09 octobre, 2018
05 mai, 2019
05/04/2019
News
to read

Tim Abromaitis d'Iberostar Tenerife MVP des quarts de finale

SAN CRISTOBAL DE LA LAGUNA (Tenerife) - Bien que cela ait pu paraître facile cette saison pour Iberostar Tenerife en Basketball Champions League, l'ailier-fort star Tim Abromaitis affirme que cela a été tout sauf une formalité pour l'équipe qui est à deux victoires de son deuxième titre en l'espace de trois ans.

Les Canariens ont remporté leurs six premiers matches de la saison régulière et ont terminé avec une fiche de 12-2 pour finir avec deux victoires d'avance sur Umana Reyer Venezia et quatre sur Nanterre 92 et le PAOK dans le Groupe B.

Une fois de plus, ils se sont qualifiés pour les demi-finales en éliminant Promitheas Patras en huitièmes de finale, puis l'Hapoel Bank Yahav Jerusalem en quarts de finale. Abromaitis, l'un des principaux artisans de la campagne victorieuse d'il y a deux ans, affirme que cela n'a pas été simple du tout.

“EVERY WEEK WE HAD ANOTHER CHALLENGE. IT'S BEEN GOOD FOR US, LIKE WE'VE PLAYED REALLY WELL BUT IT'S DEFINITELY BEEN CHALLENGING AND SEEMS LIKE THE COMPETITION KEEPS GETTING BETTER AND BETTER.”- Abromaitis

 

"Je pense que le niveau de compétition ne cesse de s'améliorer ", a-t-il dit au sujet de la BCL sur le podcast Coast to Coast de cette semaine sur championsleague.basketball.

"Quand la saison a commencé et que nous avons vu la liste des équipes, nous savions qu'il s'agirait d'un défi de taille pour nous qualifier pour le Final Four, et même pour bien faire dans notre groupe. Nous avons terminé premiers, mais notre groupe comprenait Nanterre, Venise, (UNET) Holon, Bonn, toutes de très bonnes équipes.

"Chaque semaine, nous avions un nouveau défi. C'est bon pour nous, comme si nous avions très bien joué, mais c'est un sacré challenge et la compétition ne cesse de s'améliorer de plus en plus".

Alors 6-0 et à domicile contre le PAOK le 21 novembre, Tenerife a reçu un avertissement contre l'équipe grecque, qui s'est imposée 66-65. Umana Reyer Venezia a également gagné à Tenerife le 15 janvier, 80-78.

Après avoir dû revenir d'une défaite 69-57 contre Promitheas à Patras, en Grèce, lors de la première manche des huitièmes de finale, et avoir remporté le match retour 79-57, Tenerife a de nouveau surmonté un déficit au match aller en quarts de finale contre Hapoel, qui menait de 10 points à Jérusalem avant de s'imposer, 75-73.

 

Mercredi à domicile, lors du match retour, Iberostar Tenerife a pris un retard de 10-9 pour un déficit cumulé de 3 points, avant qu'Abromaitis n'inscrive un lay-up pour initier un 15-0 qui a permis à l'équipe espagnole de reprendre les commandes.

Abromaitis, qui a inscrit 16 points à l'aller, en a scoré 21 au retour et 9 rebonds. Tenerife s'est imposé 81-64 pour un total de 154 -139 sur les deux manches.

View this post on Instagram

😤 @TimAbro put up 21PTS & 6REB to help @CBCanarias move to the #BasketballCL Final Four!

A post shared by Basketball Champions League (@basketballcl) on

 

Abromaitis a signé un 4 sur 6 (66,7 pour cent) à 3-points dans la deuxième manche tandis que Tenerife a terminé à 12 sur 40 (40 pour cent).

"Javier Beiran, qui a été l'un de nos leaders, n'a pas joué dans le premier match et a été limité dans le deuxième, alors les autres joueurs ont dû élever leur niveau et il s'est avéré que j'ai eu plus de ballons et que j'ai eu la chance de faire tomber quelques tirs," explique Abromaitis.

Au début de la saison, beaucoup de gens s'attendaient à ce que Jérusalem atteigne les demi-finales et à mesure que l'année avançait, ils semblaient de plus en plus redoutables.

Tenerife a cependant été le vainqueur décisif.

“WE WERE DOWN TO PROMITHEAS, (AND) LOSING BY NINE (45-46) AT HALF-TIME AT JERUSALEM, BUT NO ONE WAS NERVOUS. WE KNEW TO LOOK AT IT LIKE IT WAS AN 80-MINUTE GAME, THAT WE HAD 60 MINUTES STILL TO GO AND THAT HELPED US TO COME BACK.”- Abromaitis

 

"Hapoel est évidemment une grande équipe offensive avec beaucoup de talent à tous les postes", a déclaré Abromaitis. "Nous leur avons proposé beaucoup de défenses, mais surtout, nous avons joué très agressivement avec beaucoup d'énergie et de concentration.

"Nous avons peut-être eu de la chance qu'ils aient raté quelques tirs, mais je pense que nous les avons forcés à prendre des tirs difficiles et nous avons vraiment fait du bon travail en terme de scouting, en connaissant leurs forces et en étant capables de les ralentir un peu comme les autres équipes ne l'ont pas fait".

L'expérience des deux saisons précédentes où ils avaient participé aux Playoffs a également aidé Tenerife.

"Je pense que ça aide vraiment," dit Abromaitis. "Quand nous l'avons gagné il y a deux ans, nous n'avons remporté aucun des deux premiers matches, ni en huitièmes de finale, ni en quarts de finale. L'année dernière, nous avons gagné le premier match (contre UCAM Murcia) et perdu le deuxième pour être éliminés en huitièmes de finale.

"Je pense donc que nous savions tous que quoi qu'il se soit passé lors de la première manche, tout était encore en l'air, tout était à saisir lors de la deuxième manche. Nous avons perdu à Promitheas, et nous perdions de neuf points (45-36) à la mi-temps à Jérusalem, mais personne n'était nerveux. Nous savions que c'était un match de 80 minutes, qu'il nous restait encore 60 minutes à jouer et cela nous a aidés à revenir."

Le défi devrait être plus grand cette année, car contrairement à il y a deux ans, Iberostar Tenerife n'accueillera pas l'événement. Au lieu de cela, il sera organisé par Telenet Giants Antwerpen. Segafredo Virtus Bologna et Brose Bamberg seront également au Final Four, qui aura lieu du 3 au 5 mai.

 

Abromaitis veut juste savourer le fait que lui et ses coéquipiers seront de nouveau là.

"C'est sympa," dit-il. "Ce n'est pas une route facile, mais dès le départ, l'objectif de l'équipe était de revenir au Final Four. Nous avons évidemment été très déçus l'an dernier lorsque nous n'avons pas réussi à nous qualifier et que nous avons été éliminés en huitièmes de finale, mais c'est formidable d'être de retour dans le Final Four et de pouvoir concourir pour un autre titre, je l'espère".

Jeff Taylor

Jeff Taylor

Jeff Taylor, a North Carolina native and UNC Chapel Hill graduate, has been a journalist since 1990. He started covering international basketball after moving to Europe in 1996. Jeff provides insight and opinion every week about players and teams on the old continent that are causing a buzz.