17 octobre, 2023
05 mai, 2024
09/02/2024
Diccon Lloyd-Smeath's Champions League Insider
lire

Tableau noir : Telekom Baskets Bonn vole sous le radar

MIES (Suisse) - Comment un article sur les champions en titre de la Basketball Champions League, entraînés par un ancien lauréat du prix de l'entraîneur de l'année, peut-il tourner autour de l'idée qu'ils volent sous les radars ? Nous n'en sommes pas certains, mais nous savons que c'est vrai.

Le graphique ci-dessus montre le Net Rating depuis le début du Round of 16. L'équipe de Bonn de l'entraîneur Roel Moors occupe la quatrième place, avec un impressionnant +12 points pour 100 possessions depuis le 22 janvier. Les équipes au-dessus d'eux sont exactement les noms que l'on s'attend à voir en haut de l'affiche.

Bonn se classe également quatrième sur la saison avec un Net Rating de +10, donc même s'ils ont monté d'un cran au cours de la nouvelle année civile, ils ont été constamment bons depuis le mois d'octobre. Pourtant, en dépit de son statut de champion en titre, Bonn n'a peut-être pas attiré autant l'attention sur sa façon de jouer

Dans la dernière édition de nos Power Rankings, Igor Curkovic plaçait l'équipe de Moors à la cinquième place, tout en précisant qu'une victoire contre la JDA Dijon lors de la troisième semaine du Round of 16 permettrait non seulement à l'équipe de prolonger son invincibilité, mais aussi de porter sa série de victoires à cinq, toutes compétitions confondues, ce qui constituerait sa meilleure série de la saison.

Comme vous le savez maintenant, Bonn est devenu la première équipe de la saison à s'imposer sur le terrain de Dijon et est sans aucun doute dans sa meilleure forme depuis le début de la saison.

 

Sur le plan offensif, Bonn fait partie des meilleures équipes de la BCL cette saison dans deux domaines : Le premier est le poste, le second est la sortie des temps morts.

Ils marquent plus d'un point par possession (PPP) à chaque fois qu'ils mettent le ballon à l'intérieur - seul Dijon fait mieux, avec 1,2 PPP.

C'est sur la sortie des temps morts que nous voulons mettre l'accent.

Bonn a marqué sur la première possession lors de sept de ses neuf matches depuis le début de la saison, remportant le coup d'envoi à six reprises. Marquer après une interruption de jeu est toujours le signe d'une équipe dans laquelle les joueurs sont en phase les uns avec les autres ; marquer sur la première action du match de manière aussi régulière est le signe d'une attention particulière portée aux détails lors de la préparation.

Dans notre premier clip, tiré du match contre Dijon, nous voyons le numéro 2, Sam Griesel, effectuer une coupe Iverson au niveau de la ligne des lancers francs.

 

Dans cette option du jeu, le but de la coupe n'est pas de recevoir une passe, mais de déplacer la défense, en particulier le défenseur du #43 Christian Sengfelder, qui pose l'écran pour Griesel.

Cela permet à Sengfelder de poser un écran sur le porteur de balle, et maintenant toute la défense dijonnaise est légèrement en retard sur l'action.

La chose qui ressort le plus dans l'exécution de ce système est l'assurance dont fait preuve cette équipe lorsqu'elle transfère l'avantage avec le mouvement du ballon d'un joueur à l'autre, alors que la défense se démène pour rattraper son retard.

Revenons ensuite à la victoire de Bonn à domicile contre Galatasaray EKMAS : nous avons là un exemple encore meilleur de ce que l'on peut observer en regardant le Bonn Ball cette saison.

 

Nous voyons le même concept d'utilisation d'une coupe pour déplacer la défense et ouvrir un joueur pour poser un écran mais, cette fois, le #22 Noah Kirkwood vient tourner au-dessus du #54 Thomas Kennedy.

Kennedy s'écarte et s'engage directement dans un jeu à deux sur le côté faible avec Griesel. La coupe en backdoor qui s'ensuit et la passe parfaitement synchronisée sont des choses que nous avons régulièrement vues de la part de l'équipe de Bonn de Moors cette saison.

L'action du dernier clip s'écarte un peu du thème des actions de coupe et écran mais nous offre un exemple vraiment inventif de la profondeur des expérimentations de Bonn dans ce concept d'utilisation d'une coupe, ou d'un écran pour le poseur d'écran.

 

Tout d'abord, le #19 Till Pape, puis le #11 Brian Fobbs entrent dans l'action pour couper et faire écran à Ike Udanoh. Finalement, Griesel rejette l'écran et écarte Fobbs, qui s'est repositionné sur le côté faible.

L'équipe de Roel Moors est très proche d'une qualification pour les quarts de finale. S'ils poursuivent sur leur lancée, ils ont toutes les chances d'y parvenir rapidement.

Cependant, les résultats de la BCL ne sont pas toujours à la hauteur des attentes et il y aura sans aucun doute des défis à relever.

Une chose est sûre. Bonn est une équipe qui tourne bien au bon moment de la saison et qui a un entraîneur qui sait ce qu'il faut faire pour atteindre le Final Four.

Le seul effet secondaire est qu'ils ne pourront peut-être pas rester sous le radar très longtemps.

Diccon Lloyd-Smeath

Diccon Lloyd-Smeath

Diccon is a basketball coach and analyst living in Madrid. Constantly digging in the crates of box scores and clicking through hours of game footage. Diccon is on the hunt for the stories within the stories. If you like to get a closer look at what’s going in the Basketball Champions League, you have found it.