05 octobre, 2021
15 mai, 2022
05/11/2021
Igor Curkovic's Champions League Help-Side
to read

Course au MVP de la Basketball Champions League : Saison 6, premier point de contrôle

ZAGREB (Croatie) - Nous avons qualifié la saison 6 de la plus forte jusqu'à présent, et la course aux MVP est en accord avec cette déclaration. Il y a tellement de candidats pour cette récompense que nous allons devoir mettre à jour la grille de départ plus souvent que jamais.

Si vous avez déjà lu la rubrique "Help-Side", vous savez probablement que c'est de la folie pure. Elle n'a jamais été destinée à être sérieuse, elle a toujours été là pour servir une fois que tous les résultats et toutes les statistiques commencent à vous battre en sortie de dribble, c'est là que vous avez ce genre d'article pour vous fournir une aide défensive et vous guider vers la lumière.

Dans le cas présent, avec autant de matchs en cours, vous avez probablement du mal à déterminer quels sont les principaux candidats au trophée de MVP à la fin de la saison. Jordan Theodore l'a remporté lors de la première saison, Manny Harris a récupéré le trophée un an plus tard, Tyrese Rice l'a décroché en 2019, Keith Langford en 2020 et la saison dernière, c'était Bonzie Colson.

Voici quelques rappels importants sur le processus de la course au titre de MVP :

  • Il ne s'agit pas d'une course officielle, mais d'une mise à jour pour voir qui se débrouille bien et qui pourrait finir par remporter le trophée à la fin de la saison.
  • Elle n'a généralement rien à voir avec le basket.
  • J'évite d'utiliser mes compatriotes dans cet article car je ne veux pas paraître partial.
  • Mais vous devez savoir que Tomislav Zubcic est mon vrai choix pour le MVP. Vous voyez ? Pas du tout partial.

 

Ok. Il est temps de parler des MVP. Tous nos précédents MVP avaient des choses en commun. Ils faisaient partie d'équipes qui allaient loin dans la compétition, ils étaient les raisons pour lesquelles leurs équipes allaient si loin, ils étaient ceux qui frappaient les coups de poignard et les tirs de la victoire, et leurs chiffres étaient impressionnants tout au long de la saison.

C'est pourquoi les quatre questions sérieuses sont formulées comme elles le sont :

(1) Son équipe a-t-elle un bilan positif ?
(2) Est-ce grâce à lui qu'elle a un bilan positif ?
(3) Si son équipe a besoin d'un tir décisif pour atteindre le Final Four, est-ce lui qui le prendra ?
(4) A-t-il les chiffres pour être le MVP ?
(5) Partage-t-il une coupe de cheveux emblématique avec des légendes du sport comme le footballeur bulgare Trifon Ivanov, le joueur de NBA Dwayne Schintzius, le champion de boxe et star de cinéma Tommy Morrison ?

(Vous voyez ? Le numéro 5 est juste déterminé au hasard pour que nous arrivions au numéro 1).

(Si vous ne savez pas qui sont Ivanov, Schintzius et Morrison, ne me parlez plus jamais de votre vie et pensez à une coupe de cheveux un peu plus polie à la Tiger King)

#10 Bonzie Colson (Pinar Karsiyaka)

(1) Son équipe a-t-elle un bilan positif ?
Oui, 2-1.
(2) Est-ce grâce à lui qu'elle a un bilan positif ?
Oui, il a inscrit non pas un, mais deux tirs décisifs jusqu'à présent.
(3) Si son équipe a besoin d'un tir décisif pour atteindre le Final Four, est-ce lui qui le prendra ?
Oh oui.
(4) A-t-il les chiffres pour être le MVP ?
16,0 points, 10,0 rebonds, 3,3 passes décisives, 1,3 contres, ça ressemble à un MVP, mais 38,5 % aux tirs, dont 15,4 % au-delà de l'arc, alors oui, c'est pour ça qu'il n'est que 10e, je suppose.
(5) Donc, pas besoin de cinquième question ici ?
Exactement.

#9 Luke Maye (BAXI Manresa)

(1) Son équipe a-t-elle un bilan positif ?
Oh oui, 3-0.
(2) Est-ce grâce à lui qu'elle a un bilan positif ?
Je veux dire... Il n'a joué que deux matchs, et a marqué 8 points dans l'un d'entre eux.
(2.5) Attendez. Pourquoi il est là alors ?
Parce qu'il est statistiquement le meilleur joueur de la meilleure équipe de la BCL.
(3) Ahhh, donc on applique la règle de Giorgi Shermadini. Ok. Allons-y avec la question 3, est-ce qu'il prend le tir crucial ?
Il a réussi l'un des tirs les plus cruciaux de l'histoire des North Carolina Tar Heels. Donc il est possible que Manresa lui fasse confiance, bien sûr.
(4) A-t-il les chiffres pour être le MVP ?
11.0 points, 6.5 rebonds, 2.0 passes. D'accord, gardons-le en raison de la clause Shermadini du meilleur joueur de la meilleure équipe, mais les chiffres ne sont pas encore là.

#8 Jaime Fernandez (Unicaja)

(1) Son équipe a-t-elle un bilan positif ?
Oui, 3-0.
(2) Est-ce grâce à lui qu'elle a un bilan positif ?
Oui, il est le cerveau de l'équipe.
(3) Si son équipe a besoin d'un tir décisif pour atteindre le Final Four, est-ce lui qui le prendra ?
Je ne sais pas, il n'a pas encore été testé.
(4) A-t-il les chiffres pour être le MVP ?
13,3 points, 5,3 passes décisives par match, et il ne joue que 21,5 minutes par match.
(5) Partage-t-il une coupe de cheveux iconique avec des légendes du sport comme Trifon Ivanov, Dwayne Schintzius, Tommy Morrison ?
Pas vraiment. Donc, pas le MVP.

#7 Dedric Lawson (Besiktas Icrypex)

(1) Son équipe a-t-elle un bilan positif ?
Oui, 2-1.
(2) Est-ce grâce à lui qu'elle a un bilan positif ?
Disons qu'il a très bien joué dans les matchs qu'ils ont gagnés. Donc oui, si Lawson est bon, cela signifie que Besiktas gagne, et vice versa.
(3) Si son équipe a besoin d'un tir décisif pour atteindre le Final Four, est-ce lui qui le prendra ?
Probablement pas. Parce qu'ils avaient besoin d'un tir décisif pour battre Rytas Vilnius cette semaine, et ils l'ont destiné à Isaiah Whitehead.
(4) Alors... Pas le leader de la course au MVP ?
Non, mais 16,0 points, 9,0 rebonds, 4,5 passes, 1,5 interception et une évaluation de 24,0 lors des deux victoires du Besiktas sont une raison suffisante pour garder un œil sur lui tout au long de la saison.

#6 Patrick Richard (U-BT Cluj Napoca)

(1) Son équipe a-t-elle un bilan positif ?
Oui, 2-1.
(2) Est-ce grâce à lui qu'elle a un bilan positif ?
Oui, il a été clutch à souhait contre Brindisi à Brindisi.
(3) Si son équipe a besoin d'un tir décisif pour atteindre le Final Four, est-ce lui qui le prendra ?
Lisez probablement la réponse (2) à nouveau.
(4) A-t-il les chiffres pour être le MVP ?
17,0 points, 4,7 rebonds, 3,7 passes décisives, 1,3 interception, donc c'est un oui, il les a.
(5) Partage-t-il une coupe de cheveux iconique avec des légendes du sport comme Trifon Ivanov, Dwayne Schintzius, Tommy Morrison ?
Non, il est plus Edgar Davids qu'Ivanov, plus Whoopi Goldberg que Schintzius dans le film Eddie, plus Lennox Lewis que Tommy Morrison.

(Je parie que vous ne pensiez pas voir autant de références aux années 1990 dans une chronique sur le MVP de la Basketball Champions League en 2021-22).

#5 Henry Sims (Nutribullet Treviso)

(1) Son équipe a-t-elle un bilan positif ?
Oui, 3-0.
(2) Est-ce grâce à lui qu'elle a un bilan positif ?
Oh oui, des matchs monstrueux contre l'AEK et le VEF Riga.
(3) Si son équipe a besoin d'un tir décisif pour atteindre le Final Four, est-ce lui qui le prendra ?
Hmmm... Cela pourrait se produire dans le cadre d'un screen-roll impliquant Tomas Dimsa en tant que passeur et Henry Sims en tant que rouleur. Donnons-lui un oui.
(4) A-t-il les chiffres pour être le MVP ?
19,7 points, 7,3 rebonds, 2,7 contres, 1,7 interception par match. Oh oui.
(5) Partage-t-il une coupe de cheveux avec des légendes du sport comme Trifon Ivanov, Dwayne Schintzius, Tommy Morrison ?
Non. Mais vous l'avez compris, s'il a eu quatre oui à quatre questions sérieuses, il est un prétendant légitime.

 

#4 Jerrick Harding (ERA Nymburk)

(1) Son équipe a-t-elle un bilan positif ?
Oui, 2-1.
(2) Est-ce grâce à lui qu'elle a un bilan positif ?
Il a réussi un magnifique tir au buzzer contre le PAOK, ils auraient pu être à 0-3 s'il avait manqué ce tir.
(3) Si son équipe a besoin d'un tir décisif pour atteindre le Final Four, est-ce lui qui le prendra ?
Oui. Ou le préparera pour les autres. Il est impliqué dans tout ça, c'est sûr.
(4) A-t-il les chiffres pour être le MVP ?
Plus de 20 points dans les trois matchs, 24,0 points, 3,7 rebonds, 3,0 passes, 1,3 interception par match. Oui, encore.
(5) Partage-t-il une coupe de cheveux avec des légendes du sport comme Trifon Ivanov, Dwayne Schintzius, Tommy Morrison ?
Non. Mais vous l'avez compris, s'il a eu quatre oui à quatre questions sérieuses, il est un prétendant légitime.

 

#3 DeVaughn Akoon-Purcell (Galatasaray Nef)

(1) Son équipe a-t-elle un bilan positif ?
Oui, 2-1.
(2) Est-ce grâce à lui qu'elle a un bilan positif ?
Mec. Bien sûr.
(3) Si son équipe a besoin d'un tir gagnant pour faire le Final Four, c'est lui qui le prendra ?
C'est #obligatoire qu'il le fasse.
(4) A-t-il les chiffres pour être le MVP ?
Meilleur scoreur de la Ligue, 25,0 points, 6,0 rebonds, 2,3 passes décisives, 1,7 interceptions par match. OUI.
(5) Partage-t-il une coupe de cheveux avec des légendes du sport comme Trifon Ivanov, Dwayne Schintzius, Tommy Morrison ?
Non. Mais vous l'avez compris, s'il a eu quatre oui à quatre questions sérieuses, il est un prétendant légitime.

 

#2 Tyson Carter (Lavrio Megabolt)

(1) Son équipe a-t-elle un bilan positif ?
Oui, 2-1.
(2) Est-ce grâce à lui qu'elle a un bilan positif ?
Oui, il a battu Nizhny Novgorod à lui tout seul.
(3) Si son équipe a besoin d'un tir décisif pour atteindre le Final Four, est-ce lui qui le prendra ?
A moins qu'il ne tombe sur Kenny Goins, oui, c'est lui.
(4) A-t-il les chiffres pour être le MVP ?
Il a le record de points de la saison en BCL avec son carton à 35 points contre Nizhny. 23,7 points, 3,7 passes décisives, 62,5 % de réussite à trois-points sur cinq tentatives par match, oui, Tyson a les chiffres.
(5) Partage-t-il une coupe de cheveux avec des légendes du sport comme Trifon Ivanov, Dwayne Schintzius, Tommy Morrison ?
Non. Mais vous l'avez compris, s'il a eu quatre oui à quatre questions sérieuses, il est un prétendant légitime.

 

#1 Jonah Radebaugh (MHP Riesen Ludwigsbug)

(1) Son équipe a-t-elle un bilan positif ?
OUI ! 3-0 !
(2) Est-ce grâce à lui qu'elle a un bilan positif ?
OUI ! Il est le MVP officiel du mois d'octobre, lisez tout à ce sujet.

(3) Si son équipe a besoin d'un tir décisif pour atteindre le Final Four, est-ce lui qui le prendra ?
Comme Ludwigsburg a un bilan de +60 avec lui sur ces trois matchs, il y a de fortes chances pour qu'ils n'aient jamais besoin d'un tir décisif. Mais c'est un oui, c'est sûr, juste à cause de son attitude "in-it-to-win-it".
(4) A-t-il les chiffres pour être le MVP ?
16,3 points, 6 rebonds, 3 passes décisives, 1,7 interception, 60 % de réussite de loin avec trois tirs par match, +20 par match lorsqu'il est sur le terrain... Ouais, les chiffres sont là, aussi.
(5) Partage-t-il une coupe de cheveux avec des légendes du sport comme Trifon Ivanov, Dwayne Schintzius, Tommy Morrison ?
OUI !!! Le mulet est de retour avec un bang - pas de frange, ce serait probablement trop. Mais ce que son frère avait suggéré en plaisantant au lycée est devenu la marque de fabrique du jeune homme de 24 ans. Craignez la coupe mulet !

Trifon, Dwayne et Tommy auraient été fiers.

 

Les chroniqueurs de la Basketball Champions League écrivent sur un large éventail de sujets relatifs au basket-ball qui les intéressent. Les opinions qu'ils expriment sont les leurs et ne reflètent en aucun cas celles de la FIBA ou de la Basketball Champions League.

La Basketball Champions League n'assume aucune responsabilité et ne donne aucune garantie ou représentation, implicite ou autre, pour le contenu ou l'exactitude du contenu et de l'opinion exprimés dans l'article ci-dessus.

Igor Curkovic

Igor Curkovic

Igor Curkovic is Basketball Champions League's writer and editor since day one of the competition, specializing in Live Blog coverage of the games and sorting out the teams on Mondays, in the Power Rankings. When he's not watching basketball, he's commentating Croatian Second Division soccer games for TV.