09 octobre, 2018
05 mai, 2019
07/05/2019
Review
to read

Segafredo Virtus Bologna vs Iberostar Tenerife - Analyse tactique

ANVERS (Belgique) - Deux des meilleurs entraîneurs de la Basketball Champions League, avec deux des meilleures équipes défensives que la BCL ait jamais connues. Le décor de la finale était planté...

Dans les causeries qui ont précédé le match, nous avons suffisamment entendu les deux entraîneurs pour avoir une idée claire de leurs priorités. On entendait clairement Txus Vidorreta dire à son équipe d'aller plus fort au rebond offensif. En particulier, il a insisté sur le fait que les tirs de deuxième chance pouvaient leur permettre de gagner le match. Pour la Virtus, on entendait Sasa Djordjevic dire à son équipe de faire attention au "45 Pick-and-Roll". Il faisait référence à la préférence de Tenerife pour créer par le biais de leurs ailiers-forts et forcer des switchs défensifs de leurs adversaires. Après le bon départ de la Virtus, Tenerife a demandé un temps-mort et a développé ce 45 pick-and-roll attendu par Djordjevic. M'Baye et Moreira ont changé (comme prévu) et les hommes de l'entraîneur Vidorreta ont montré exactement pourquoi Sasa Djordjevic était si concentré sur la défense de cette action.


Si la vidéo ci-dessus vous montre ce sur quoi Vitus s'est concentré dans la causerie, la vidéo ci-dessous illustre ce point pour les deux équipes. Tenerife est entré dans les Play-Offs en tant que leader surprise du championnat au pourcentage de rebond offensif. Regardez comment Tenerife a encore une fois forcé le changement avec Iverson posant l'écran pour Abromaitis, puis comme Bologne s'affairait à arrêter Iverson, sa passe a offert à Tenerife une position à trois-points dans le corner. Brussino a raté, Tenerife a capté le rebond offensif et a obtenu une deuxième tentative ouverte de loin, mais encore raté...Le thème de la première mi-temps en un seul clip.

 

Nous pouvons écrire des détails tactiques à chaque minute du jeu, mais quand Virtus tire à 48% de loin avec Kevin Punter à 5/5, et Tenerife tire 37 tirs à 3-points et n'en rentre que 13,5%, l'histoire du jeu est presque racontée sans aller plus loin. En ce qui concerne Kevin Punter qui a tiré à 100% derrière l'arc, nous pourrions écrire une analyse complète sur son jeu (et nous reviendrons à lui plus tard). Mais la première chose à faire est de commencer par la défense de Virtus.

L'équipe de l'entraîneur Djordjevic a limité la meilleure équipe offensive de la ligue à un rating offensif de 90 points pour 100 possessions et à un pourcentage de réussite de 31,5%. Ils ont également forcé Tenerife à perdre la balle sur 28% de leurs possessions. Ces trois statistiques sont les pires de la saison pour les Canariens. Après le match, Djordjevic a parlé du fait que lui et son entraîneur adjoint Goran Bjedov avaient travaillé avec l'équipe nationale serbe pour appliquer les règles défensives qu'ils appliquent. Sans étudier la Serbie en détail, nous avons pu voir cette équipe de Virtus développer un ensemble de règles en défense. Dans le clip ci-dessous, remarquez la façon dont Kelvin Martin contourne l'écran pour forcer la prise de balle de Staiger loin du panier. Puis, remarquez aussi Tony Taylor refuser le retour de passe à San Miguel. Le résultat est de forcer Tenerife à effectuer une passe précipitée à Brussino. Puis sur l'écran "Step-Up" d'Iverson, Moreira et Punter vient trapper agressivement.


A nouveau, dans le clip suivant, regardez comment Kelvin Martin refuse la passe à Beiran dès que le ballon quitte ses mains. Martin suit ensuite les règles pour se battre à travers l'écran et avance au poste. La frustration prend le dessus sur Beiran car il utilise trop son bras (main gauche, suivie du coude droit sur le cou de Martin) et pas assez ses pieds, puis abandonne et commet une faute offensive. Ce genre de défense est horrible à affronter.


De l'autre côté, la défense de Tenerife a été confrontée à une situation "vous êtes mort si vous le faites, vous êtes mort si vous ne le faites pas" avec Kevin Punter. Bien sûr, ils ont fait des erreurs au premier quart-temps. Regardez le clip ci-dessous et remarquez comment Virtus exécute sa propre action avec deux écrans porteurs. Brussino passe sous le premier écran, puis sur l'inversion, San Miguel interprète à tort l'action comme un écran step-up et passe sous un faux écran par Moreira. Comme le montre la flèche, il aurait dû s'approcher pour être en mesure d'interrompre le transfert. Punter prend un dribble et réussit un tir à la Lillard - le graveur peut déjà commencer à inscrire la lettre K sur le trophée du MVP.


Le problème pour Tenerife, c'est que même s'ils ont bien défendu cette action, Punter a quand même marqué. Regardez le clip ci-dessous qui date d'une minute plus tôt. Cette fois, San Miguel a lu le transfert et était en position de switcher. Iverson a parfaitement joué l'écran. Alors que Martin drive, les jaunes et noirs construisent une muraille - une grande défense. Le décalage vers Punter a donné lieu à un tir à trois-points très contesté. Punter l'a tout de même planté sur les 2,03 m de Brussino.


Punter a été incroyable et sa contribution est allé au-delà de toute tactique, mais il était loin d'être seul. Nous savons que l'entraîneur Djordjevic craignait que Tenerife ne crée par le biais de ses ailiers-forts avec les écrans à 45, et contre les Canariens, vous avez besoin d'une énorme contribution de vos propres ailiers-forts si vous voulez avoir une chance. Amath M'Baye a marqué son autorité sur le jeu très tôt et n'a jamais cessé de dominer après cela.

 

Ces deux tirs peuvent sembler difficiles, mais M'Baye les a réalisés à un rythme effréné toute la saison. Le faire sur ce genre de scène n'en était pas moins très impressionnant.

Pendant que nous parlons des contributions au poste bas, l'autre homme qui s'est mis en évidence a été le capitaine Pietro Aradori. L'Italien a marqué neuf points tous plus importants les uns que les autres, mais sa contribution défensive a été potentiellement encore plus importante. Regardez comment il a tenu Javier Beiran au poste. Dans les deux clips ci-dessous, il a refusé de permettre à Beiran de se mettre au milieu et de tirer ce coup de crochet qu'il aime.


Bien sûr, Tenerife n'allait jamais renoncer à une victoire facile. Dans le quatrième quart, ils ont en fait gagné le quart 17-15 et sont revenus sous la barre des 10. Défensivement parlant, ils ont tout essayé. Regardez le clip ci-dessous et remarquez à quel point Iverson s'est éloigner pour gêner l'écran sur sur Punter. Remarquez ensuite à quel point Abromaitis a quitté son homme très tôt pour construire un mur et montrer à Punter un obstacle supplémentaire.


Sur le plan offensif, ils utilisaient encore les écrans à 45, mais sans le ballon. Dans le premier clip ci-dessous, Tenerife sont dans leur système "Floppy" avec Abromaitis sortant d'un écran posé par Iverson. Kravic est en retard et Abromaitis a fait ce qu'il a fait toute la saison. Puis dans le deuxième clip, c'est le même écran d'Iverson pour Abromaitis sur la ligne de fond, mais à partir d'une remise en jeu. Kravic était encore en retard et Abromaitis est allé sur la ligne.


En fin de compte, c'était trop peu, trop tard. Le retour était exactement ce à quoi on pouvait s'attendre d'un ancien champion, mais lorsque Mario Chalmers a choisi le quatrième quart-temps pour réaliser son meilleur tir de la saison, les carottes étaient cuites pour Tenerife.

 

Alors,..... nous y voilà. Une saison décidée en un seul match. Pour Tenerife, il y a tant de "si" et de "mais" dans un match où la maladresse a eu probablement plus d'impact que n'importe quelle tactique. Pour Sasa Djordjevic et Virtus Bologna, il s'agissait d'un clinic défensif sur un week-end avec 17.000 fans en Belgique en tant que participants. Le club le plus titré d'Italie a ajouté un autre trophée européen et Sasa Djordjevic devra probablement se rendre à Ikea pour acheter une armoire à trophées plus grande.

Quelle saison, quel événement, quelle compétition. Peu de gens pensaient qu'il était possible pour la Basketball Champions League de rester sur le momentum de la saison dernière à Athènes, mais d'une manière ou d'une autre, c'est arrivé. Qui sait quel genre d'histoires la saison prochaine va susciter, mais pour l'instant, il est temps de la laisser respirer. On se voit en octobre.

Diccon Lloyd-Smeath

Diccon Lloyd-Smeath

Diccon is a basketball coach and analyst living in Madrid. Constantly digging in the crates of box scores and clicking through hours of game footage. Diccon is on the hunt for the stories within the stories. If you like to get a closer look at what’s going in the Basketball Champions League, you have found it.