08 octobre, 2019
04 octobre, 2020
27/02/2020
News
to read

Terry de Bandirma veut gagner, et s'amuser en jouant

BANDIRMA (Turquie) - Deux forces tout aussi puissantes animent Emanuel Terry, l'ailier-fort de Teksüt Bandirma qui a fait tourner les têtes en Europe grâce à son efficacité remarquable et à sa capacité admirable à produire des highlights à chaque match dans sa toute première saison de Basketball Champions League.

Je veux soit montrer au public quelque chose qu'il n'a jamais vu auparavant, soit essayer de faire quelque chose d'une nouvelle manière - Emanuel Terry

 

D'une part, ce natif de l'Alabama de 23 ans, qui se décrit comme "un peu maladroit", est un jeune homme qui aime s'amuser au travail.

"J'aime tellement ce que je fais que je ne vois pas le basket comme un travail de 9h à 17h", a déclaré Terry à championsleague.basketball

 


"Je veux soit montrer au public quelque chose qu'il n'a jamais vu auparavant, soit essayer de faire quelque chose d'une nouvelle manière. C'est ma première année à l'étranger et je veux apporter quelque chose de différent. Je n'ai pas besoin de beaucoup toucher la balle pour jouer, alors quand j'ai l'occasion de m'impliquer, j'essaie de me faire remarquer.

"Mes coéquipiers y contribuent beaucoup car ils m'aident à être au bon endroit au bon moment pour que je puisse montrer mon talent et être une force des deux côtés du terrain".

Dwyane Wade et Jamal Crawford sont tous deux si intelligents et voient des choses que les autres ne voient pas. Ils m'ont tous deux dit de ne jamais me mettre à l'écart.
- Emanuel Terry

 

Et lorsque le potentiel de Terry est libéré, la deuxième force de motivation devient évidente. Il s'agit d'un joueur qui prend son métier très au sérieux et qui est respecté par des grands noms du basket.

"Dwyane Wade a eu une énorme influence sur moi, c'est une personne très humble. Quand j'étais à Miami, il m'a dit qu'il aimait mon état d'esprit et mon approche du jeu, et que je ne devrais jamais me décourager", a déclaré Terry.

 

"J'ai aussi côtoyé Jamal Crawford [aux Phoenix Suns] quand j'étais nerveux et que je n'étais pas vraiment sûr de ce qui allait se passer ensuite.

"Ces deux types sont si intelligents et voient des choses que les autres joueurs de basket ne voient pas. Ils m'ont tous les deux dit de ne jamais me mettre à l'écart. Je suis resté en contact avec eux jusqu'à aujourd'hui et j'ai pour objectif de leur prouver, ainsi qu'à ma famille et à mes proches, que je peux réussir et être le meilleur joueur possible".

L'entraîneur [Hakan] Demir m'a appris les mécanismes du jeu ici et comment je dois modeler mon jeu pour trouver mes positions, comment changer mes habitudes défensives pour ancrer notre défense - Emanuel Terry

 

Terry n'aurait pas pu montrer dans la BCL ses attaques au panier, sa capacité à dunker par-dessus les gens ou à dévier les tirs près du cercle, s'il ne s'était pas adapté au jeu européen aussi rapidement depuis qu'il a rejoint Bandirma en début de saison.

"Je me vois comme une éponge, j'essaie de voir une différence dans mon jeu chaque mois, d'être un peu meilleur que le mois dernier. Il m'a fallu un peu de temps pour m'adapter quand je suis arrivé ici, mais le fait de savoir que les gens comptent sur moi m'a poussé à me dépasser davantage", a déclaré Terry.

 

"Le plus dur, c'est qu'il n'y a pas de trois secondes défensives, la peinture est bouchée par rapport aux Etats-Unis, où il y a plus d'espace.

"Mais l'entraîneur [Hakan] Demir m'a appris les mécanismes du jeu ici et comment je dois modeler mon jeu pour trouver mes places, comment changer mes habitudes défensives pour ancrer notre défense.

Tout le monde a sa propre façon de jouer et s'il y avait une statistique pour les actions de hustle (combat), la mienne serait au plus haut- Emanuel Terry

 

"Je sens que la peinture est mon royaume et je veux avoir un impact sur le jeu de toutes les façons possibles, même si je marque zéro point, je m'assurerai d'avoir tous les actions de combats, d'avoir les rebonds, de contribuer à la victoire de toutes sortes de façons".

"Chacun a sa propre façon de jouer et s'il y avait une statistique pour les actions de combat, la mienne serait au plus haut.

 

Terry a terminé la saison régulière de la BCL en tant que deuxième meilleur rebondeur de la ligue avec 9,9 rebonds par match, et troisième meilleur joueur de la ligue à l'évaluation avec une moyenne de 20,1. Sa contribution a été déterminante pour la solide dernière ligne droite de Bandirma, qui a vu l'équipe turque terminer à 8-6 dans le très disputé groupe B et obtenir une place en Play-Offs.

"Nous sommes venus chaque jour, prêts à travailler et quels que soient les adversaires que nous affrontions, nous sommes entrés avec le même état d'esprit, nous n'avons pas cherché d'excuses et nos entraîneurs nous ont mis en excellente position pour réussir. C'était un plaisir d'accéder aux Play-Offs en déjouant les pronostics", a déclaré l'Américain de 23 ans.

Nous ne sommes peut-être pas parfaits, mais nous avons de grands joueurs et nous le montrons quand il le faut - Emanuel Terry

 

"Il y a beaucoup de montagnes russes dans ce business, mais nous avons essayé d'être aussi cohérents que possible et d'être prêts à frapper dès que l'occasion se présentait."

Terry pense que le mépris de la jeunesse de Bandirma pour tout ce qui n'est pas le moment présent est exactement ce qui pourrait alimenter une surprise contre ERA Nymburk dans leur série de huitième de finale qui débutera mardi.

 

 

Les champions tchèques ont remporté le groupe C sur un bilan de 12-2, ils ont eu la meilleure défense des 32 équipes de la saison régulière et ils ont bien sûr pris l'avantage à domicile lors des Play-Offs.

"J'ai entendu parler de leurs statistiques et on m'a dit que c'est une très bonne équipe, mais mon état d'esprit est que cela n'a pas beaucoup d'importance si vous avez une bonne approche", a déclaré le big man de Bandirma.

 

"N'importe quelle équipe, quel que soit son palmarès, peut sortir et chiper une victoire avec la bonne approche. Si quelqu'un pense qu'il peut nous éliminer parce que notre bilan est moins bon, il ferait mieux d'y réfléchir à deux fois. Nous ne sommes peut-être pas toujours parfaits, mais nous avons de grands joueurs et nous le montrons quand il le faut.

"J'aime nos fans, j'aime jouer devant notre public, mais peu importe où nous jouons, vous pouvez toujours compter sur moi pour donner le meilleur de moi-même. Donc même sans l'avantage du terrain, nous serons bien préparés à venir gérer les affaires".