08 octobre, 2019
04 octobre, 2020
18/03/2020
Tough Calls
to read

Coups de sifflet - huitièmes de finale retour

MIES (Suisse) - Chaque semaine, des experts analysent les matchs. Afin d'améliorer la compréhension des décisions des arbitres et d'accroître la transparence envers nos fans, nous publions certains de ces "coups de sifflet", accompagnés d'une explication.

Veuillez trouver ci-dessous les "coups de sifflet" de cette semaine :

Coup de sifflet 1: Lietkabelis vs Casademont Saragosse – Ecran

Vers la fin du match, l'équipe blanche est en attaque. Le 66 Blanc reçoit le ballon dans la zone des 3-points et commence à driver vers le panier, défendu par le 8 Rouge. Le 19 Blanc pose un écran sur le défenseur et l'arbitre appelle une faute de contrôle d'équipe.

L'article 33.7 stipule  - Un écran illégal a lieu quand le poseur d'écran sur un adversaire :

  • Etait en mouvement quand le contact a eu lieu.
  • N'a pas laissé une distance suffisante en posant l'écran en dehors du champ de vision d'un adversaire immobile au moment du contact.
  •  N'a pas respecté les éléments de temps et de distance d'un adversaire en mouvement au moment du contact.”

Résultat : décision correcte des arbitres. Le 8 Rouge était en mouvement donc le Blanc 19 aurait dû lui donner suffisamment de temps et de distance (il ne peut pas prendre une position si proche et/ou si rapide dans la trajectoire d'un adversaire en mouvement si bien que ce dernier n'a pas eu suffisamment de temps ou de distance pour s'arrêter ou changer de direction - article 33.5) lors de la mise en place de l'écran. Le contact était illégal et une faute de contrôle d'équipe a été prononcée. Le ballon sera rendu à l'équipe rouge pour une remise en jeu à l'endroit le plus proche de l'infraction.

  

Coup de sifflet 2: Telekom Baskets Bonn vs AEK – Charge provoquée

Le 1 Noir dribble vers le panier de l'adversaire. Le 2 Blanc essaie de l'empêcher de se mettre sur sa trajectoire et un contact se produit. L'arbitre signale une faute au défenseur.

L'article 32.4 stipule-

Lorsqu'on défend sur un jeu contrôlant la balle, les éléments de temps et de distance ne s'appliquent pas.

Lorsqu'il juge une situation de charge impliquant un joueur avec le ballon, un officiel doit utiliser les principes suivants :

  • Le défenseur doit établir une position initiale défensive légale en faisant face à l'adversaire et en ayant les deux pieds au sol.
  • Le défenseur peut rester immobile, sauter verticalement, se déplacer latéralement ou vers l'arrière afin de maintenir la position initiale défensive légale.
  • Lorsqu'il se déplace pour maintenir la position initiale défensive légale, un pied ou les deux pieds peuvent être décollés du sol pendant un instant, tant que le mouvement est latéral ou vers l'arrière, mais pas vers le joueur avec le ballon.
  • Le contact doit avoir lieu sur le torse ; dans ce cas, le défenseur serait considéré comme ayant été à l'endroit du contact en premier.

Résultat : décision correcte des arbitres. Le défenseur avait établi une position initiale défensive légale et se déplaçait latéralement, mais le contact n'a pas eu lieu sur le torse, mais sur son épaule/sa hanche. Le défenseur n'est pas considéré comme étant le premier à se trouver à l'endroit du contact et une faute défensive a été commise.

  

Coup de sifflet 3: Filou Oostende vs Iberostar Tenerife – Faute personnelle

L'équipe noire effectu