08 octobre, 2019
04 octobre, 2020
17/04/2020
Diccon Lloyd-Smeath's Champions League Insider
to read

Briser le moule - L'attaque de l'Hapoel Bank Yahav Jerusalem a cassé tous les records

MADRID (Espagne) - Avec la saison de la Basketball Champions League en pause temporaire, nous ne verrons peut-être pas cette équipe de l'Hapoel Jerusalem retrouver la forme impitoyable qu'elle affichait avant l'arrêt. Tous ceux qui barreront la route à leurs adversaires lors du Final Eight 8 espèreront certainement pouvoir reprendre là où ils se sont arrêtés.

Cependant, il est impossible de nier le fait que l'équipe ne sera probablement pas exactement la même - même avec un roster identique, l'alchimie et le rythme qu'ils avaient construits en une saison seront difficiles à relancer.

“C'est l'un des systèmes offensifs les plus créatifs que j'ai jamais vu.”- Liam Flynn, Hapoel Jerusalem Assistant Coach


La seule chose que nous pouvons certainement attendre de toute équipe de l'Hapoel Jérusalem entraînée par Oded Kattash, c'est l'un des systèmes offensifs les plus uniques et les plus redoutables du basket-ball européen. La NBA est souvent considérée comme la ligue des copieurs, mais en vérité, le basket-ball à travers le monde a toujours été susceptible de suivre la dernière tendance. Les meilleurs entraîneurs et les meilleurs joueurs s'étudient mutuellement et empruntent les meilleurs éléments. Cependant, les tous meilleurs entraîneurs et joueurs sont assez courageux pour s'opposer à la tendance.

Dans un écosystème du baske obsédé par la recherche de la manière la plus rapide de créer un avantage dans chaque possession, le rythme et l'espace des attaques construites autour de quatre, parfois cinq joueurs orientés vers le périmètre, sont devenus le moule dans lequel la majorité des équipes sont coulées.

Au cours des deux dernières saisons de la BCL, nous avons vu Oded Kattash créer son propre moule et trouver un sillon différent pour mettre en place une version du rythme et de l'espace propre à Jérusalem. Parfois, il faut faire quelques pas en arrière si l'on veut aller plus loin. La façon dont l'Hapoel Jérusalem joue au basket est un système très moderne, avec néanmoins de forts échos d'un passé pas si lointain.

Records

Nous en viendrons à la façon dont Kattash et Jérusalem jouent, mais il serait négligeant de ne pas discuter d'abord des résultats - en particulier des chiffres records qu'ils ont établis en attaque. Si vous explorez les données ci-dessous (vous pouvez passer votre souris sur un ordinateur ou toucher le logo d'un club sur un appareil mobile), vous constaterez que le logo du club de l'Hapoel Jérusalem se trouve dans le coin supérieur droit. Cela signifie essentiellement qu'ils ont non seulement enregistré le meilleur rating offensif (ORtg) de toutes les équipes cette saison, mais qu'ils sont également la meilleure équipe (à égalité avec Turk Telekom) pour le pourcentage effectif aux tirs (eFG%). Pour la première fois en quatre saisons de BCL, nous avons une équipe qui est la plus efficace aux tirs de la ligue, et aussi la plus efficace en attaque dans l'ensemble ! Leurs chiffres respectifs de 120,2 (ORtg) et 58,5 % (eFG%) sont tous deux des records de la BCL, battant l'EWE Baskets Oldenburg (118,3 ORtg) et Pinar Karsiyaka (57,6 % eFG%), établis lors de la saison 2017/18.

Les records ne s'arrêtent pas là non plus. Si nous nous plongeons un peu plus profondément dans les différentes phases du jeu et les différents formes de jeu (grâce à Synergie), nous constatons un schéma très familier : Les records de la BCL avec Hapoel Jérusalem écrit à côté. L'équipe d'Oded Kattash a la meilleure attaque sur demi-terrain (1,04 point par match), la meilleure attaque sur pick-and-roll (1,09 points par match) et la meilleure attaque en fin de possession (1,15 points par match).

Le système

Au lieu d'essayer d'expliquer ce qui rend le système de Coach Kattash si différent et fascinant, j'ai contacté Liam Flynn pour essayer d'obtenir une description aussi précise que possible. Liam a été assistant coach à Jérusalem cette saison, regardant Kattash enseigner le système et renforçant le style de jeu grâce à l'étude individuelle de vidéos avec les joueurs (il est aussi passionnant à suivre sur les réseaux sociaux @coachliamflynn).

"Le système offensif de l'entraîneur Kattash est l'un des styles de jeu les plus uniques et les plus efficaces du basket mondial. Utiliser 3 voire 2 joueurs dans le périmètre alors que le reste du monde va plutôt vers 4 ou 5 joueurs ? La plupart des gens penseraient qu'il s'agit d'un système traditionnel de post-up. Mais nous n'avons pas de post-ups traditionnels dans le système - c'est surtout du jeu en PNR. Et tant les grands que les arrières sont des meneurs de jeu dans le système. Honnêtement, c'est l'un des systèmes offensifs les plus créatifs que j'ai jamais vu. Et même si nous jouons avec deux gros joueurs à l'intérieur, il y a toujours de l'espace créé pour driver, couper et rouler entre les lignes". - Liam Flynn.

Donc, pour décortiquer ce que Liam a dit là, nous aurons besoin de vidéos de matchs. Le premier point de départ est la transition. Jérusalem est peut-être la meilleure équipe offensive sur demi-terrain de la BCL, mais cela commence en fait par la pression qu'elle met sur les défenses en transition. Toutes les équipes du monde chercheront à faire une contre-attaque après un échec de l'adversaire. Dans le système de Kattash, les grands sont tous mobiles et on leur demande de sprinter vers le cercle sur chaque possession - qu'elle soit réussie ou ratée. Regardez le numéro 17, Suleiman Braimoh, réagir en premier et battre tout le monde à la course. Jérusalem obtient plusieurs de ces situations faciles à chaque match.


L'étape suivante du développement de ce système est la façon dont les ailiers sprintent pour remplir les deux coins et les seconds intérieurs arrivent en trailer au milieu du terrain. Regardez le n°35 TaShawn Thomas prendre le rebond et suivre Braimoh avant de faire le drive et délivrer le caviar à son partenaire de devant. Ce clip commence également à expliquer ce que Liam voulait dire lorsqu'il décrivait les grands comme des meneurs de jeu.

La discipline et la constance avec lesquelles les joueurs de Jérusalem courent dans leurs couloirs résultent dans la pression sur les défenseurs pour qu'ils communiquent et sont souvent à l'origine d'erreurs. Des erreurs dont l'équipe de Jérusalem tire régulièrement profit au début de ses attaques. L'action la plus courante en début de match est probablement le "Drag Screen". Le Drag Screen est également la situation de jeu idéale pour mettre en évidence le contraste entre le système du coach Kattash et la norme. Un Drag Screen typique dans le style moderne du rythme et de l'espace ressemble à l'image ci-dessous - le 5 s'écarte ainsi que le 4 alors que le poseur d'écran roule vers le cercle.

L'Hapoel Jerusalem est l'une des rares équipes au monde à effectuer un Drag Screen avec un joueur de poste déjà sur place après avoir couru vers le cercle. La différence est que le joueur de poste s'écarte au moment où l'écran sera lancé. Regardez le clip ci-dessous et remarquez les difficultés que cela entraîne pour la défense lorsque le n°49 Kupsas s'écarte, forçant son défenseur à choisir entre rester avec lui ou aider sur le roll. Dans cet exemple, le défenseur reste, ce qui oblige Diawara (n°35 bleu) à quitter le corner et à aider.

Jérusalem le punira inévitablement en trouvant un shooteur ouvert. Lorsque ce shooteur est John Holland (55,6% à 3-points) ou James Feldeine (45,5% à 3-points), c'est presque aussi grave que de renoncer à un tir de près. Notez également le timing d'élite de la passe de J'Covan Brown 👀.


Lorsqu'ils exécutent cette même action de Drag avec le côté fort vide, la décision pour la défense devient encore plus difficile.

 

La réponse que de nombreuses équipes ont essayé d'utiliser est de faire descendre le défenseur du poseur d'écran dans la peinture sur les pick-and-rolls - permettant ainsi de défendre l'action à 2 contre 2 sans aide dans le périmètre. Cela peut sembler une idée particulièrement bonne car aucun des pivots de Jérusalem n'est un shooteur de haut niveau. Le système a toujours eu des réponses pour cela aussi.

Regardez le clip ci-dessous et remarquez que les défenseurs descendent au fur et à mesure que l'écran se met en place. Jérusalem a trouvé un "Short-Roll" au niveau de la ligne des lancers-francs. Le grand (le n°20 Zalmanson dans ce cas) peut maintenant feinter et ressortir pour que Feldeine fasse ce qu'il sait faire.

 

En réalité, cette équipe provoque directement les décisions les plus difficiles pour la défense. Même lorsqu'ils exécutent leurs actions plus élaborées et plus créatives sur demi-terrain, les deux joueurs au poste font toujours partie intégrante de l'action.

Je ne vais pas passer en revue tout le manuel, mais j'espère que si nous nous contentons d'examiner certains des systèmes "Horns", nous pourrons montrer d'autres façons dont ce système crée de l'espace tout en maintenant deux joueurs au poste. La première action à regarder est "Horns Rip" (un écran "RIP" est un écran dans le dos, généralement d'un joueur de périmètre pour un joueur au poste). Le principe de base du jeu est de libérer un joueur au poste pour qu'il puisse recevoir une passe dans le périmètre et prendre la décision suivante sur le déroulement du jeu. Dans ce cas, ils définissent l'écran RIP pour l'autre joueur au poste avec un shooteur. Je dois également souligner que "Horns RIP" n'est pas le nom que Jérusalem donne à ce système. En fait, il n'y a pas d'appel pour cette action particulière de l'écran RIP, c'est une lecture basée sur le n°14 Feldeine qui contourne l'écran du n°17 Braimoh.


Ce que vous pouvez également voir dans cette vidéo est un autre trait caractéristique du système de Kattash : FLOW. Selon un autre assistant coach à Jérusalem, Yonatan Alon, le flow d'actions non-stop est l'élément le plus important du système du coach Kattash. Dans les deux premiers clips, remarquez comment ils jouent en miroir et échangent le mouvement des ailiers. Lorsque les joueurs comprennent les lectures qu'ils sont susceptibles de voir et de passer d'une option à l'autre jusqu'à ce qu'ils obtiennent un avantage, ce sont les caractéristiques d'une équipe bien entraînée.

L'autre action souvent utilisée de la série des Horns est "Horns Ram" (encore une fois, ce n'est pas le nom que Jérusalem utilise). Cette fois-ci, ils utilisent un joueur au poste pour porter un écran sur l'autre avant de lancer le pick-and-roll. Là encore, la principale fonctionnalité de l'action consiste à faire sortir les meilleurs défenseurs de la peinture et à brouiller les rotations pour les défenseurs dans les ailes.


Si l'on regarde deux autres clips de Jérusalem en train d'exécuter cette action contre San Pablo Burgos, on peut également souligner deux autres caractéristiques importantes de la façon dont cette équipe a utilisé ses joueurs au poste. Dans le premier exemple ci-dessous, regardez le n°17 Braimoh d'abord poser l'écran du Ram, puis, au lieu de nettoyer la peinture, cette fois il emmène son défenseur dans la peinture et l'empêche d'aider sur le drive de Feldeine.


Puis dans le clip suivant, Burgos joue une excellente défense et refuse d'abord la passe d'entrée à Braimoh, puis refuse la passe suivante au n°6 Tamir Blatt. Dans les deux cas, Jérusalem enchaîne directement un autre mouvement. Peu importe de quel côté du terrain ils mènent leurs actions, chacun connaît son travail et ce qui vient après.

 

Créativité

De la structure naît la liberté.

“Une grande partie de notre système offensif consiste à apprendre à être bon dans son rôle”- Yonatan Alon, Hapoel Jerusalem Assistant Coach


Lorsque vous avez un groupe de personnes qui comprennent toutes la direction qu'elles prennent et que chacune d'entre elles comprend le rôle des autres ainsi que le sien, cela permet également de s'affranchir de l'expérimentation. Regardez la vidéo suivante et remarquez que TaShawn Thomas qui joue pivot est maintenant le receveur de l'écran dans un pick-and-roll inversé.


Dans ce clip, Jérusalem revient à son attaque à trois joueurs au large, mais cette fois-ci avec un roster à trois big men : TaShawn Thomas au centre, avec Suleiman Braimoh et Nimrod Levi en tant qu'ailiers-fort. L'idée de ce système était de causer des problèmes de matchup contre la défense de l'AEK. Le résultat a été que le pivot de l'AEK (#44 Marcus Slaughter) a chassé pour défendre sur Levi, enlevant ainsi le meilleur protecteur de cercle de l'AEK.

 

Personnel

Le système fonctionne parce que les joueurs sont performants, les joueurs sont performants parce que le système fonctionne.

Yonatan Alon est un assistant coach de l'Hapoel Jérusalem. Pour avoir travaillé dans le système de Kattash pendant les deux dernières saisons, il a vu la façon dont les joueurs se développent dans ce système.

"Lorsque nous choisissons les joueurs, nous nous concentrons sur la façon dont ils se sont développés jusqu'à présent dans leur carrière. Nous ne signons que des gars dont nous sommes sûrs qu'ils peuvent faire de gros progrès avec nous. En tant qu'organisation, nous essayons de nous améliorer chaque jour. Une grande partie de notre système offensif consiste à apprendre à être bon dans son rôle, c'est pourquoi la plupart de nos entraînements individuels consistent à décomposer les situations du jeu et à mettre l'accent sur les détails sur lesquels les joueurs doivent se concentrer. Parfois, cela signifie de nouvelles habitudes pour les joueurs et c'est pourquoi cela se voit davantage avec les joueurs qui sont ici pour la deuxième saison". - Yonatan Alon.

TaShawn Thomas est peut-être le joueur qui s'est le plus amélioré dans le basket européen. Au cours de ses deux saisons en Israël, il est devenu un joueur capable de défendre les cinq positions et de contribuer de multiples façons en attaque - en jouant 4 ou 5. L'intérieur moderne doit pouvoir courir, placer des écrans et rouler au cercle pour les lobs. Pour Thomas, c'est du pain et du beurre, mais ses prises de décision et ses passes d'élite lui permettent d'obtenir la quinte flush royale sur pick-and-roll. Quand on additionne tout cela et qu'on considère qu'il s'agit d'un joueur qui peut aussi faire cela 👇👇...

 

J'Covan Brown, Tamir Blatt et James Feldeine jouent également leur deuxième saison et ont tous amélioré de façon spectaculaire leur jeu au sein du système de Jérusalem. Brown est connu pour être un combo guard, mais vue la façon dont il a orchestré l'attaque cette saison, il est difficile de nier qu'il est maintenant un véritable Point Guard au sein de ce système. Feldeine est un autre joueur qui grandit chaque saison sous la direction du coach Kattash - surtout en tant que meneur de jeu. Feldeine est presque certainement le shooteur le plus dangereux de la BCL, mais si l'on considère qu'il est le numéro 1 de la BCL sur pick-and-rolls, au niveau des passes (selon Synergy: 1.33PPP), parmi les joueurs possédant plus de 50 possessions, il est clair qu'il se développe en tant que meneur de jeu.

Enfin, Tamir Blatt mûrit à chaque match. Après avoir remporté le prix du meilleur jeune joueur la saison dernière, ce fils d'un célèbre entraîneur est en train de se faire un nom en tant que deuxième entraîneur sur le terrain. Lorsque Blatt effectue la dernière action après un temps-mort, Jérusalem shoote à 55,6 %. Quels que soient les besoins de l'entraîneur Kattash, Blatt a réussi à le faire toute la saison.

Des joueurs comme Suleiman Braimoh, John Holland et Shelvin Mack ont également trouvé leur place sans problème. Entre Feldeine, Thomas, Brown, Braimoh, Holland et Mack, l'entraîneur Kattash comptait six joueurs qui dépassaient les 11 points par match à la fin de la saison. Et c'était avant qu'ils n'intègrent complètement Emanuel Terry dans la rotation.

Ayant juste regardé le film Moneyball pour remplir quelques heures de quarantaine, j'ai été bloqué sur la citation de Billy Beane "Si vous perdez le dernier match de la saison, tout le monde s'en fout."

D'une certaine manière, l'Hapoel Jerusalem a déjà gagné le dernier match de la saison et cette équipe a certainement besoin d'être célébrée pour la façon dont elle a joué jusqu'à présent, mais indépendamment de cela, elle doit encore en gagner trois autres pour que cela ait vraiment de l'importance. Pour ce faire, ils devront faire ronronner le système offensif Kattash à nouveau, et rapidement en septembre.

 

Les chroniqueurs de la Basketball Champions League écrivent sur un large éventail de sujets liés au basket qui les intéressent. Les opinions qu'ils expriment sont les leurs et ne reflètent en aucun cas celles de la FIBA ou de la Basketball Champions League.

La Basketball Champions League n'assume aucune responsabilité et ne donne aucune garantie ou représentation, implicite ou autre, quant au contenu ou à l'exactitude du contenu et des opinions exprimées dans l'article ci-dessus.

Diccon Lloyd-Smeath

Diccon Lloyd-Smeath

Diccon is a basketball coach and analyst living in Madrid. Constantly digging in the crates of box scores and clicking through hours of game footage. Diccon is on the hunt for the stories within the stories. If you like to get a closer look at what’s going in the Basketball Champions League, you have found it.