09 octobre, 2018
05 mai, 2019
01/11/2018
Igor Curkovic's Champions League Help-Side
lire

La Basketball Champions League est contagieuse

ZAGREB (Croatie) - Une semaine de plus dans les archives, une autre semaine pour confirmer qu'il est si facile de tomber amoureux de la Basketball Champions League. Les matchs se succèdent au fil des semaines et j'ai l'impression d'avoir besoin d'une autre paire d'yeux pour rester éveillé dans cette rubrique prise à deux et tout couvrir.

Mardi, huit matchs se sont disputés, dont sept en même temps. En couvrant le blog en direct, je me disais qu'il était logique de se concentrer uniquement sur les matchs serrés et de laisser passer les affaires à sens unique. Mais, la Basketball Champions League étant la Basketball Champions League, c'était de la pure folie.

Le rêve des 60 pour cent

Six des huit matchs joués mardi se sont terminés sur un écart à un seul chiffre. Les deux autres ont vu l'AEK s'imposer de 10 points en fin de match contre Dijon - sans doute le match de la semaine - et l'UNET Holon a été en difficulté pendant les trois quarts de son rendez-vous avec Opava.

La saison 2016-17, la première de la BCL, a vu 128 de nos 280 matchs de saison régulière se terminer avec un écart à un seul chiffre. Cela fait 45,7 % des matchs, d'après ma calculatrice. La deuxième saison 2017-18, la deuxième, a vu 118 de nos 224 matchs de saison régulière se terminer à un seul chiffre. On est passé à 52,7 %.

La saison 2018-19, qui en est encore à ses débuts, a vu 34 de nos 64 matchs de la saison régulière se terminer à moins de dix points d'écart. C'est 53,1 pour cent, soit plus de la moitié, un pourcentage qui continue à croître. Idéalement, il serait génial d'arriver à 60 pour cent des matchs décidés par moins de 10 points, et tout le monde tomberait amoureux de notre compétition.

View this post on Instagram

.@JanSpan from the parking lot. ICE COLD ❄

A post shared by Basketball Champions League (@basketballcl) on

Parce qu'il y a des fins de matchs spectaculaires dans toute l'Europe chaque semaine. Il y a des entraîneurs à haut potentiel comme Raoul Korner, Igor Milicicic ou Kazys Maksvytis qui n'attendent que leur chance. Il y a des joueurs comme Kevin Punter qui sont passés du statut de rookie de Rosa Radom à celui d'un scoreur à nul autre pareil dans la compétition. Il y a des joueurs comme DeVaughn Akoon-Purcell qui ont excellé dans notre première saison, alors qu'ils jouaient pour les Bakken Bears, et qui est maintenant un membre des Denver Nuggets.

Il n'est pas nécessaire d'avoir un "grand" nom pour avoir une grande compétition. Du moins, c'est comme ça que je vois les choses, et c'est pour ça que j'aime la Basketball Champions League. Et pourquoi j'ai adoré FIBA SuproLeague en 2001. Et pourquoi j'aime les matchs de football de deuxième division croate. J'aime ce bon vieux sentiment romantique que tout le monde a la chance de jouer et de prouver sa valeur.

Contagieuse

En parlant de cela, il semble que la dramaturgie de la Basketball Champions League déteint sur d'autres événements. Il y a eu huit matches de la Coupe de Croatie cette semaine, celui que j'ai couvert a été disputé en prolongation - bien sûr - et a été décidé par un but à la 119e minute - bien sûr. Coïncidence ? Eh bien, ouais, probablement....

Billet hebdomadaire sur le basket italien

Dejan Kravic shoote ses lancers-francs d'une seule main. Et il est la raison principale pour laquelle la Virtus Bologna a un pourcentage absurde de contres en tête de la ligue à 9.8 - c'est une façon sophistiquée de dire que Bologne bloque une possession sur 10 de ses adversaires.

 

Quand une lune frappe tes yeux comme une grande pizza.

Amar'e Stoudemire a marqué 24 points pour Hapoel Bank Yahav Jerusalem contre Montakit Fuenlabrada, en seulement 13 minutes et 16 secondes. Le grand type est le premier joueur à marquer plus de 20 points tout en jouant moins de 15 minutes dans un match de Basketball Champions League. Le grand type est le premier joueur à avoir une évaluation supérieure à 20 dans un match de Basketball Champions League tout en jouant moins de 15 minutes.

Chante-la avec moi. C'est Amar'e !

 


L'équipe de la semaine

Plutôt que de simplement choisir le type d'équipe All-Star Five, permettez-moi de choisir une équipe réelle comme l'équipe de la semaine. Cette fois, c'est l'heure d'une leçon d'histoire : il y avait trois frères dans l'antiquité romaine, Jupiter, Pluton et Neptune. Il a été décidé que le "Neptune de mauvaise humeur et violent" régnerait sur la mer. Et, quelques 2000 ans plus tard, la Basketball Champions League aussi.

Je n'arrête pas de vous mettre en garde contre les Neptunas dans le Power Rankings, car ils forment une bien meilleure équipe que ne le suggère leur fiche de 2-2. Ils sont bien entraînés, je vais laisser Diccon Lloyd-Smeath expliquer cette partie,et magnifiquement équilibré avec un meneur de jeu intelligent, Lorenzo Williams, avec un duo plein d'énergie constitué de Jerai Grant et Kyle Weaver, et avec Tomas Delininkaitis, copie carbone d'un JJ Redick de 36 ans.

 

Ils ont infligé à la SIG Strasbourg sa première défaite de la saison, marquant 92 points contre une équipe qui a tenu Besiktas à 71, Bayreuth à 63 et Olimpija à 71. Et ça a dû être agréable, car c'est Strasbourg qui les a éliminés la saison dernière, en huitièmes de finale.

La seule raison de rester sceptique quant à leurs chances à long terme est un fait déjà vu les saisons précédentes. Les Neptunas commencent la saison en force, puis perdent des gars comme Jimmy Baron ou Arnas Butkevicius à mi-saison et s'effondrent. Je suppose que cela représente la partie de mauvaise humeur et violente d'être Neptune.

 

Les chroniqueurs de la Basketball Champions League écrivent sur un large éventail de sujets relatifs au basketball qui les intéressent. Les opinions qu'ils expriment sont les leurs et ne reflètent en aucun cas celles de la FIBA ou de la Basketball Champions League.

La Basketball Champions League n'assume aucune responsabilité et ne donne aucune garantie, ou représentation, implicite ou autre, pour le contenu ou l'exactitude du contenu et de l'opinion exprimée dans l'article ci-dessus.

 

Igor Curkovic

Igor Curkovic

Igor Curkovic is Basketball Champions League's writer and editor since day one of the competition, specializing in Live Blog coverage of the games and sorting out the teams on Mondays, in the Power Rankings. When he's not watching basketball, he's commentating Croatian Second Division soccer games for TV.