09 octobre, 2018
05 mai, 2019
05/05/2019
Preview
lire

Italie ou Espagne ? Virtus Bologna affronte Iberostar Tenerife dans le plus grand match de la saison

ANVERS (Belgique) - Les entraînements sont terminés, les équipes sont prêtes pour le grand soir et le beau trophée reviendra à Tenerife comme en 2017 ou viendra garnir la riche armoire à trophées de Bologne.

Segafredo Virtus Bologna a atteint la finale en construisant un mur défensif contre l'un des grands favoris depuis le premier jour de cette saison, Brose Bamberg. Pour en savoir plus à ce sujet, jetez un coup d'œil à l'analyse tactique de Diccon Lloyd-Smeath pour savoir comment Bologne a limité les actions de Tyrese Rice et de ses coéquipiers lors de la demi-finale de vendredi.

Quant à Iberostar Tenerife, ils ont déjà réécrit les livres d'histoire de cette jeune compétition. En battant Telenet Giants Anvers devant 17.289 personnes au Sportpaleis, les champions 2017 ont fait en sorte que l'édition 2019 du Final Four soit la première où l'hôte ne se retrouve pas avec le trophée entre les mains. Coach Diccon Lloyd-Smeath a également décortiqué ce match.

Oppositions clés : Javier Beiran contre Kevin Punter. Virtus a beaucoup joué small ball cette saison, réunissant Kevin Punter, Tony Taylor et Mario Chalmers sur le terrain, et à l'autre bout du spectre, Tenerife a fait le plus de dégâts contre Anvers en alignant ensemble trois gars de 2,01 m, Beiran, Brussino et Gillet, avec San Miguel à la mène et Colton Iverson (7'0'') pour protéger la peinture.

Si Txus Vidorreta opte pour ce genre de formation, nous pourrions assister à un duel direct entre les deux joueurs qui ont dit vouloir ce titre plus que tout autre chose. Punter, parce qu'il pourrait devenir le premier homme à le gagner deux fois de suite, et à le faire avec des clubs différents, aussi. Beiran, parce qu'il a manqué le Final Four 2017 en raison d'une blessure, ce qui l'a dévasté à l'époque, étant donné que c'était sans doute la meilleure saison de sa carrière.

 

Punter est l'homme de la situation lorsqu'il s'agit de créer son propre tir après dribble. Près de la moitié de ses touches de balle se terminent par jump shot (48,5% toutes compétitions confondues cette saison), et il les fait tomber avec une grande régularité, obtenant 277 points sur 252 possessions en Basketball Champions League, Serie A et Italie Coupe - qui le place à 1,099 point par possession, une marque qui est vraiment unique dans le basketball international quand il s'agit de shooter après le dribble.

Pendant ce temps, Beiran est le maître des post-ups, surtout sur le bloc gauche. Tenerife a marqué 174 points sur les 164 post-ups de Beiran en Liga Endesa, en Copa del Rey et en Basketball Champions League cette saison, car le swingman est capable non seulement de marquer contre un défenseur plus petit, mais aussi de distribuer le ballon à ses coéquipiers depuis cet endroit.


Statistiques clés : Bologne - Espagne 2-0 en finale. Non, je ne parle pas de football. Virtus est une franchise historique avec quatre trophées européens en sa possession, et voir les Espagnols de l'autre côté était généralement de bon augure. En finale de la Coupe des vainqueurs de coupe de la FIBA en 1990, Knorr Virtus Bologna a battu le Real Madrid 79-74, grâce aux 29 points de Sugar Ray Richardson.

 

En 2001, Kinder Bologna a survécu à un thriller de cinq matches contre Tau Ceramica en finale de l'EuroLeague, mené par Manu Ginobili, Antoine Rigaudeau et Rashard Griffith. Virtus a également remporté l'EuroLeague 1998, battant l'AEK en finale, et le FIBA EuroChallenge 2009, en battant Cholet dans le match pour le titre.

Iberostar Tenerife a remporté la Basketball Champions League 2017, et ils ont rencontré une opposition italienne sur leur chemin vers la gloire, mais pas en finale. Ils ont infligé une défaite à Umana Reyer Venezia en demi-finale, avant de battre Banvit quelques jours plus tard.

Ils ont dit : "Je suis venu ici (en finale) l'année dernière. Et je me suis dit que gagner l'année dernière était probablement le meilleur sentiment au monde. Et ce serait encore pire si je le perdais. (C'était) pas seulement moi, mais les autres gars dans les vestiaires le voulaient tout autant, ces gars dans les vestiaires avaient autant de passion. Depuis qu'on est ici, on est tous enfermés, depuis mercredi." - Kevin Punter, Segafredo Virtus Bologna


Kevin Punter était au sommet il y a tout juste un an.

"J'apprécie chaque jour de travailler avec ces gars, et je leur en suis reconnaissant, parce que c'est vraiment une bonne bande de gars." - Aleksandar Sasha Djordjevic, entraîneur de Segafredo Virtus Bologna

"Je suis venu à ce Final Four en disant que nous devions sourire. Il faut en profiter, avoir l'enthousiasme des personnes qui ont vraiment accompli quelque chose en basket. C'était une compétition très difficile avec 40 équipes, et en fin de compte être dans le Final Four - c'est vraiment quelque chose pour chacun d'entre nous. Nous devons nous sentir spéciaux. Avec le sourire et la joie, et en s'appréciant les uns les autres, je crois que de bonnes choses peuvent arriver." - Djordjevic à nouveau

"Pour nous, la Basketball Champions League est très importante. Nous devons remercier la FIBA et la Basketball Champions League car Iberostar Tenerife était une petite équipe il y a seulement deux ans et cinq jours. Au cours des trois dernières années, nous avons grandi chaque jour, parce que nous faisons un excellent travail dans cette compétition." - Txus Vidorreta, entraîneur d'Iberostar Tenerife


L'entraîneur Txus Vidorreta célèbre le titre en 2017

"Bologne est une équipe totalement différente. Nous connaissons les joueurs, mes assistants ont fait un excellent travail, nous les avons scoutés, mais pour moi, les prochaines heures seront consacrées à voir l'équipe de Djordjevic à la télévision, parce que ce sont de grands joueurs, avec de belles capacités à l'arrière sur les situations individuelles, et aussi avec leurs intérieurs. On doit trouver un plan. Pour nous, le plan est généralement la clé, parce que les joueurs exécutent parfaitement notre plan." - Coach Vidorreta à nouveau.

Quand : Dimanche 5 mai, 18h00 CET.

: Sportpaleis, Anvers, Belgique.

Igor Curkovic

Igor Curkovic

Igor Curkovic is Basketball Champions League's writer and editor since day one of the competition, specializing in Live Blog coverage of the games and sorting out the teams on Mondays, in the Power Rankings. When he's not watching basketball, he's commentating Croatian Second Division soccer games for TV.