09 octobre, 2018
05 mai, 2019
03/05/2019
Preview
to read

Les Giants ou les Champions 2017 ? Les jeunes Anversois face à un défi de taille contre Tenerife

ANTWERP (Belgique) - Iberostar Tenerife a gagné à domicile, l'AEK a gagné à domicile, maintenant la pression est sur les épaules des Telenet Giants Anvers pour conserver la tradition des hôtes vainqueurs de la Basketball Champions League.

Iberostar Tenerife, vainqueur de l'édition 2017, a terminé en tête du Groupe B (12-2), devancé simplement par UCAM Murcia en saison régulière (1er du Groupe A avec 13-1), et à égalité avec l'AEK et Hapoel Bank Yahav Jerusalem, également à 12-2. En Play-Offs, les garçons de Txus Vidorreta ont fait preuve d'un caractère exceptionnel pour venir à bout de Promitheas Patras en huitièmes de finale et de Jérusalem en quarts de finale.

 

Telenet Giants Antwerpen a eu le plus long voyage de tous, sortant des qualifications où ils avaient battu l'AEK Larnaca et le Red October Cantu. Les vainqueurs de la Coupe de Belgique ont terminé avec un bilan de 7-7 dans le Groupe C et se sont qualifiés pour les huitièmes de finale face à UCAM Murcia (13-1). Ils ont défendu leur avance à l'aller, avant de prendre d'assaut Nijni Novgorod et d'atteindre les demi-finales.

Oppositions clés : Même s'ils ne jouent pas au même poste, il s'agira de Tim Abromaitis contre Ismael Bako. Les deux intérieurs sont le genre de joueurs qui vous montrent habituellement comment leur équipe se comporte - s'ils marquent beaucoup et jouent le mieux possible, il y a de fortes chances qu'ils finissent par gagner à la fin.

Abromaitis sait déjà comment gagner une demi-finale de la Basketball Champions League. Ses 19 points et ses 9 rebonds ont tous les deux été des records face à Umana Reyer Venezia en 2017, menant Tenerife en finale, où ils ont battu Banvit et remporté le trophée.

View this post on Instagram

.@TimAbro means business in the #BasketballCL! #FinalFour

A post shared by Basketball Champions League (@basketballcl) on

 

Ismael Bako sera probablement plus important sur le volet défensif. Le fait d'avoir le deuxième meilleur contreur de la Basketball Champions League au nombre total de contres cette saison aide ses coéquipiers à augmenter la pression défensive à l'extérieur de la peinture, sachant qu'ils ont une tour derrière eux, prêts à bloquer 2,3 tirs par 40 minutes.

Statistiques clés : Avec Iberostar Tenerife dans le Top 3 de presque tous les stats avancés de la Basketball Champions League, les Telenet Giants Anvers savent qu'ils ont une montagne à gravir.

Tenerife ne leur donnera pas beaucoup de deuxièmes chances, puisque l'équipe espagnole capte 56,7% de tous les rebonds disponibles sous les deux cercles, ce qui en fait des leaders du championnat. Anvers n'est pas dans le Top 10 dans cette colonne, avec 50,9% de tous les rebonds qui finissent entre leurs mains.

En termes simples, le pourcentage de rebonds n'est qu'une façon sophistiquée de dire que celui qui gagne les balles "à 50-50" au rebond finira aussi par gagner le match et se qualifier pour la finale dimanche.

Ils ont dit : "Ça a été un processus, on a fait un pas à la fois. Nous voulions d'abord nous qualifier pour la Basketball Champions League (la saison régulière), puis nous voulions être compétitifs tous les soirs, et ensuite nous avons obtenu une place pour le Play-Off. Nous avons très bien joué ensemble, nous espérons que ça continuera ce week-end. Nous avons quelques jeunes talents belges dans ce pays, et dans cette équipe avec Hans (Vanwijn) et Ismael (Bako), et même quelques plus jeunes derrière. Nous voulons juste montrer que les meilleures équipes belges peuvent être vraiment compétitives en Europe." - Dave Dudzinski, capitaine de l'équipe Telenet Giants Anvers.

 

"(L'expérience de 2017) signifie beaucoup. Nous savons qu'Anvers est une très bonne équipe, et jouer à domicile avec un grand soutien est un grand plus pour leur énergie. Nous devons être prêts pour cela et jouer notre jeu. Après le premier match contre Promitheas en huitièmes de finale, nous avions un très gros défi à relever, et nous étions très concentrés, nous voulions continuer à participer à cette compétition. Nous avons affronté une grande équipe à Jérusalem lors du tour suivant, nous savions qu'il s'agissait d'une équipe très dangereuse, mais nous étions concentrés à nouveau et maintenant que nous sommes ici, nous voulons poursuivre sur cette lancée". - Nico Richotti, capitaine de l'équipe d'Iberostar Tenerife.

"Cette histoire a commencé l'année dernière, lorsque nous avons réuni ce groupe, et nous avons dû faire face à trois tours de qualification. Et nous avons seulement perdu le dernier match en Pologne.... Cette année encore, nous avons joué les qualifications, donc le premier objectif était de réussir, et comme David l'a dit, d'être compétitif. Je pense que nous l'avons fait toute l'année, et nous le ferons aussi ce week-end. Ça devrait être une bonne ambiance, la salle a l'air vraiment sympa, et ça devrait être une grande fête pour tout le monde ici. En tant que joueur, la première chose à faire est d'en profiter et de jouer aussi dur que possible. Parce que, surtout pour mes gars, presque tous au début de leur carrière, on ne sait jamais ce qui vous attend, mais peut-être que vous ne rejouerez plus ce genre de match. Alors vous devez en profiter au maximum." - Roel Moors, l'entraîneur de Telenet Giants Antwerpen.

"En Grèce et en Espagne, c'est l'hôte qui a gagné. Si nous remportons le premier match, nous avons la chance de remporter le titre, mais ce sera très difficile parce que nous devons d'abord changer l'histoire (celle des hôtes qui remportent le Final Four). Le Small-ball est aujourd'hui au sommet du basket-ball européen et du basket dans le monde entier. Nous allons essayer de bien défendre ce genre de joueurs, mais ce n'est pas toujours possible. Pour nous, la question la plus importante est d'être un collectif car Anvers est une bonne équipe. Pas seulement dans sa ligne arrière. Bako, Dudzinski, Tate, les nouveaux joueurs...ils ont une grande équipe. Ils jouent avec une grande facilité apparente, mais très efficacement." - Txus Vidorreta, entraîneur d'Iberostar Tenerife.

Quand : Vendredi 3 mai, 21h15 CET.

Où : Sportpaleis, Anvers, Belgique.