09 octobre, 2018
05 mai, 2019
28/01/2019
Tough Calls
to read

Coups de sifflet - Semaine 12

MIES (Suisse) - Chaque semaine, des experts analysent les matchs. Afin d'améliorer la compréhension des décisions des arbitres et d'accroître la transparence envers nos fans, nous publions certains de ces "coups de sifflet", accompagnés d'une explication.

Veuillez trouver ci-dessous les "coups de sifflet" de cette semaine :

Coup de sifflet 1: Fribourg Olympic v Nanterre 92 - Faute antisportive

Le n°99 blanc a le ballon en tête de raquette et son coéquipier, le n°50 blanc, roule vers le panier après l'écran. Le défenseur n°13 vert saisit et tient le maillot du n°50 blanc. Il ne s'agit pas d'une tentative légitime de jouer directement la balle dans l'esprit et l'intention des règles (C1) et une faute antisportive devrait être infligée au n°13 vert et deux lancers-francs accordés au n°50 blanc, ainsi qu'une remise en jeu pour l'équipe blanche.

Résultat : Mauvaise décision de la part des arbitres.

 

Coup de sifflet 2: Montakit Fuenlabrada v AEK - Instant Replay System

Le n°32 noir se dirige vers le panier et le n°30 rouge saisit et tient son bras gauche, ce qui crée une action illégale de la part du n°30 rouge.

La nature de l'action du n°30 rouge est un contact dur et excessif causé par un joueur dans l'intention de jouer le ballon ou un adversaire, et une faute antisportive devrait être sifflée à l'encontre du n°30 rouge et deux lancers-francs accordés au n°32, et en plus, une remise en jeu pour l'équipe noire.

Les arbitres peuvent également utiliser le système de revisionnage instantané (Instant Replay System=) pour vérifier si une faute personnelle, antisportive ou disqualifiante répond aux critères d'une telle faute, si elle doit être surclassée ou déclassée, ou si elle est considérée comme une faute technique.

Résultat : Décision correcte des arbitres.

 

Coup de sifflet 3: Banvit v Sidigas Avellino - Contact marginal

Le n°13 blanc effectue un jump shot et dans l'action, il bouge sa jambe droite vers l'avant. Le défenseur n°21 noir est en retard et dépasse le tireur, dont la jambe droite crée un contact avec le n°21 noir . Le contact est considéré comme marginal, car il n'a aucune influence sur le joueur défensif, il est créé par le joueur offensif. C'est pourquoi aucune faute ne doit être appelée.

Résultat : Mauvaise décision de la part des arbitres.

 

Coup de sifflet 4: UCAM Murcia v Anwil - Écran illégal

L'équipe bleue a le ballon et le n°23 bleu pose un écran sur le n°27 blanc au-dessus de la ligne de lancer-franc. Comme l'écran est placé en dehors du champ de vision d'un adversaire stationnaire, le poseur d'écran doit permettre à l'adversaire de faire un pas normal vers l'écran sans provoquer un contact. Si l'adversaire est en mouvement, les éléments de temps et de distance s'appliquent. L'écran doit laisser suffisamment d'espace pour que le défenseur puisse éviter l'écran en s'arrêtant ou en changeant de direction.

La distance requise n'est jamais inférieure à un pas minimum et jamais supérieure à deux pas normaux. Par conséquent, dans cette situation, une faute sur le n°23 bleu doit être appelée (écran illégal).

Résultat : Décision correcte des arbitres.

 

Coup de sifflet 5: PAOK v Opava - Instant Replay System

Le n°32 blanc roule vers le panier et le n°6 bleu crée un contact illégal, qui s'appelle une faute antisportive.

Les arbitres décident d'utiliser le système de revisionnage instantané pour vérifier si une faute personnelle, antisportive ou disqualifiante répond aux critères d'une telle faute ou doit être surclassée ou déclassée, ou être considérée comme une faute technique, ce qui est possible selon les règles.

Après l'examen, les arbitres décident de déclasser la décision initiale en une faute à l'encontre du n°6 bleu, ce qui est une décision correcte car l'action illégale du n°6 bleu est une action normale de basketball et ne répond pas aux critères d'une faute antisportive.

Résultat : Décision initiale incorrecte de la part des arbitres (faute antisportive), mais décision correcte de déclasser la faute en une faute personnelle après l'examen de la vidéo.