08 octobre, 2019
04 octobre, 2020
21/04/2020
David Hein's Champions League Home Grown
to read

Pour Nikos Rogkavopoulos, la patience a fini par payer

Pour encourager le développement d'un plus grand nombre de jeunes talents locaux, la Ligue des champions de basketball requiert de ses équipes qu'elles inscrivent au moins 5 joueurs locaux sur la feuille de match (si 11 joueurs ou plus sont inscrits, sinon 4 si la liste compte 10 joueurs ou moins). Beaucoup de ces joueurs sont considérés comme des talents de haut niveau dans leurs pays respectifs et je vais en examiner quelques-uns au cours de la saison.

ATHENES (Grèce) - Nikos Rogkavopoulos est encore jeune et sait qu'il a une longue carrière devant lui. Mais il a appris une grande leçon cette saison, lors de la Basketball Champions League avec l'AEK Athènes : la patience finit par payer.

L'AEK a assemblé des équipes impressionnantes au cours des trois saisons que Rogkavopoulos a passées au club, ce qui a permis à ce garçon de 18 ans d'acquérir une grande richesse de connaissances et d'expériences qu'il peut mettre à profit pour apprendre le jeu même s'il n'est pas sur le terrain.

"Je peux nommer tant de joueurs, mais il serait dommage d'en oublier un. Presque tout le monde m'a donné des conseils ou un coup de main, alors j'apprécie vraiment", a déclaré M. Rogkavopoulos.

La liste des joueurs de l'AEK depuis l'arrivée de Rogkavopoulos en 2017 comprend plusieurs des meilleurs joueurs du continent, dont Howard Sant-Roos, Mike Green, Kevin Punter, Nikos Zisis, Vasilis Xanthopoulos, Manny Harris, Gabe York, Jordan Theodore, Keith Langford, Mario Chalmers, Dusan Sakota, Jonas Maciulis ainsi que des vétérans grecs établis comme Dimitris Mavroeidis et Panagiotis Vasilopoulos.

"S'entraîner avec tous ces gars m'a vraiment aidé à m'améliorer et à apprendre à chaque fois de nouvelles choses sur le jeu", a déclaré M. Rogkavopoulos.

Jouer avec Zisis est quelque chose de différent

L'ailier de 2,03 m a cependant ressorti un joueur, Nikos Zisis : ce joueur de 36 ans qui a tant accompli dans ce sport au cours de son illustre carrière, tant en club qu'en équipe nationale.

"Jouer avec un joueur comme Nikos Zisis peut vraiment vous aider dans votre carrière de basketteur. Il est l'exemple d'un grand professionnel et d'un grand coéquipier", a déclaré Rogkavopoulos à propos de Zisis, qui est revenu à l'AEK en cours de saison après avoir joué pour la dernière fois avec le club de 2000 à 2005. "Tout le monde dans l'équipe le respecte, l'écoute et apprécie d'être avec lui sur le terrain. Il m'aide vraiment parce qu'il était dans la même position que moi avant".

L'apprentissage avec papa Rogkavopoulos et Papamakarios

Les débuts de Rogkavopoulos dans le basket remontent aux terrains locaux dans le quartier de Marousi à Athènes.

"Jouer à Marousi était agréable. Nous avions beaucoup de terrains de basket et une bonne infrastructure, donc tous ceux qui s'intéressent au jeu peuvent vraiment travailler", se souvient-il.

Rogkavopoulos a été exposé au jeu par son père, qui s'appelle également Nikos Rogkavopoulos, qui a joué dans les années 80 pour des clubs tels qu'Ilysiakos.

"Il m'a aidé à faire mes premiers pas dans le jeu, à l'âge de 7 ans", se souvient-il. "J'adorais regarder le basket et c'est comme ça que j'ai décidé de commencer à jouer".

Rogkavopoulos a grandi dans le club des Doukas, qui jouait en A2 (deuxième division) en Grèce en 2016-17. C'est cette saison-là que Rogkavopoulos s'est entraîné aux côtés de Manolis Papamakarios, qui, au cours de sa carrière, avait joué avec l'Olympiacos en Euroligue ainsi qu'en ACB espagnole jusqu'en 2014.


"Je savais qu'il était l'un des meilleurs arrières shooteurs en Grèce dans les années 2000 et 2010. Il a eu une grande carrière et c'était aussi un homme vraiment cool. C'était ma première année dans une équipe senior, donc je me souviens bien de lui", a déclaré Rogkavopoulos en repensant au fait qu'il avait joué aux côtés des Papamakarios, alors âgés de 36 ans, alors qu'il n'avait lui-même que 15 ans.

L'offre du Real Madrid 

Le talent de Rogkavopoulos a également attiré l'attention en dehors de la Grèce - avant même qu'il ne joue au niveau international. Le puissant Real Madrid lui a fait une offre en 2016. Mais Rogkavopoulos a repoussé cette offre.

"Lorsque j'ai reçu l'offre du Real Madrid, j'ai décidé de rester à Doukas parce qu'à ce moment-là, je sentais qu'il valait mieux que je reste en Grèce", se souvient-il.

Un été plus tard, Rogkavopoulos a décidé une fois de plus de rester en Grèce - et cela pour le long terme puisqu'il a signé un contrat de six ans avec l'AEK.

"J'ai décidé de signer avec l'AEK parce que c'est un grand club et j'ai vu qu'ils croyaient en moi en tant que joueur", a-t-il déclaré.

Ses débuts en sélection en 2017

 

L'année civile 2017 a également vu Rogkavopoulos faire ses débuts dans les rangs de l'équipe nationale grecque au Championnat d'Europe FIBA U16 2017, Division B. Les Grecs avaient été relégués de la Division A en 2016 et Rogkavopoulos est allé en Bulgarie avec l'objectif de ramener le pays en première division.

"Il était essentiel que l'équipe nationale grecque soit promue en première division. Je pense que nous aurions pu obtenir un bon résultat dans la Division A également", a déclaré Rogkavopoulos, qui a signé 18,0 points, 6,9 rebonds, 2,4 passes et 1,4 interceptions en moyenne tout en shootant à 44,1% à trois-points pour aider la Grèce à remporter la compétition et a également remporté le titre de MVP.

Rogkavopoulos a fait le saut d'une catégorie d'âge l'été suivant, en participant au Championnat d'Europe U18 de la FIBA 2018, avec un an d'avance. La Grèce a fini en 14e position et aurait été reléguée en Division B mais ne l'a pas été parce qu'elle a été désignée comme hôte du Championnat d'Europe U18 de la FIBA 2019.

"Je crois que nous n'avons pas eu de chance. Nous avons perdu deux matchs très serrés en phase de groupes contre la Lettonie (pays hôte et futur vice-champion) et la France (troisième), puis nous avons dû affronter l'Espagne (en huitièmes de finale) qui n'a perdu qu'un seul match et a terminé neuvième", a déclaré Rogkavopoulos, qui a obtenu une moyenne de 19,7 points, 6,6 rebonds, 2,1 passes et 1,4 interceptions avec 45,0 % de réussite à trois-points dans le tournoi.

La Grèce a ensuite perdu contre l'Ukraine en match de classement 9-16 et est tombée contre la Finlande dans le match de classement 13-14 en prolongation. Rogkavopoulos a assuré 33 points et 10 rebonds ce jour-là.

 

Accueillir le monde en Grèce

 

La Grèce a été désignée non seulement pour accueillir le Championnat d'Europe U18 de la FIBA en 2019, mais aussi la Coupe du monde de basket U19 de la FIBA en 2019 - Rogkavopoulos ayant eu la chance de participer aux deux compétitions.

"C'était très agréable de jouer devant son public et j'aimerais bien rejouer un tournoi comme celui-ci dans mon pays", a déclaré Rogkavopoulos, qui a tourné en moyenne à 13,7 points, 4,6 rebonds et 2,4 passes et 39,5 % de réussite de loin lors de sa première compétition mondiale. La Grèce a terminé à la 10e place après avoir joué contre des équipes comme l'Argentine, la Russie, les Philippines, la France, le Sénégal et l'Australie.

"La Coupe du monde des moins de 19 ans a été une très belle expérience. La dixième place me semble juste, mais mon plus fort souvenir est celui du match de groupe contre l'Argentine, où nous avons perdu bien que nous ayons mené de 16 points. Derrière, le match contre la France a été très difficile. Donc si nous avions gagné le match contre l'Argentine, nous aurions peut-être atteint les quarts de finale".

Plus tard cet été-là, Rogkavopoulos et sa génération née en 2001 ont terminé quatrième au championnat d'Europe FIBA U18 2019 à Volos.

"Nous attendions vraiment ce tournoi avec impatience, et nous avions de grandes espérances. Nous avons très bien fait, je pense", a déclaré Rogkavopoulos, qui a assuré en moyenne 11,7 points, 8,4 rebonds, 2,0 passes décisives et 1,1 interception pour être nommé dans le cinq idéal du tournoi.

 


"J'échangerais sans aucun doute (la place au sein du All-Star Five) contre une médaille qui rendrait 12 joueurs heureux et pas seulement un", a ajouté Rogkavopoulos.

Débuts professionnels avec l'AEK

L'été 2019 a eu lieu après les débuts de Rogkavopoulos avec l'AEK lors de la saison 2018-19, jouant 16 matchs en première division grecque et compilant 1,7 point et 0,9 rebond en 5 minutes par match, dont 7 points et 6 rebonds en 28 minutes sur trois matchs contre Peristeri dans la série de Play-Offs pour la troisième place.

La saison a également vu Rogkavopoulos jouer deux fois dans la Basketball Champions League, en jouant 11 secondes lors de la double prolongation contre Nymburk lors de la Journée 2, puis en jouant 1:25 minute contre Lietkabelis lors de la Journée 13 - à 17 ans.

"Je ne pense pas que j'ai vraiment appris beaucoup de choses à cause de ce temps de jeu limité, mais cela m'a donné une motivation supplémentaire pour travailler de plus en plus dur. Mais bien sûr, c'est toujours bon de participer à un match européen", a-t-il déclaré.

Près du titre en BCL

 

Rogkavopoulos avait déjà connu le summum en Basketball Champions League, même s'il ne faisait pas partie du roster, quand l'AEK a remporté la couronne de la BCL en 2018 - à Athènes.

"Je me souviens que l'atmosphère dans l'arène était spectaculaire. Je n'ai jamais vu ce genre de foule de ma vie", a-t-il déclaré. "Il y avait des matchs très serrés et à la fin nous avons gagné, donc je suis vraiment fier du succès de l'équipe".

L'AEK a été en quelque sorte la Cendrillon en remportant le trophée de la BCL 2018, mais est devenu depuis l'un des principaux acteurs de la compétition - il a atteint les quarts de finale la saison dernière et a pris la deuxième place de son groupe cette saison.

"Je vois que le club s'est de plus en plus développé. Et les attentes sont de plus en plus élevées chaque année. Cela peut vraiment devenir encore meilleur vue la façon dont l'équipe travaille", a déclaré Rogkavopoulos.

 

Gagner la confiance du nouvel entraîneur

La saison 2019-20 a vu l'arrivée d'Ilias Papatheodorou en tant que nouvel entraîneur de l'AEK, ce qui signifie que Rogkavopoulos a dû reconstruire ses relations.

Rogkavopoulos a disputé cinq matches de première division grecque d'octobre à fin 2019. Son éthique de travail a été reconnue par Papatheodorou, qui a commencé à donner à Rogkavopoulos plus de temps de jeu à partir de janvier.

"Je pense que je travaillais dur en général, et ma chance de faire mes preuves est arrivée et j'ai commencé à gagner la confiance de l'entraîneur", a déclaré Rogkavopoulos.

 

Il a assuré 5 points, 3 rebonds, 1 passe et 1 interception en 16 minutes contre Kolossos le 11 janvier, puis 7 points, 4 rebonds et 1 passe le 25 janvier contre Peristeri.

"C'était vraiment bien et je veux faire de mieux en mieux afin d'obtenir plus de minutes", a déclaré Rogkavopoulos, qui n'avait marqué que 7 points, 7 rebonds, 5 passes et 1 interception en 15 minutes lors des cinq premiers matchs.

 

Une grosse perf en BCL

Ces performances ont permis à Rogkavopoulos de s'imposer sérieusement dans la BCL contre Anwil Wloclawek le 14 février dernier. Le 5 février, il a réussi 4 de ses 6 tirs à trois-points en marquant 15 points et en captant un rebond en seulement 12 minutes d'action.


"Le match contre Anwil a été très important pour moi car je travaillais très dur et j'attendais patiemment ma chance, et je suis heureux que cela ait payé", a-t-il déclaré. "C'était vraiment un bon moment".

Premier goût de la victoire

Rogkavopoulos a vécu de près le sacre dans la BCL 2018 mais n'était pas dans l'équipe - les célébrations ne signifiaient donc pas autant pour lui que les joueurs qui l'ont remporté. Mais Rogkavopoulos a goûté pour la première fois au succès en club, 11 jours seulement après sa grande prestation en BCL, en aidant l'AEK à remporter la Coupe de Grèce 2020 grâce à une victoire 61-57 sur Promitheas Patras.


"C'était une expérience géniale. Nous avons gagné la coupe et je suis vraiment heureux d'avoir participé à ce succès", a déclaré Rogkavopoulos, qui n'a pas marqué mais a joué 10 minutes dans la cinquième coupe grecque de l'AEK et la deuxième en trois ans. "Tout le monde l'a fêté comme un fou".

La draft et l'avenir

Rogkavopoulos a décidé en avril de mettre son nom à la Draft NBA 2020. Il sait qu'il a encore du travail à faire pour arriver en NBA, mais il croit en son éthique de travail et en son amour du jeu.

La BCL devrait se poursuivre en septembre avec le Final Eight, un tournoi à élimination directe dont l'AEK fera partie. Il n'est pas certain que Rogkavopoulos jouera beaucoup dans ces matchs, mais il veut absolument apporter sa contribution.

"Au cours de la prochaine saison, je me vois travailler dur et prendre de plus en plus de minutes pour aider mon équipe à atteindre ses objectifs", dit-il, sachant qu'être patient est payant.

 

Les chroniqueurs de la Basketball Champions League écrivent sur un large éventail de sujets liés au basket-ball qui les intéressent. Les opinions qu'ils expriment sont les leurs et ne reflètent en aucun cas celles de la FIBA ou de la Basketball Champions League.

La Basketball Champions League n'assume aucune responsabilité et ne donne aucune garantie ou représentation, implicite ou autre, quant au contenu ou à l'exactitude du contenu et des opinions exprimées dans l'article ci-dessus.

David Hein

David Hein

Walk into the media tribune of any major basketball event and there's a good chance you will come across David Hein. Having covered dozens of FIBA events, including numerous women's and youth events, there are few players Dave doesn't know about, and few players who don't know him. His sporting curiosity means he is always looking to unearth something new and a little bit special. David Hein's Champions League Home Grown is a weekly column digging out the freshest basketball talent in the competition and assessing what the basketball landscape will look like a couple of years down the line.