09 octobre, 2018
05 mai, 2019
12/03/2019
David Hein's Champions League Home Grown
to read

Hazer au bon endroit au bon moment à Banvit

Pour encourager le développement d'un plus grand nombre de jeunes talents locaux, la Basketball Champions League requiert que ses équipes inscrivent au moins 5 joueurs formés localement sur la feuille de marque (si 11 joueurs ou plus sont inscrits, sinon 4 si le roster compte 10 joueurs ou moins). Beaucoup de ces joueurs sont considérés comme des talents de haut niveau dans leurs pays respectifs et j'y jetterai un coup d'œil tout au long de la saison.

BANDIRMA (Turquie) - Sehmus Hazer a dû convaincre ses parents de le laisser quitter la maison à 16 ans pour passer à l'étape suivante. Mais ce voyage de 1 500 kilomètres a placé l'arrière shooteur au bon endroit et au bon moment avec Banvit dans la Basketball Champions League.

Hazer, qui vient d'avoir 20 ans le 15 février dernier, a déjà démontré qu'il peut jouer un rôle solide avec Banvit puisqu'il a obtenu une moyenne de 8,6 points, 2,6 rebonds, 1,3 passes et 0,9 interception en neuf matchs de la BCL cette saison ainsi que 5,5 points, 2,0 rebonds et 0,9 passe dans la BSL turque. Et c'est en fait la deuxième saison de l'arrière d'1,90 m en Basketball Champions League après avoir cumulé 4,2 points et 1,3 rebonds en 10,5 minutes la saison dernière pour l'équipe qui a atteint les quarts de finale.


"Jouer à un jeune âge en Europe est vraiment impressionnant. C'était un rêve, et je l'ai réalisé. Je suis plutôt heureux. Mais ce n'est pas suffisant. Je dois aller plus loin ", a dit M. Hazer.

Apprendre de Rautins, Taylor and Vidmar

Le jeune talent a vraiment profité de son passage au sein de la top équipe de Banvit la saison dernière, jouant aux côtés d'Andrew Rautins, Tony Taylor et Gasper Vidmar.

"J'ai appris beaucoup de choses sur le terrain et en dehors du terrain ", a-t-il admis.

L'entraîneur de Banvit la saison dernière, Saso Filipovski, a aidé les jeunes joueurs du club à progresser.

Ces vétérans ont non seulement aidé Hazer, mais aussi les autres jeunes joueurs de l'équipe - tout comme l'entraîneur de la saison dernière, Saso Filipovski.

"C'était si agréable de travailler avec Saso. Il a pris soin de nous à chaque séance d'entraînement. Cela nous a aidés à nous améliorer ", a dit M. Hazer.

Banvit et sa jeunesse

Banvit est devenu synonyme d'aide au développement des jeunes joueurs, ce qui attire les joueurs à Bandirma, une ville d'environ 143 000 habitants située sur la mer de Marmara dans le nord-ouest de la Turquie.

Bandirma se trouve également à environ 1 500 kilomètres de Batman, où Hazer est né et a grandi avec un frère et une sœur. Hazer a commencé à jouer au football dès son plus jeune âge.

"Puis mes amis qui s'intéressaient au basket m'ont invité à me joindre à eux et à jouer au basket avec eux. Ce furent mes premiers pas sur les terrains de basket."

Hazer a grandi en regardant les matchs du Panathinaïkos et de l'équipe nationale de Grèce, alors qu'il devenait un grand fan de Dimitris Diamantidis.

 

"Mon idole est Diamantidis. J'aime toujours regarder les matchs de sa carrière, a dit Hazer, dont le dernier club à Batman était à Petrolspor avant son déménagement à Banvit.

Ce grand voyage à travers la Turquie n'a pas eu lieu tout de suite, car la famille de Hazer était contre le fait de l'envoyer hors de la maison.

"La famille ne m'a pas laissé aller à Bandirma au début. Mais ils se sont alors rendu compte que c'était la meilleure option pour moi d'y aller ", explique Hazer.

Le déménagement n'a pas été difficile pour lui, cependant.

"Ce n'était pas si difficile parce que j'ai un rêve en tête, dit Hazer. "Et la ville de Bandirma n'est pas une si grande ville quand on pense aux autres villes de Turquie. La raison pour laquelle j'ai choisi Banvit, c'est que je peux m'améliorer très rapidement."

 

Gürgen à la tête d'une top équipe

Le départ à l'intersaison de Filipovski à Monaco a vu Banvit décider de promouvoir Ahmet Gürgen, l'entraîneur des jeunes - de longue date - au poste de head coach. Hazer connaissait Gürgen depuis qu'il avait joué pour lui dans l'équipe de jeunes du club.

"Il accorde de l'importance au développement des jeunes joueurs, explique Hazer.

Ahmet Gürgen connaissait Sehmus Hazer dans les rangs des jeunes de Banvit avant de prendre la tête de l'équipe

Les difficultés de l'équipe en Super League turque ont conduit la direction à destituer Gürgen de son poste d'entraîneur, mais à le maintenir dans le club et à le remplacer par Hakan Demir.

"Comme nous étions une équipe jeune et relativement nouvelle, coach Gürgen nous a toujours dit de nous battre. Maintenant, nous avons un nouvel entraîneur, mais il dit aussi aux jeunes joueurs de se battre," dit Hazer. "Je peux dire que je suis au bon endroit et au bon moment."

Heureux d'être dans l'équipe d'Atar

C'est la deuxième d'Hazer avec l'équipe phare de Banvit. Il a obtenu en moyenne 4,0 points, 0,7 rebonds et 0,5 passes en 22 matchs de la ligue turque la saison dernière et 14,1 points, 3,6 rebonds, 2,3 passes et 1,8 interceptions dans la deuxième ligue turque, la TBL... Mais Hazer n'a pas seulement vécu toutes ces expériences avec des coéquipiers adultes. Ragip Atar était là depuis le début.

 

Le jeune espoir d'Izmir, âgé de 19 ans, s'est également installé à Bandirma en 2015 pour rejoindre Banvit. Et Atar et Hazer ont développé une étroite complicité au cours des trois dernières années.

"Nous sommes des amis très proches. Nous traînons ensemble en dehors de l'entraînement," dit Hazer, qui admet qu'il était heureux de ne pas avoir à affronter Atar.

"C'est un assez bon joueur à son âge. Nous avons de la chance qu'il soit dans notre équipe parce que je ne veux pas le voir comme un rival ", a déclaré Hazer.

Ce lien n'a fait que se resserrer au cours des deux derniers étés, puisque le duo né en 1999 a joué ensemble pour les équipes nationales de jeunes de Turquie - à la fois au Championnat d'Europe FIBA U18 2017 et au Championnat d'Europe FIBA U20 2018.

 

Ragip Atar (n°35) et Sehmus Hazer (n°2) ont joué ensemble l'été dernier au Championnat d'Europe FIBA U20 2018.

"C'est toujours un grand honneur de faire partie de l'équipe nationale ", a déclaré Hazer, qui a signé en moyenne 9,6 points, 3,7 rebonds, 1,7 passes décisives et 1,6 interception au tournoi U18.

Cette compétition en Slovaquie, où la Turquie a terminé quatrième, était presque une réunion de Banvit puisque l'équipe comprenait Hazer, Atar et leurs coéquipiers Eray Akyuz, Erkin Senel et Alperen Demir.

"Jouer avec eux en équipe nationale me procure toujours du bonheur", explique Hazer.

Lors du tournoi des moins de 20 ans l'été dernier en Allemagne, Atar a mené l'équipe au scoring (15,1 ppg) et aux rebonds (6,7 rpg), tandis que Hazer s'est amélioré au cours du tournoi avec des moyennes de 10,7 points, 2,4 rebonds, 1,4 passe et 1,3 interception au sein d'une équipe turque qui a terminé cinquième.

"Je pense que nous avons réalisé une bonne performance, tant individuellement que collectivement. Nous aurions pu finir plus haut, mais nous n'avions pas assez d'expérience. Mais nous formons une très bonne équipe, a dit Hazer. "Notre expérience a augmenté du premier au dernier jour et au fur et à mesure que nous jouions les matches, nous avons pris confiance en nous."

“Merveilleux sentiment” d'attirer l'attention

Grâce à ses performances pour Banvit et pour la Turquie, le nom de Hazer devient de plus en plus connu des scouts, ce qui lui apporte également une attention supplémentaire. Et Hazer, qui dit qu'il s'efforce d'être plus patient et plus efficace dans le pick and roll, apprécie vraiment l'attention.

"C'est un sentiment merveilleux", a-t-il admis.

Hazer dit également qu'il apprécie d'être considéré comme quelqu'un que les jeunes en Turquie admirent.

"Je veux être une icône pour eux."

Pause imprévue

Hazer a connu de bons premiers mois de la saison, signant au moins 11 points en quatre matchs de la BCL et trois matchs de la BSL avant la fin décembre. Mais le coaching staff de Banvit a décidé de ne pas faire jouer Hazer à plusieurs reprises et il n'est revenu sur le terrain que le week-end dernier lors du match de ligue turque de Banvit contre Tofas Bursa avec 1 rebond en six minutes lors de son premier match depuis le 12 janvier. La dernière apparition de Hazer en BCL a eu lieu le 9 janvier contre Ventspils, où il a joué 2 minutes.


Banvit a confirmé que Hazer n'a pas été blessé, il est même apparu au All Star Game turc fin janvier. Mais maintenant que le jeune homme est de retour sur le terrain, il sera d'autant plus motivé pour revenir au niveau où il était en décembre.

Toujours en vie pour un retour aux quarts de finale

L'équipe de Banvit est toujours en vie pour les quarts de finale de la Basket Champions League, puisqu'elle n'a perdu le match aller des huitièmes de finale à Brose Bamberg de seulement deux points, 81-79. Et Banvit a encore des chances de se qualifier pour les Playoffs de la Super Ligue turque après un début de saison difficile.

"Notre objectif en tant qu'équipe est de toujours finir parmi les meilleurs, tant dans notre propre championnat qu'en Europe. Nous l'avons fait chaque année. Je ne vois aucune raison de ne pas réussir cette année ", dit Hazer.

Et Hazer est au bon endroit au bon moment pour participer à ce succès.


Les chroniqueurs de la Basketball Champions League écrivent sur un large éventail de sujets relatifs au basket qui les intéressent. Les opinions qu'ils expriment sont les leurs et ne reflètent en aucun cas celles de la FIBA ou de la Basketball Champions League.

La Basketball Champions League n'assume aucune responsabilité et ne donne aucune garantie, ou représentation, implicite ou autre, pour le contenu ou l'exactitude du contenu et de l'opinion exprimée dans l'article ci-dessus.

David Hein

David Hein

Walk into the media tribune of any major basketball event and there's a good chance you will come across David Hein. Having covered dozens of FIBA events, including numerous women's and youth events, there are few players Dave doesn't know about, and few players who don't know him. His sporting curiosity means he is always looking to unearth something new and a little bit special. David Hein's Champions League Home Grown is a weekly column digging out the freshest basketball talent in the competition and assessing what the basketball landscape will look like a couple of years down the line.