08 octobre, 2019
04 octobre, 2020
05/10/2020
Review
to read

Hereda San Pablo Burgos contre AEK - Analyse tactique

ATHENES (Grèce) - Comme prévu, les deux équipes ont débuté avec les mêmes cinq de départ qu'en demi-finales. En particulier, Rabaseda a commencé pour défendre sur Keith Langford, mais c'est une question différente posée avant le match qui a trouvé sa réponse en premier lieu. Yannick Moreira avait été une véritable arme au poste contre Saragosse, la question était de savoir si l'AEK allait l'opposer d'entrée à Dejan Kravic ? Nous n'avons pas eu besoin d'attendre longtemps pour avoir la réponse. Moreira a utilisé un très beau mouvement pour déborder son vis-à-vis et remporter la première bataille des anciens champions.

 

Il y avait cependant des signes avant-coureurs positifs pour Burgos et Kravic. L'AEK est une équipe à prédominance de demi-terrain et si vous êtes capable de contenir leurs arrières sur pick-and-roll, alors au moins vous pouvez les forcer à vous battre avec des shoots difficiles.

Dans le clip ci-dessous, Kravic est resté devant Langford jusqu'à ce que Rabaseda puisse récupérer son joueur après l'écran, puis il est rapidement revenu sur Moreira avant que son roll au panier ne puisse aspirer des défenseurs supplémentaires. Langford a donc tenté un tir difficile face à Rabaseda et, même si ce tir semblait pouvoir tomber dedans, Kravic l'a nettoyé du cercle - une possession défensive d'élite de la part du grand Serbe.


Comme prévu, l'AEK s'est également tourné très tôt vers Langford. Au premier regard sur le clip suivant, il semble que Burgos était heureux de le défendre en 1v1. Cependant, si vous regardez à nouveau, vous pouvez voir que Kravic se demande s'il doit venir doubler. Ensuite, regardez la scène derrière cela et vous pouvez voir Rabaseda se battre pour boxer Moreira au milieu. Si Moreira avait pu passer devant, alors Langford aurait pu faire la passe quand Kravic viendrait doubler. Kravic aurait pu y aller pour dissuader le tir, mais - peut-être à cause d'une mauvaise communication avec Rabaseda - il ne l'a pas fait. Penarroya était visiblement frustré.

 

Tout allait dans le sens d'AEK pour commencer le match. Peu après cette action, Rabaseda a commis sa deuxième faute et a dû s'asseoir, emportant avec lui l'opposition la plus solide que Burgos pouvait proposer à Langford. Le MVP s'est rapidement mis au travail sur Benite, marquant un panier difficile sur une bonne défense, puis un autre panier en isolation au poste.

Burgos, en revanche, a mal commencé commencé le quart-temps et n'a pas pu acheter un tir. Les signes prometteurs étaient là, dans la qualité des tirs qu'ils ont générés, simplement ils ne tombaient pas (encore) dednas. Puis, en fin de quart-temps, ils ont fait ce que Saragosse et Nymburk n'avaient pas réussi à faire avant eux. Ils ont poussé le tempo et ont fait courir l'AEK.


Il s'est avéré que ces deux paniers en transition ont fini par être absolument vitaux puisque l'AEK a envoyé sa deuxième unité et que Tyrese Rice a fait ce que Tyrese Rice a fait depuis son arrivée en Europe. L'ancien MVP a scoré 7 points en moins de deux minutes.


Il s'est avéré que ces deux paniers en transition ont fini par être absolument vitaux puisque l'AEK a envoyé sa deuxième unité et que Tyrese Rice a fait ce que Tyrese Rice a fait depuis son arrivée en Europe. L'ancien MVP a scoré 7 points en moins de deux minutes.


Omar Cook a réussi un 5/5 à trois-points en première mi-temps, établissant un record de tirs primés en deux quarts-temps lors d'une finale. Une fois qu'il a commencé à faire tomber ces tirs contre la défense de l'AEK, il était toujours clair que des questions seraient posées sur le plan de jeu mais pour répondre à ces questions, il faut connaître l'histoire de cette compétition - surtout pour l'AEK dans cette salle et surtout contre les adversaires espagnols. En 2018, l'AEK était passé devant une équipe très dangereuse de Murcia (une équipe qui avait aussi Vitor Benite) et l'un de leurs plans de match les plus réussis avait été de passer sous les écrans sur Charlon Kloof.

 

Il est trop simpliste de dire que le plan de match était mauvais pour l'AEK. Omar Cook, en particulier, était à 1/3 derrière l'arc dans ce Final 8 avant le match et a tiré 36% la saison précédente avec Gran Canaria. C'était un risque calculé, Omar Cook a juste relevé le défi.

Cette équipe de Burgos avait été impitoyable après avoir reniflé le sang toute la semaine et avec les requins qui tournaient en rond, McFadden à sorti les tours dont il a le secret. Nous avions déjà vu que les joueurs de Burgos trouvaient des moyens de pousser le rythme et d'obtenir des positions ouvertes en transition, McFadden a dynamité la défense grecque et a forcé Papatheodorou à demander un temps mort.


Ils n'ont pas seulement gagné la bataille des points de transition non plus. Burgos a également remporté la bataille sous les paniers avec 11 rebonds offensifs et la bataille des rotations, puisqu'ils ont battu AEK 55-44 aux points venus du banc. Le clip suivant de Miquel Salvo illustre parfaitement ce point.


L'AEK avait trop d'armes pour se coucher sans riposter et lorsqu'ils se sont lancés dans une action éprouvée pour faire sortir Lojeski derrière l'arc dans le quatrième quart, il semblait qu'ils pourraient trouver un moyen de revenir dans le jeu.


Nikos Gkikas doit également être félicité pour son rôle dans la tentative de riposte de l'AEK. Gkikas - comme il l'a fait toute la semaine - a joué en défense et cette action en transition était exactement le genre d'action dont AEK avait besoin pour créer des tirs faciles parce qu'ils avaient vraiment du mal sur demi-terrain.


Marcus Slaughter a fait un retour miraculeux au jeu après être sorti sur blessure et a fait des actions défensifs comme vous savez qu'il le fera toujours. Dans le clip suivant, vous voyez un type de défense sur pick-and-roll beaucoup plus habituel de la part d'une équipe de Papatheodorou. Regardez comment ils piègent Thad McFadden et forcent la balle perdue.


Puis il y a eu une brève lueur lorsqu'ils ont réussi à marquer un tir, à voler un ballon grâce à la presse et à marquer à nouveau.


Le problème avec la presse, c'est qu'elle laisse toujours une équipe ouverte aux mismatches et à la possibilité d'attaquer une défense désorganisée si elle s'effondre. Et une défense sous pression s'effondrera presque toujours à un moment donné. Alex Renfroe a été excellent tout au long du match sur le plan défensif et a apporté de la justesse sur le plan offensif. Quand il a eu l'occasion d'attaquer un Marcus Slaughter blessé, l'occasion était là pour tuer le jeu et il l'a saisie.

 

L'AEK devra considérer cette énorme opportunité manquée et nous devrons attendre de voir combien de joueurs de cette équipe resteront pour attaquer la nouvelle saison. Du côté positif, ils ont fait un show incroyable pendant la semaine et ont atteint une deuxième finale de BCL. Il est assez clair que la présence de l'AEK dans ces tournois pour le titre va être un thème récurrent. Ils seront de retour.

Pour Burgos, c'est l'histoire de conte de fées la plus complète que leurs fans puissent souhaiter voir. Il y a plus d'un an, ils sont passé sortis des qualifications et maintenant ils sont champions. Pendant toute la saison, cette équipe a connu une alchimie incroyable et l'ambiance des vestiaires a été aussi divertissante que l'équipe jouant sur le terrain. Que cela continue longtemps. C'est le premier titre européen pour un club qui n'a été fondé qu'en 2015. Ils jouent devant une salle bruyante et bondée, ils remportent des trophées, ils ont un entraîneur incroyable, ce club est définitivement dans la bonne direction.

Diccon Lloyd-Smeath

Diccon Lloyd-Smeath

Diccon is a basketball coach and analyst living in Madrid. Constantly digging in the crates of box scores and clicking through hours of game footage. Diccon is on the hunt for the stories within the stories. If you like to get a closer look at what’s going in the Basketball Champions League, you have found it.