08 octobre, 2019
04 octobre, 2020
25/12/2019
Tough Calls
to read

Coups de sifflet - Journée 9

MIES (Suisse) - Chaque semaine, des experts analysent les matchs. Afin d'améliorer la compréhension des décisions des arbitres et d'augmenter la transparence envers nos fans, nous publions certains de ces "coups de sifflet", accompagnés d'une explication.

Veuillez trouver ci-dessous les "coups de sifflet" de cette semaine :

Coup de sifflet 1: Telekom Baskets Bonn v Brindisi - Faute antisportive

Pendant les 2 dernières minutes, le 9 Blanc reçoit le ballon et dribble en zone d'attaque. Le défenseur 00 Bleu lit la passe et se positionne légalement en défense à temps, face à son adversaire et avec les deux pieds au sol. Le 00 Bleu essaie de taper la balle et un contact se produit. L'arbitre signale une faute personnelle au 00 Bleu.

Article 46.12.3 - L'arbitre en chef peut utiliser le système de revisionnage instantané à tout moment du match pour décider si le contact appelé comme faute personnelle répond aux critères pour être reclassé comme antisportif.

Article 37.1.1 - C3 " un contact inutile causé par le défenseur afin d'arrêter la progression de l'équipe offensive en transition ". Après la vérification de la vidéo, l'arbitre a décidé de passer en faute antisportive.

Résultat : Décision incorrecte des arbitres. Le 00 Bleu avait une position défensive légale et a essayé de taper le ballon. Le basket est un sport dynamique et le mouvement et l'élan des joueurs peuvent créer des points de contact loin du ballon, qui ne peuvent pas être attribués directement au joueur qui a créé le contact. Les arbitres doivent analyser l'action elle-même, et dans cette situation, le 00 Bleu avait une position défensive légale et a joué une défense active en essayant de toucher le ballon. Par l'élan du joueur offensif, le défenseur a créé un contact avec sa main droite sur la jambe droite du dribbleur, ce qui est une faute personnelle. Ceci ne peut pas être considéré comme un contact injustifié. Comme l'équipe bleue était déjà en situation de pénalité pour faute d'équipe, 2 lancers-francs auraient dû être accordés au 9 Blanc.

  

Coup de sifflet 2: Teksut Bandirma v Telenet Giants Antwerp - Pose d'écran

Le 55 Noir dribble tout en étant défendu par le 2 Blanc. Après que le 5 Noir a placé un écran sur le 2 Blanc, le 24 Blanc change en défense et se rapproche du 55 Noir. L'arbitre observe une feinte de tête du 55 Noir et lui donne le signal d'avertissement pour une simulation. Le 5 Noir essaie de placer un autre écran sur le 2 Blanc, qui est en mouvement. Après le contact, il y a une sur-réaction du 2 Blanc, qui exagère le contact. L'arbitre siffle une faute au 2 Blanc, alors que 32 Noir était en train de shooter. Le ballon entre dans le panier.

Deux arbitres se réunissent pour décider si l'acte de tir avait déjà commencé lorsque la faute défensive a été appelée. Ils décident que le tir avait commencé, donc le panier est valable. Ils accordent ensuite deux lancers-francs au 5 Noir car l'équipe blanche est en pénalité pour faute d'équipe dans ce quart-temps.

L'entraîneur de l'équipe blanche se plaint et est victime d'une faute technique. L'équipe noire se voit accorder un lancer-franc, qui doit être tenté immédiatement, avant les deux lancers-francs dus à la faute personnelle.

Résultat : Décision incorrecte de la part des arbitres.

Article 33.7 - " Un écran illégal a lieu lorsque le joueur qui pose un écran sur un adversaire n'a pas respecté les éléments de temps et de distance d'un adversaire en mouvement au moment du contact ".

Une faute de contrôle d'équipe pour un écran non réglementaire aurait dû être signalée au 5 Noir et le ballon aurait dû être accordé pour une remise en jeu à l'équipe blanche. Le panier ne serait pas valable car la balle était encore dans les mains du 32 Noir lorsque la faute a été appelée, donc la balle devient morte (article 10.3).

 

 

Coup de sifflet 3: PAOK v Falco Szombathely - Marcher

 

Le 12 Blanc reçoit la balle avec son pied droit au sol (pas 0), après avoir reçu la balle, il pose son pied gauche au sol (pas 1), puis le pied droit (pas 2) et enfin à nouveau son pied gauche (pas 3) avant le contact avec le défenseur [Dans le cas où il aurait reçu la balle sans pied au sol, il n'y aurait pas de pas 0, donc le mouvement serait également illégal]. L'arbitre siffle un marcher.

Après l'infraction, une faute technique est imputée au banc des Blancs pour s'être plaint. Par la suite, un des entraîneurs adjoints est disqualifié pour comportement antisportif flagrant.

Résultat : Décision correcte de la part des arbitres. Violation du règlement sur le marcher. L'équipe noire se voit accorder 1 lancer-franc pour la faute technique, 2 lancers-francs pour la faute disqualifiante et la possession du ballon pour la remise en jeu en zone d'attaque, avec 14 secondes au à l'horloge.

  

Coup de sifflet 4: JDA Dijon v Neptunas Klaipeda - Faute disqualificante

Lors d'une attaque de l'équipe blanche, l'entraîneur de l'équipe bleue entre sur le terrain pour montrer son désaccord avec une décision des arbitres. Il écope d'une faute technique.

Résultat : Décision incorrecte de la part des arbitres. Une faute technique est une faute sans contact pour, entre autres raisons, avoir manqué de respect aux arbitres ou avoir communiqué avec eux. Lorsqu'un entraîneur entre sur l'aire de jeu pour manifester son désaccord de manière aussi ouverte et démonstrative, y compris en interférant avec le jeu lui-même, il doit être disqualifié pour le reste du match car il s'agit d'une action antisportive flagrante (article 38.1.1)

 

Coup de sifflet 5: Iberostar Tenerife v Mornar Bar - Faute antisportive

Le 9 Jaune lance une transition rapide. Le 41 Bleu établit une position défensive légale devant lui, face à lui et avec les deux pieds au sol. Lorsque le dribbleur tente de battre le défenseur, un contact se produit et l'arbitre annonce une faute personnelle au 41 Bleu.

Article 46.12.3 - L'arbitre en chef peut utiliser le système de revisionnage instantané à n'importe quel moment du match pour décider si le contact annoncé comme faute personnelle répond aux critères pour être reclassé en faute antisportive.

Article 37.1.1 - C3 " un contact inutile causé par le défenseur afin d'arrêter la progression de l'équipe offensive en transition ". Après la vérification de la vidéo, l'arbitre a décidé de passer en faute antisportive.

Résultat : Décision correcte des arbitres. Le 41 Bleu n'a pas joué le ballon et a créé un contact contre le corps du dribbleur. Cette faute remplit les critères pour être considérée comme une faute antisportive.