08 octobre, 2019
04 octobre, 2020
08/04/2020
David Hein's Champions League Home Grown
to read

Tuma fait ses armes avec la meilleure équipe tchèque, Nymburk

Afin d'encourager le développement d'un plus grand nombre de jeunes talents locaux, la Basketball Champions League requiert que ses équipes inscrivent au moins 5 joueurs formés à domicile sur la feuille de match (si 11 joueurs ou plus sont inscrits, sinon 4 si le roster compte 10 joueurs ou moins). Beaucoup de ces joueurs sont considérés comme des talents de haut niveau dans leurs pays respectifs et j'y jetterai un coup d'œil tout au long de la saison.

 

NYMBURK (République tchèque) - Pendant la majeure partie de la vie de Jakub Tuma, ERA Nymburk a été le géant du basket en République tchèque. Et après avoir longtemps lutté contre la force impénétrable, Tuma a rejoint Nymburk avec pour objectif principal de s'améliorer et de gagner des responsabilités.

Tuma aura 22 ans en septembre - ce qui signifie que la dernière fois qu'une équipe autre que Nymburk a remporté le titre de la ligue tchèque, c'était Opava en 2003, quand Tuma avait 4 ans.

"C'est un nombre incroyable", a déclaré Tuma à propos des 16 titres nationaux consécutifs de Nymburk avant la saison 2019-20. "Avant de rejoindre le club, je savais que le Nymburk avait une énorme histoire, et pendant mon enfance, tout tournait autour du Nymburk, tout le monde sait qu'ils sont les meilleurs".

 

Tuma est à la fin de sa première saison avec le club, et il a dit que la perception de tout le monde sur le Nymburk était sans équivoque.

"J'ai découvert pourquoi ils sont les meilleurs. Tout le monde sait ce qu'il faut faire : comme une grande équipe - et pas seulement les joueurs, tout le monde est professionnel".

 

Ses débuts au hockey sur glace

Alors que le basket gagne du terrain en République tchèque, le hockey sur glace est l'un des plus grands sports du pays et les Tchèques sont l'une des meilleures équipes au monde - médaillés d'or aux Jeux olympiques de 1998 et six fois champions du monde. En fait, Milan Hnilicka, qui faisait partie de l'équipe olympique de 1998 et a guidé les Tchèques vers le bronze olympique en 2006, est originaire de la même ville que Tuma - Litomerice, près de la frontière allemande.

"Je me souviens d'être allé au stade de hockey sur glace tous les dimanches matin pour apprendre à patiner quand j'avais environ 6 ans. J'ai aussi fait du judo pendant un an, car mon père en faisait quand il était plus jeune", se souvient Tuma quand il habitait dans cette ville de 24 000 habitants.

Il a découvert le basket grâce à ses camarades de classe en primaire et n'a pas arrêté depuis.

"Bien sûr, comme tous les jeunes joueurs de basket, j'aimais Michael Jordan, parce qu'il était le plus grand et l'image du basket", déclare Tuma sans surprise. "Mais maintenant, j'admire Marcelinho Huertas. Je le regarde et j'aime sa façon de jouer. Il sait parfaitement lire le jeu".

Huertas comme modèle

 

L'équipe de Tuma, Nymburk, a joué deux fois contre Iberostar Tenerife, l'équipe de Huertas cette saison en BCL - perdant à domicile lors de la Journée 4 mais gagnant en Espagne lors de la Journée 11. Tuma n'était pas dans l'équipe de Nymburk pour ces deux matchs, car il cherchait à gagner sa place dans l'équipe d'Oren Amiel. Le meneur de jeu de 1,92 m a disputé quatre matchs et a tourné en moyenne à 1,8 point, 2,5 rebonds, 1,8 passes et 0,8 interception en près de 12 minutes. Il a fait ses débuts en BCL le 3 décembre 2019 lors de la Journée 7 à Peristeri.

"Cela va plus vite et c'et plus difficile que, par exemple, en ligue tchèque. J'ai essayé de donner mon maximum", a déclaré Tuma, qui a signé 4 points, 5 rebonds, 1 passe et 1 interception en 11 minutes. "Au début, j'étais nerveux, mais avec le temps, ça s'est amélioré et j'ai pris de l'assurance".

Sa troisième apparition a été la plus productive lors de la large victoire à Mornar Bar lors de la Journée 13

"C'était génial. Nous avons essayé de répartir les minutes entre tous les joueurs et nous avons gagné, donc c'était le mieux pour l'équipe. Personne n'était fatigué et ils ont pu donner le meilleur d'eux-mêmes", a déclaré Tuma, qui a marqué son premier panier - un trois-points - en marquant 3 points pour aller avec ses 2 rebonds, 4 passes et 2 interceptions.

 

De Litomerice à Prague

 

La route de Tuma de Litomerice à Nymburk a compris un séjour de cinq ans dans la capitale tchèque Prague - située à environ 70 kilomètres - en jouant pour l'USK Prague.

"À 15 ans, j'ai décidé d'aller à l'USK. Litomerice et l'USK coopéraient l'un avec l'autre. J'ai eu besoin de prendre mes marques dans la grande ville, mais pour moi, c'était mieux. Il y avait plus de choses à faire", a déclaré Tuma.

A 19 ans, Tuma a participé à l'accession en première division de l'USK lors de la saison 2017-18, avec une moyenne de 5,8 points, 2,2 rebonds et 1,4 passe en 18 minutes par match. Il a également remporté le prix du meilleur jeune joueur du pays en 2018.

En raison des blessures subies par de nombreux joueurs de l'USK au cours de la saison 2018-19, l'entraîneur Dino Repesa a appelé le numéro de Tuma beaucoup plus souvent à partir de janvier.

"J'étais si heureux de pouvoir enfin montrer ce qu'il y a en moi. Mais à la fin, j'étais vraiment fatigué parce que j'avais joué beaucoup de minutes".

 

 

Tuma a marqué en moyenne 2,1 points, 1,1 rebonds et 0,8 passes en 12,9 minutes au cours des 16 premiers matchs de la saison jusqu'à la fin de l'année civile 2018. Ensuite, à partir du match du 5 janvier 2019 contre BK Decin, le meneur de jeu a marqué en moyenne 6,1 points, 2,6 rebonds et 2,6 passes en 23,1 minutes sur les 18 derniers matchs de la saison régulière.

Tuma a élevé encore son niveau de jeu en play-offs, avec une moyenne de 15,0 points, 5,0 rebonds et 3,0 passes en 33 minutes contre Brno. Sa production s'est encore améliorée en quarts de finale contre Nymburk, avec 15,5 points, 1,8 rebond, 5,5 passes et 1,8 interceptions en 39 minutes par match, lors du sweep de l'USK par Nymburk en quatre matchs.

"Tout à coup, j'ai eu un rôle plus important que d'habitude, et j'ai dû prouver, alors j'ai juste joué mon jeu : créer pour les autres et essayer de finir. Je pense que j'ai joué solidement pendant ces deux semaines et que ça s'est vraiment bien passé pour moi", se souvient Tuma.

 

Déceptions avec les jeunes tchèques

Les performances de Tuma avec l'USK ont également attiré l'attention de la fédération tchèque et il a participé à deux championnats d'Europe U18 de la FIBA. En 2015, avec un an d'avance sur sa catégorie d'âge, il n'a pas pu empêcher les Tchèques de terminer à la 16e place et d'être relégués en Division B.

"Ce n'est pas un bon souvenir, mais c'est arrivé", a-t-il déclaré à propos de l'été au cours duquel il a contribué à hauteur de 1,8 point, 2,1 rebonds et 1,6 passes décisives. "Nous étions déçus, mais la meilleure chose que j'ai pu tirer de cela, c'est la mentalité. Pendant cette période, nous n'avons pas pu égaler la mentalité des autres équipes".

L'été suivant, en Division B, les Tchèques s'inclinent en quarts de finale face à l'Ukraine et manquent une occasion de remonter, terminant huitième tandis que Tuma assure en moyenne 7,8 points, 5,3 rebonds, 2,9 passes et 1,3 interceptions.

"Bien sûr, c'était décevant pour tout le monde dans l'équipe, même si nous avons vraiment bien joué au basket ce soir-là", a-t-il déclaré à propos de la défaite 67-62, où il a marqué 6 points, a capté 3 rebonds et a délivré 8 passes. "Nous pensions pouvoir avancer et battre l'Ukraine, parce que nous avions eu une phase de groupe solide et nous pensions être prêts à jouer contre eux".

Tuma a connu une autre grande déception en 2017, lorsque les Tchèques ont été relégués de la Division A au Championnat d'Europe U20 de la FIBA, s'inclinant face à l'Italie dans le match de classement 13-16. Les Tchèques menaient 53-50 à une minute de la fin du match et Tuma a manqué deux lancers-francs à 40 secondes de la fin alors que le score était de 53-53. Une faute douteuse à la fin du match a conduit l'Italie à effectuer les lancers-francs de la victoire pour envoyer les Tchèques en Division B.

 

"J'essaie d'apprendre de chaque match. Dans celui-ci, c'est qu'on ne peut pas compter sur quelque chose à la fin du match parce que tout peut s'y passer. Par exemple, ils ont qualifié cette faute de douteuse, mais si nous avions inscrits ces deux lancers-francs avant, cela aurait pu être différent", a déclaré Tuma, qui a obtenu une moyenne de 9,1 points, 2,9 rebonds, 2,4 passes et 1,1 interceptions.

Tuma a essayé d'aider les Tchèques à remonter en Division A l'été suivant, mais ses 10,4 points, 4,5 rebonds, 3,5 passes et 1,5 interceptions n'ont pas suffi, car l'équipe a perdu contre la Pologne en quart de finale et a terminé sixième.

 

Invitation en équipe nationale senior tchèque

L'impressionnant bilan de Tuma à l'approche de la saison 2018-19 lui a valu d'être appelé par le sélectionneur de l'équipe nationale sénior, Ronen Ginzburg, en vue de la Coupe du monde 2019.

"C'était un honneur pour moi de faire partie de l'équipe qui est allée à la Coupe du monde. J'étais très heureux de m'entraîner avec les meilleurs joueurs de la République tchèque et cela vous apporte toujours un plus. Vous devez faire les choses plus vite et plus fort, etc.", a déclaré Tuma à propos du camp d'entraînement.

 

Il n'a finalement pas été retenu au sein de l'équipe partie en Chine, mais Tuma a regardé chaque match, les Tchèques terminant à une surprenante sixième place.

Au lieu de jouer pour l'équipe sénior en Chine, Tuma a été sélectionné en équipe tchèque aux Universiades d'été de 2019 en Italie en juillet. Et bien qu'étant le plus jeune joueur de l'équipe, il a tourné en moyenne à 8,3 points, 1,3 rebond, 2,8 passes et 1,2 interception.

"C'était presque comme des Jeux olympiques, et j'ai vraiment apprécié : tous les sports du monde dans une seule ville", a-t-il déclaré. "J'y ai rencontré beaucoup de joueurs contre lesquels j'ai joué lors des championnats d'Europe de jeunes".

 

Aller chez les meilleurs

Après son retour d'Italie, Tuma a conclu un accord de quatre ans avec Nymburk, la superpuissance du pays. Il y avait deux raisons majeures à cela.

"C'était principalement à cause de la Basketball Champions League", a-t-il admis tout en déclarant : "Je dois exploiter mon potentiel correctement et je pense que Nymburk peut m'y aider. Les entraîneurs veulent que je joue bien en défense et que je crée de l'espace pour nos shooteurs".

 

En plus de jouer en BCL, l'un des moments forts de la saison 2019-20 pour Tuma a eu lieu le 24 octobre, lorsqu'il a affronté son ancienne équipe, l'USK Prague.

"C'est toujours un défi de jouer contre son ancienne équipe, alors je l'ai pris comme ça. D'un autre côté, c'était un sentiment étrange de jouer contre des joueurs que vous connaissez depuis tant d'années", a-t-il déclaré à propos du match au cours duquel il a marqué 10 points en 17 minutes, son meilleur score de la saison.

 

En attendant le Final Eight de la BCL

Avec le Coronavirus qui met en suspens la vie telle que nous la connaissions, cela signifie aussi un arrêt du basket - et donc la première saison de Tuma avec Nymburk. Lorsqu'on lui a demandé de revenir sur ses plus grands souvenirs de la campagne 2019-20, il a répondu "Les meilleurs souvenirs seront d'avoir joué contre de très bons joueurs avec beaucoup d'expérience. J'aimerais en retirer des choses que je pourrai utiliser à l'avenir".

Le futur de Nymburk passera par le Final Eight de la Basketball Champions League du 30 septembre au 4 octobre 2020 pour couronner le champion de la saison 2019-20.

"Ce sera intéressant car les équipes qui ont atteint ce stade seront différentes en septembre car ce sera la pré-saison pour la prochaine saison. Mais au moins, nous pourrons finir ce que nous avons commencé".

Et pour Tuma, ce serait une chance de gagner des responsabilités - ce qu'il compte bien faire avec l'ERA Nymburk.

David Hein

David Hein

Walk into the media tribune of any major basketball event and there's a good chance you will come across David Hein. Having covered dozens of FIBA events, including numerous women's and youth events, there are few players Dave doesn't know about, and few players who don't know him. His sporting curiosity means he is always looking to unearth something new and a little bit special. David Hein's Champions League Home Grown is a weekly column digging out the freshest basketball talent in the competition and assessing what the basketball landscape will look like a couple of years down the line.