le tournage du film par l'équipe, comme ils l'ont fait lorsque Denzel a commencé à marquer plus que le score prévu de 11-0.

Curry joue en isolation pendant 21 % du temps qu'il passe sur le terrain, et son ratio 0,81 point par possession peut le justifier car le VEF Riga a ses périodes où il a besoin de quelqu'un pour faire des folies.

C'est généralement Curry ou Jalen Riley. Mais Curry est plus souvent en tête-à-tête ici, juste pour compléter ses dunks et ses contres.

Speedy Smith (Rytas Vilnius)

Voici une question délicate. Le rôle de Speedy Smith n'est pas vraiment de faire du 1c1. Avec 5,3 passes décisives par match, c'est un meneur qui passe en premier, il l'a été tout au long de sa carrière, et il a aidé le Rytas Vilnius à gagner 14 matchs consécutifs toutes compétitions confondues, et à faire 19-1 sur ses 20 derniers matchs.

Cependant, les chiffres suggèrent que Smith joue en isolation 18,3 % du temps et obtient 1,231 points par possession, ce qui est bien supérieur à la moyenne de la BCL. C'est un peu l'idéal. Un excellent joueur en un contre un, qui adore impliquer les autres.

Sinan Guler (Darussafaka)

Avant que vous ne me disiez : "Attendez, quoi, un joueur de 38 ans ?", écoutez-moi bien, car (1) le Darussafaka s'et qualifié en huitième de finale, (2) il a battu le double champion en titre, Hereda San Pablo Burgos, et (3) il est en chassse de la première place de la ligue turque.

Je pensais voir Troy Caupain avoir les meilleurs chiffres en termes d'isolations quand je suis arrivé à l'équipe blanche, verte et noire d'Istanbul. Mais c'est Guler qui a le plus de situations d'isolation, 12,2 % du temps lorsqu'il est sur le terrain, il marque sur 55,6 % de ses isolations et obtient 1,111 point par possession en isolation.

Ce sont des chiffres d'élite. Surtout pour un joueur de 38 ans. Je le vois déjà driver à gauche contre Shuttlesworth et trouver tous les angles bizarres sur ses shoots et ses layups. Cinq points dans He Got Game, facilement. Encore plus s'il est autorisé à demander des temps morts toutes les deux minutes.

Les chroniqueurs de la Basketball Champions League écrivent sur un large éventail de sujets relatifs au basket-ball qui les intéressent. Les opinions qu'ils expriment sont les leurs et ne reflètent en aucun cas celles de la FIBA ou de la Basketball Champions League.

La Basketball Champions League n'assume aucune responsabilité et ne donne aucune garantie ou représentation, implicite ou autre, pour le contenu ou l'exactitude du contenu et de l'opinion exprimés dans l'article ci-dessus.

Igor Curkovic

Igor Curkovic

Igor Curkovic is Basketball Champions League's writer and editor since day one of the competition, specializing in Live Blog coverage of the games and sorting out the teams on Mondays, in the Power Rankings. When he's not watching basketball, he's commentating Croatian Second Division soccer games for TV.