09 octobre, 2018
05 mai, 2019
27/04/2019
Long Read
to read

Basket City est de retour - Focus sur la Virtus Bologne

BOLOGNE (Italie) - Cela fait exactement dix ans que le Black V a remporté l'EuroChallenge en 2009 et dix-huit ans qu'il a remporté la Triple Couronne (Serie A, Coupe d'Italie et EuroLeague) en 2001. Mais finalement, après avoir surmonté quelques obstacles, Segafredo Virtus Bologna est de retour et va lutter pour un titre européen. Ce club a connu des hauts et des bas au fil des ans, mais 15 titres de champion d'Italie, huit Coupes d'Italie et trois titres européens suggèrent qu'il y a peut-être déjà eu plus de hauts que beaucoup d'autres clubs n'auraient pu rêver. Le temps de parler du passé, cependant, est révolu. Pour Sasa Djordjevic, Kevin Punter et le gang, c'est l'avenir qui compte.

C'est un groupe qui a été construit pour gagner. Dès le premier match au PalaDozza contre Neptunas Klaipeda, l'équilibre de cette formation a pris sens. Kevin Punter est le meilleur scoreur de l'histoire de la Basketball Champions League et est, sans aucun doute, l'un des scoreurs les plus doués de cette compétition. Autour de lui se trouve Tony "l'ordinateur" Taylor au poste de meneur qui gère la distribution, Pietro Aradori est la deuxième arme sur le terrain, Dejan Kravic et Brian Qvale apportent le muscle, avec Filippo Baldi Rossi le sniper dans la tour. Amath M'Baye est le chef de la sécurité, qui est aussi un psychologue du sport - sa confiance inébranlable en attaque permet à tout le monde de rester concentré.

Sur le plan défensif, Kelvin Martin est le rottweiler au cœur d'or. David Cournooh apporte aussi sur le volet défensif et shoote avec confiance et constance. Alessandro Pajola est l'un des meilleurs jeunes arrières défensifs d'Europe et Matteo Berti et Alessandro Cappelletti sont prêts dès qu'ils sont appelés sur le terrain. Si ce groupe n'avait pas eu l'air assez fort après avoir remporté les sept premiers matchs de la BCL, lorsque l'occasion s'est présentée d'ajouter de la puissance de feu, le Black V a ajouté plus de rebond à l'intérieur avec Yanick Moreira et s'est offert Mario Chalmers, deux fois champion de la NBA à l'arrière.

.

View this post on Instagram

🤤 @VirtusSegafredoBologna put on a show during the #BasketballCL season! Here are their 5⃣ best plays!

A post shared by Basketball Champions League (@basketballcl) on

 

La route vers le Final Four

Les choses n'auraient pas pu aller mieux quand la Virtus a rallumé son ancienne flamme en Europe. Une victoire en prolongation contre Neptunas Klaipeda a fait basculer la PalaDozza et a été rapidement suivie de victoires contre Ostende, Olimpija, Bayreuth, Strasbourg et Besiktas. Bien sûr, cela n'a pas toujours été facile. Après un départ canon de 7-0, la Virtus a perdu quatre des six matches suivants dans la compétition et a commencé à paraître un peu plus humaine. Une victoire en prolongation contre Promitheas Patras semblait avoir stabilisé le navire avant les Play-Offs. Mais pour un club comme Segafredo Virtus Bologna, la régularité ne suffira jamais et après la première manche des huitièmes de finale, les Black V ont finalement trouvé leur homme. On disait que Virtus poursuivait Sasa Djordjevic depuis un certain temps. Après avoir fait match nul au Mans au match aller, cet ancien ennemi de Fortitudo, a signé pour le camp adverse de l'autre côté de Bologne.

Il en a résulté un regain de confiance instantané et spectaculaire. Virtus a anéanti Le Mans dans son PalaDozza et ses fans ont trouvé un nouveau héros. Les quarts de finale ont été synonymes d'une plus nouvelle opposition française. Cette fois sous la forme des Green Lights de Nanterre 92. Jeremy Senglin & Co avaient l'air d'un dangereux adversaire après avoir éliminé Besiktas Sompo Japan et ils se sont montrés encore plus dangereux près de Paris, l'attaque de Virtus ayant plafonné au match aller. Djordjevic et son équipe sont rentrés à la maison avec un déficit de 8 points à combler. Les fans de Bologne n'avaient pas à s'inquiéter. Ces huit points peuvent sembler beaucoup pour la plupart des équipes, mais quand on a ce genre d'ambiance derrière soi et ce genre de talent dans son roster, c'est une goutte d'eau dans l'océan. Pour la deuxième fois dans les Play-Offs, une équipe française est venue à Bologne et s'est écrasée comme une vague contre une falaise noire. Les 16 points d'Amath M'Baye à 60% aux tirs ont bien aidé l'équipe italienne et ont valu au Français une place dans l'équipe des quarts de finale.

View this post on Instagram

➡ Swipe up to recap tonight's results! #BasketballCL

A post shared by Basketball Champions League (@basketballcl) on

 

Stats

Segafredo Virtus Bologna entre dans le dernier carré avec l'un des profils statistiques les plus intrigants. Sur le plan défensif, ils mènent toutes les équipes du Final Four en terme de contres - ils dévient plus de 7 % des tirs de leurs adversaires. Ils mènent également le Final Four - et la Ligue des Champions de Basketball en général - au niveau des interceptions. Lorsque vous combinez cela avec le pourcentage de balles perdues le plus bas de la Ligue, vous obtenez l'image d'une équipe avide qui vous enlève le ballon et qui n'aime pas vous le rendre. Sur le terrain, ce ne serait pas très amusant de jouer avec ça, mais quand il s'agit de gagner, être mort de faim est seulement une bonne chose. Cette équipe mène également toutes les équipes des Play-Offs pour les points dans la peinture avec 35,3 par match. Virtus - comme l'AEK la saison dernière - est au dernier rang pour le pourcentage de ses points qui proviennent d'une passe décisive (49,9% en pourcentage de passes). Partager le ballon a certainement l'air bien et crée souvent des tirs efficaces, mais quand il s'agit de matchs à la vie à la mort, la capacité de créer ses propres tirs et de mettre dedans est aussi vitale.

Si nous plongeons un peu plus profondément dans les dix derniers matchs de Virtus dans la BCL, nous pouvons clairement voir l'impact frappant de l'arrivée de Sasa Djordjevic, surtout dans ces deux matches à domicile. Si vous regardez le classement défensif de Virtus pour les deux matchs à domicile en Play-Offs, ils sont tous les deux les meilleurs de la saison. Le Black V n'a concédé que 82 points pour 100 possessions dans les deux parties. Il est intéressant de noter que la pire performance défensive de Virtus de la saison a été le match entre les deux, avec 123 points pour 100, sur la route à Nanterre 92. Ce que nous pouvons également observer, c'est une relation presque à contre-courant entre la production statistique et les résultats positifs. Virtus a retourné le ballon moins que n'importe quelle autre équipe toute la saison, pourtant, dans les cinq matchs où son pourcentage de balles perdues a chuté sous sa moyenne de la saison (10,5%), le résultat a été trois défaites et seulement deux victoires. Pour exagérer encore, la pire performance de l'équipe italienne au cours des dix derniers matches en terme de balles perdues a été réalisée lors de sa victoire face à Nanterre 92 dans le PalaDozza. Le rythme a également été un facteur clé pour cette équipe de Bologne au cours des dix derniers matches. Cette équipe joue à un rythme moyen de 72 possessions sur 40 minutes. Sur les six matches qu'il a joués plus lentement que cela, ils en ont perdu quatre. Virtus est invaincu lorsqu'elle joue plus de 72 possessions sur 40 minutes.

 

Le profil de tir de cette équipe de Virtus Bologna est sans aucun doute celui d'une équipe qui peut tirer près du cercle quand elle en a besoin. La Virtus prend 57% de ses tirs directement près du cercle. Ce nombre est en fait inférieur à celui de certaines des quatre autres équipes finalistes, mais si l'on considère que les Italiens marquent plus de points dans la peinture que les autres clubs, on comprend que le volume des tirs est beaucoup plus élevé. Le corner droit et le poste bas côté droit sont également des zones chaudes et cette équipe tire à plus d'un point par tir à partir des deux zones poste bas et depuis quatre des cinq zones en dehors de l'arc.

Si vous regardez la carte des joueurs, vous pouvez voir Dejan Kravic en tête, tirant à plus de 70% près du cercle. Notez aussi qu'Amath M'Baye a une réussite incroyablement haute à partir du bloc droit et du coude gauche. Quand le match se joue, le ballon atterrit souvent dans les mains de Kevin Punter mais ne soyez pas surpris de voir Sasa Djordjevic donner le nom du Français, quand il s'agit de scorer dans le périmètre.

Roster

Le tableau ci-dessous vous montre les rotations des minutes de la Virtus lors des Play-Offs. Vous pouvez voir un cinq de départ constant avec Taylor, Punter, Aradori, M'Baye et Kravic. Lorsque nous comparons ce tableau à la façon dont le roster a été utilisé pendant la saison régulière, il y a peu de changements majeurs dans la rotation. La principale différence est que l'arrivée en fin de saison de Mario Chalmers dans la deuxième unité s'est faite au détriment des minutes d'Alessandro Pajola. C'est certainement un coup dur pour le talentueux jeune Italien, mais le temps est avec lui et la plupart des équipes qui ont eu l'occasion d'ajouter un double champion NBA, auraient fait la même chose. Ce que vous pouvez également voir dans ce tableau, c'est que Chalmers a été parmi les joueurs en qui l'entraîneur Djordjevic a eu confiance pour terminer les matches. Amath M'baye est le roi des fins de matchs pour Virtus. Il a joué 100% des dernières minutes des Play-Offs. Le dernier domaine remarquable est le rôle de Yanick Moreira dans les Play-Offs. L'Angolais n'a pas encore trouvé de minutes régulières, mais avec la mobilité et la force de Harris et Rubit du côté de Bamberg, il y a toutes les chances que nous verrons un peu plus de Moreira à Anvers.

Le meilleur cinq de Segafredo Virtus Bologna au +/- dans les Play-Offs :

Kevin Punter, Filippo Baldi Rossi, Brian Qvale, David Cournooh, Mario Chalmers (Plus/Minus: +6)

Kevin Punter, Tony Taylor, Dejan Kravic, Amath M'Baye, David Cournooh (Plus/Minus: +6)

David Cournooh fait partie de l'équipe défensive de Virtus.

Le roster de Bologne est profond et équilibré. Pour cette raison, nous pourrions choisir n'importe quel nombre de joueurs à examiner de plus près avant le Final Four. Dans le cas présent, nous avons choisi trois hommes sur lesquels l'équipe s'est appuyée tout au long de la saison : Kevin Punter, Amath M'Baye et Dejan Kravic.

Amath M'Baye

M'Baye a sans doute été la plus grande révélation de la saison. Sa capacité à jouer dedans ou à l'extérieur de la raquette et à marquer à un bon pourcentage à partir de plusieurs zones au sol n'est pas une chose nouvelle, mais son jeu a certainement fait un bond en avant en termes de régularité à Bologne. Le tableau ci-dessus montre à quel point il est léthal en tant que marqueur au poste et vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous. En tant que tireur à mi-distance, M'Baye tire à plus de 70 % et le fait que son turnaround jumper soit si mortel signifie que les défenseurs s'ouvriront après les feintes. Son pourcentage de tir à 3-points est moins efficace à 31%, mais il est plus régulier dans les corners, donc sa capacité à étirer la défense n'est pas complètement diminuée - et 31% est un pourcentage suffisant pour que les équipes le respectent. Une fois que les défenseurs s'approchent, M'Baye pose le ballon au sol et se rend régulièrement au cercle.

 

Dejan Kravic

L'arrivée de Djordjevic à Bologne a été saluée par tous, mais c'est probablement le joueur Dejan Kravic qui l'a le mieux accueillie. Kravic est sur le radar de l'équipe nationale serbe depuis quelque temps déjà. Nul doute que l'entraîneur Djordjevic verra l'occasion de développer Kravic au jour le jour, et cela ne peut être qu'une bonne chose. La vidéo ci-dessous est composée d'extraits des quarts de finale, mais elle vous montre que Kravic va être vital pour Virtus lors du Final Four. Dans les deux premiers clips, vous pouvez voir que Djordjevic a été prêt à appeler le nom de Kravic pour aller travailler au poste, et le big man le lui a bien rendu avec des finitions de qualité (regarder la réaction du coach après le deuxième jump hook). Kravic est également très mobile et figure parmi les meilleurs finisseurs de la BCL en tant que roller. Regardez le glisser jusqu'au cercle dans le troisième clip - sa capacité d'attraper en mouvement, puis tourner de 180 degrés et provoquer la faute sans marcher, n'est peut-être pas une action spectaculaire, mais pour un joueur de cette taille, cela ne devrait pas être pris pour acquis.


Sur le plan défensif, la mobilité de Kravic est également extrêmement précieuse. Dans le clip ci-dessous, il switche sur Valentin Bigote en huitième de finale. Bigote avait été chaud de loin pour Le Mans dans les deux manches, donc Kravic ne pouvait donc pas se permettre d'aller trop loin. Sur le premier drive, Kravic est impressionnant dans sa capacité à ajuster ses pieds et à contester le layup. Puis sur l'isolation après le rebond offensif, regardez à quelle distance de la ligne des 3-points Kravic est prêt à se défendre et à rester devant pour contester le tir.

  

Kevin Punter

Punter est le recordman de points de la BCL pour une raison. Il a eu un blip en fin de saison dans la BCL où il a été en difficulté avec son tir, mais un joueur avec une éthique de travail comme Punter ne restera jamais bien longtemps dans une panne d'adresse. Maintenant qu'il a retrouvé son rythme, KP peut créer pour lui-même et attirer les deuxièmes défenseurs sur le ballon pour faire la passe. Dire que Punter est le meilleur marqueur de la BCL ne lui rend pas service en tant que joueur créatif - sa capacité à faire la bonne passe a été constante toute la saison.


Sur le plan défensif, Punter a toujours été engagé et actif. Depuis que Djordjevic a pris les rênes de l'équipe, il s'est montré particulièrement efficace sur le plan défensif. Il utilise sa longueur et son agilité pour se battre à travers les écrans, harasser le porteur de balle et sauter dans les lignes de passs. Les deux actions de la vidéo ci-dessous montrent sa contribution essentielle dans un match à élimination directe.

 

Tactique

Il n'y a pas grand-chose à dire à propos d'un entraîneur avec le CV de Sasa Djordjevic. Nous avons déjà vu le coup de fouet qu'il a donné au club à son arrivée, et les niveaux d'exigence qu'il exige de ses joueurs sont déjà évidents. La ligne arrière de la Virtus a été construite pour être une menace défensive, mais l'ajout de Mario Chalmers n'a fait qu'amplifier cette concentration défensive. Dans les deux matchs à domicile disputés depuis son arrivée, Djordjevic a beaucoup mis à contribution Cournooh, Taylor, Martin, Punter et Chalmers.

On dit qu'un bon défenseur ne reçoit pas les écrans. Il semble que l'entraîneur Djordjevic a reconnu qu'il avait de bons défenseurs et leur a dit de ne pas se faire stopper par des écrans... Évidemment, ce n'est pas si simple, mais regardez les trois clips ci-dessous et vous verrez que Punter, Martin et Cournooh font tous un excellent travail pour rester agressifs et se battre pour passer les écrans. Lorsque vous incitez vos joueurs du périmètre à être aussi agressifs, l'étape suivante est ce qui se passe lorsqu'ils finissent par se prendre des écrans. Dans le cas de Bologne, la communication et les aides en rotation ont été excellentes de la part de gens comme M'Baye, Kravic et Qvale.


Il serait négligent de discuter de la tactique de Virtus sur l'aspect défensif sans inclure quelques images de Mario Chalmers. Un joueur qui a été un facteur défensif dans les équipes championnes en NBA allait toujours élever le niveau sur le côté défensif. Ce clip ci-dessous est l'illustration parfaite de son attitude agressive sur le plan défensif.


Sur le plan offensif, il sera toujours difficile pour un entraîneur arrivant en cours de saison d'apporter des changements radicaux. Cette équipe de Bologne utilisait déjà un système avec peu de passes décisives et beaucoup de pick-and-roll (ce qui est logique avec le roster). Pour Djordjevic, il s'agit plutôt d'ajustements. Le clip ci-dessous est un extrait du double drag, un double écran porteur sur transition que nous avons vu le plus de depuis l'arrivée du technicien serbe. Bologne l'a utilisé pour créer des postups rapides de M'Baye, des pick-and-pops pour Baldi-Rossi et des prises sur le roll pour Qvale et Kravic. Dans ce cas, Punter passe entre les deux défenseurs et délivre une superbe passe pour Martin. D'ailleurs, il se peut bien que cette coupe en backdoor de Martin ait aussi été un point fort de l'entraînement - nous avons certainement vu une augmentation du nombre de joueurs du périmètre de la Virtus faire ces coupes sur les drives et les pick-and-rolls.

 

Le prochain adversaire

Brose Bamberg

Deux nouveaux venus dans la BCL et deux gros prétendants dans leur première saison. Deux équipes bien assorties et deux équipes qui ont la capacité de déplacer le ballon et de gagner avec un basket-ball collectif, mais aussi de s'appuyer sur le talent de leurs scoreurs en isolation pour gagner avec du basket en un-contre-un.

Rice vs Punter, Harris vs M'Baye, Alexander vs Kravic, Zisis vs Taylor, Hickman vs Chalmers, et Perego vs Djordjevic. Il y a des duels fascinants partout où vous regardez. Après avoir été témoin de la façon dont Virtus a utilisé Cournooh, Martin et Chalmers pour rendre traumatisante la première expérience de Jeremy Senglin (Nanterre) à Bologne, nous pouvons nous attendre à voir Tyrese Rice jouir d'une attention aussi féroce. La façon dont Djordjevic réussira à contrer le tandem Harris et Rubit pourrait aussi être un élément clé.

Quoi qu'il en soit, cette demi-finale est aussi imprévisible que fascinante. Avec 18 000 billets en vente, il y aura de la place pour les fans des deux équipes. Ces fans dans la vidéo ci-dessous ont été immenses toute la saison, comme en témoigne le record de Virtus dans les matchs à domicile. Bologne en aura besoin en nombre et à pleine voix pour se sentir comme à la maison.

 

Diccon Lloyd-Smeath

Diccon Lloyd-Smeath

Diccon is a basketball coach and analyst living in Madrid. Constantly digging in the crates of box scores and clicking through hours of game footage. Diccon is on the hunt for the stories within the stories. If you like to get a closer look at what’s going in the Basketball Champions League, you have found it.