09 octobre, 2018
05 mai, 2019
06/03/2019
David Hein's Champions League Home Grown
to read

Radoncic de Murcia franchit les paliers après avoir quitté la famille madrilène

Pour encourager le développement d'un plus grand nombre de jeunes talents locaux, la Basketball Champions League requiert que ses équipes inscrivent au moins 5 joueurs formés à domicile sur la feuille de marque (si 11 joueurs ou plus sont inscrits, sinon 4 si le roster compte 10 joueurs ou moins). Beaucoup de ces joueurs sont considérés comme des talents de haut niveau dans leurs pays respectifs et j'y jetterai un coup d'œil tout au long de la saison.

 

MURCIA (Espagne) - Il n'est pas surprenant que Dino Radoncic ait été enthousiaste à l'idée de venir à l'UCAM Murcia. Après tout, l'ailier de 20 ans a retrouvé de vieux amis pour passer avec eux l'étape suivante d'une jeune carrière déjà couronnée de succès.

Radoncic est arrivé à Murcie en janvier après avoir commencé la saison avec Burgos, prêté par le Real Madrid. Le jeune talent s'est déjà frayé un chemin dans sa nouvelle équipe et a accumulé en moyenne 2,8 points, 3,3 rebonds et 1,3 passe en quatre matchs de la Basketball Champions League, tandis qu'il a signé en moyenne 4,3 points, 2,0 rebonds et 0,5 passe en quatre matchs de la Liga Endesa.

"La transition a été très facile pour moi. Je connaissais déjà tous les joueurs, les entraîneurs et les membres du staff, alors tout le monde m'a vraiment facilité la tâche. Tous les membres du club sont très gentils aussi. Tout le monde a essayé de m'aider pour que je me sente comme chez moi maintenant", a déclaré Radoncic, qui a été coéquipier d'Emanuel Cate et Carlos Unanue au Real Madrid et a joué sous la direction de Javier Juarez, le coach de Murcia.

 

 

Ce sentiment d'appartenance est très important pour Radoncic, qui a passé quatre ans au Real Madrid et a vraiment grandi dans le club. Mais lui et les dirigeants du club madrilène se sont mis d'accord sur le fait qu'il serait mieux pour lui d'aller ailleurs en prêt pour obtenir le temps de jeu nécessaire pour s'améliorer et revenir ensuite.

"Nous avons pris la décision que la meilleure chose pour moi était d'aller jouer en prêt. Apprendre, jouer et grandir. Une année m'aidera beaucoup, c'était donc une super décision", a déclaré Radoncic, qui a rejoint Madrid en 2014 à l'âge de 15 ans. "C'était dur pour moi de quitter le club parce que c'est une seconde maison pour moi. Je me sens vraiment aimé là-bas, et c'est ma famille. Mais c'était une grande motivation pour travailler dur et essayer de revenir."

 

Moments magiques

Radoncic a déjà connu de grands moments dans sa carrière avec Madrid. Le 10 octobre 2015, à l'âge de 16 ans, il a eu la chance de jouer contre une équipe NBA quand le Real Madrid a affronté les Boston Celtics.

"C'était un rêve devenu réalité. Je n'arrive toujours pas à croire que j'ai joué contre les Boston Celtics et Isaiah Thomas. J'espère que je pourrai répéter cela encore une fois, et je travaille dur pour le refaire", a dit Radoncic, qui a joué 4:59 minutes et a eu 2 rebonds dans ce match du NBA European Tour.

 

Huit jours plus tard, le 18 octobre, Radoncic a fait ses débuts en ACB espagnole contre le Gipuzkoa.

"C'était génial. J'étais dans l'équipe première à cause de la blessure de Jeff Taylor, alors ils m'ont donné une chance de faire mes débuts, et c'était super. C'était le début de quelque chose de spécial. Ma motivation n'a fait qu'augmenter", a déclaré Radoncic, qui a joué 2 minutes dans ce match - la première de ses trois apparitions en ACB cette saison-là.

Quatre jours plus tard, le 22 octobre, Radoncic faisait ses débuts en EuroLeague et marquait même un panier contre l'Etoile Rouge de Belgrade, conclusion de deux semaines de folie.

"C'était génial de faire mes débuts contre eux parce que j'ai grandi en Serbie et que tout le monde regardait ça. J'ai eu 300 messages après le match, donc c'était génial. Une grande et belle expérience, dit-il.

 

Une grande amitié avec Luka Doncic

Le temps de Radoncic au Real Madrid a coïncidé avec celui de Luka Doncic - à la fois en équipe jeunes puis à leurs débuts au sein de l'équipe professionnelle. En fait, le duo a beaucoup de similitudes. Tous deux ont été élevés dans l'ex-Yougoslavie. Radoncic est né en Allemagne, a déménagé en Espagne à l'âge de 5 ans, puis en Serbie à 8 ans. Doncic est né et a grandi en Slovénie. Tous deux ont également des pères qui étaient des athlètes. Le père de Radoncic, Damir, a joué au handball pour l'équipe nationale yougoslave et le père de Doncic, Sasa, a joué l'EuroBasket 2005 pour la Slovénie. Tous deux sont également nés en 1999 ; Radoncic a eu 20 ans en janvier et Doncic a fêté ses 20 ans fin février.

Les deux ont toujours été très proches.

"Je l'ai rencontré pour la première fois en jouant contre lui", se souvient Radoncic, qui a quitté la Serbie pour l'Espagne en 2013 et a joué une saison avec Barcelone. "Nous avons joué un tournoi U15 à Madrid, et il était déjà une grande star connue. Il a failli faire un triple-double contre nous. Nous avons parlé après le match et il m'a souhaité bonne chance. C'était dingue comme le destin nous a réuni après ça."

 

Quand on lui a demandé quand il savait que Doncic serait un joueur spécial, Radoncic a répondu : "Depuis mon arrivée au Real Madrid, je savais qu'il était spécial. Il jouait déjà avec aisance contre les seniors alors qu'il n'avait que 15 ans. On le regardait tous comme s'il était hors de ce monde."

Radoncic n'est pas surpris du tout de la façon dont Doncic impressionne les fans de la NBA.

"J'ai toujours dit qu'il ne pourrait pas s'arrêter là", a-t-il dit. "Beaucoup de gens disaient qu'il ne pourrait pas jouer en NBA, mais il domine la compétition à un niveau All-Star. J'aime la façon dont il a su jouer contre la pression, contre vents et marées, et contre tous ceux qui le détestent. Mais il a encore beaucoup à dire."

Radoncic a également dit qu'il a beaucoup appris depuis son siège au premier rang en regardant évoluer Doncic au Real Madrid.

"J'ai appris que rien n'est impossible. Et je pense qu'il l'a prouvé. Le voir jouer avec une telle assurance me donne envie de travailler plus dur et de jouer à ce niveau. Il sera toujours un grand exemple pour moi et pour tout le monde, que tu peux tout faire, peu importe les circonstances."

Un grand voyageur précoce

Radoncic est né à Giessen, en Allemagne, où son père jouait au handball. La famille - la mère de Radoncic jouait au volley-ball - a déménagé en Espagne quand Dino avait 5 ans. Et le déménagement en Serbie a eu lieu en 2007. Mais le basketball a toujours été là pour Dino.

"Tout petit, je courais dans la maison avec un maillot Allen Iverson et je plongeais sur un petit panier. Je dirais donc que le basket a toujours été dans mon sang ", dit-il.

 

Radoncic a d'abord joué au football, mais il était tellement plus grand que tout le monde sur le terrain qu'il s'est senti bien lorsqu'il est arrivé sur un terrain de basket.

La famille vivait à Zrenjanin, qui est plus proche de Novi Sad que de Belgrade. Et il se souvient très bien d'un match de basket à ses débuts.

"Ma ville est près de Novi Sad, nous y jouions donc une ligue VIBA, et il y avait une équipe de Bijeljina (Bosnie-Herzégovine) où jouait Borisa Simanic, alors je me souviens très bien de lui. Il a marqué 50 sur nous, très facilement. C'est donc lui qui m'a laissé une grande impression."

 

Pas que des bonnes expériences

Radoncic et Simanic se croiseront plus tard lors de la finale de l'Adidas Next Generation en mai 2016 à Berlin. Simanic jouait pour l'Etoile Rouge et affrontait Radoncic et Madrid dans le dernier match de la phase de groupes avec une place dans le championnat ANGT en jeu. Simanic a signé 19 points, 8 rebonds, 4 passes et 7 contres dans la victoire 79-69 de l'Etoile Rouge et Radoncic a scoré 16 points.



La finale de l'ANGT n'a pas été un bon souvenir pour Radoncic - bien qu'il ait été nommé MVP de l'événement ANGT Coin en 2017. En finale de l'ANGT cette année-là, Radoncic et Madrid menaient de 19 points face à Mega Bemax Belgrade, mais ont perdu 75 à 65 lors du premier match de la phase de groupes, ce qui a coûté à Madrid une chance d'accéder à la finale du championnat.

"C'était une défaite très difficile pour moi et toute l'équipe, a dit Radoncic, qui a compilé 22 points, 5 rebonds et 4 passes décisives dans la défaite. "Je ne peux toujours pas expliquer ce qui nous est arrivé à ce moment-là. Individuellement, le fait d'avoir été sélectionné dans l'équipe type de ce tournoi a été une chose très importante pour moi. Je savais que j'étais capable de le faire, alors je voulais porter mon équipe pour gagner. Malheureusement, nous avons perdu, mais ce fut une grande expérience d'apprentissage pour tout le monde."

L'un des coéquipiers de Radoncic dans cette équipe 2017 était Carlos Unanue, maintenant son coéquipier avec Murcia, où le duo est également rejoint par Emanuel Cate.

"C'était super de les voir ici. Quand on arrive dans une nouvelle équipe, c'est toujours bien de voir des visages familiers, des visages à qui on sait déjà parler. Ils m'ont donc tous les deux aidé à faciliter ma transition ", a déclaré Radoncic.

Ses débuts à Murcie, lui ont également permis de recommencer à travailler avec Javier Juarez, son ancien entraîneur dans les rangs des équipes de jeunes madrilènes.

"Javi Juarez a été une partie importante de ma carrière. Nous avons en quelque sorte le même caractère et la même mentalité gagnante, donc nous avions vraiment un lien très fort. A la fin de ma première année, j'avais hâte de jouer à nouveau pour lui, et quand j'ai eu l'occasion, je n'ai pas hésité du tout," dit Radoncic.

Le nouveau joueur de Murcia a été un peu attristé par le licenciement de Juarez fin janvier.

 

 

"Je me sentais mal, bien sûr. Je pensais à ce que j'aurais pu faire de mieux pour l'aider. Javi est un très bon jeune entraîneur et ce n'était que son premier club en ACB. La vie vous confronte parfois à des obstacles et à des situations difficiles, mais je crois qu'il reviendra plus fort et qu'il réussira ", a dit Radoncic. "C'est aussi quelqu'un de bien, donc même s'il n'est pas mon coach, il me conseille et essaie de m'aider."

Radoncic sait en même temps que le nouvel entraîneur de Murcia, Sito Alonso, l'aidera aussi à s'améliorer, surtout s'il sait qu'il a été entraîneur pendant de nombreuses années à Joventut Badalona et a aidé à former des joueurs comme Rudy Fernandez et Ricky Rubio.

"Sito est une grande personne et un grand coach : Je sais que je vais beaucoup m'améliorer avec lui. Tous les joueurs croient en lui autant qu'il croit en nous, et je pense que nous créons un grand lien ensemble. Nous allons traverser cette situation difficile en travaillant jour après jour et en étant ensemble."

 

Avec l'équipe nationale

Une autre date importante pour Radoncic était le 31 août 2016. C'était le premier match de qualification du Monténégro pour l'EuroBasket 2017 contre la Slovaquie. Et Radoncic a assuré 3 points, 2 rebonds et 2 passes dans le match à Podgorica - à seulement 17 ans.

"A 17 ans à peine, c'était incroyable pour moi de débuter en équipe nationale, et encore plus de marquer. Je me sentais bien d'avoir aidé mon équipe nationale à atteindre le but, a dit Radoncic, qui a tourné en moyenne à 5,7 points, 3,3 rebonds, 1,3 passes et 1,0 interception en six matchs de qualification.

“LE MONTÉNÉGRO EST LE PAYS DE MA FAMILLE, MES RACINES, D'OÙ VIENT MON SANG, DONC C'ÉTAIT UN CHOIX FACILE. ET LEUR PROJET ET LEURS PENSÉES À MON ÉGARD ÉTAIENT AUSSI GÉNIAUX.”- Radoncic

 

Non seulement c'était son premier match en équipe nationale senior, mais c'était aussi la fin de toutes les discussions quant à savoir pour quel pays Radoncic allait jouer. N'ayant jamais joué au niveau international dans les rangs des jeunes, Radoncic a débattu de la possibilité de jouer pour le pays natal de son père, le Monténégro, son propre pays natal, l'Allemagne ou le pays où il a grandi en Serbie.

"Le Monténégro est le pays de ma famille, mes racines, d'où vient mon sang, c'était donc un choix facile. Et leur projet et leurs pensées à mon égard étaient aussi formidables ", a raisonné Radoncic.

Le Monténégro a joué à l'EuroBasket 2017 et l'entraîneur expérimenté Bogdan Tanjevic, qui a la réputation de donner leurs chances aux jeunes joueurs, a emmené Radoncic, 18 ans, en Roumanie. Et le premier match du Monténégro a été contre l'Espagne - une équipe que Radoncic connaissait bien pour avoir joué dans le pays.

"C'était une expérience folle de jouer contre cette équipe espagnole forte, mais ce qui m'a laissé un bon souvenir, c'est le match contre Pau Gasol. Je voulais même lui demander un autographe après le match, mais comme nous avons perdu de 39 points, ce n'était pas le meilleur moment", a dit Radoncic, qui a joué 11 minutes et a eu 1 passe et 1 interception.

 

Dino Radoncic face à l'Espagne à l'EuroBasket FIBA 2017

Radoncic a ensuite joué 24 minutes et a marqué 13 points contre la Roumanie et a obtenu 2 points, 2 rebonds et 2 interceptions en 17 minutes contre la Lettonie.

"Les souvenirs sont bons, mais je ne suis toujours pas satisfait de certaines choses. Ce match contre la Roumanie n'était qu'un rappel de ce que je peux faire à un si jeune âge", a-t-il déclaré.

“La plus belle et heureuse défaite”

Radoncic a également eu la chance de jouer dans deux fenêtres lors des qualifications européennes de la Coupe du monde 2019, dont la dernière fenêtre le mois dernier. Il a joué 33 secondes dans la défaite du Monténégro à domicile contre la Lettonie (80-74), ce qui a suffi pour décrocher son premier billet pour la Coupe du Monde, car le Monténégro pouvait se permettre une défaite de huit points.

 

"C'est la plus grande et la plus heureuse défaite de ma carrière. La Lettonie est une excellente équipe et elle est venue à Podgorica avec cinq joueurs d'Euroleague. Je pense que nous avons fait un excellent travail pour les empêcher de gagner par plus de huit points. C'était un match très difficile, mais nous avons surmonté les moments difficiles, et à la fin, c'est la qualification qui compte."

Interrogé sur les célébrations dans la capitale du Monténégro après le match, Radoncic a déclaré : "La fête à Podgorica était absolument folle. C'est la première fois que ce pays se qualifie pour la Coupe du Monde depuis son indépendance en 2006. C'était vraiment quelque chose de spécial. J'espère que nous pourrons célébrer d'autres choses dans un avenir proche."

Même s'il n'a disputé que trois matches des éliminatoires européennes (0 point, 5 rebonds et 1 passe décisive en 20 minutes), Radoncic est honoré d'avoir aidé le Monténégro à réserver son billet pour la Chine cet été.

"Ce fut un honneur d'aider ce pays à se qualifier. J'ai essayé d'aider mon équipe du mieux que j'ai pu, et je pense que j'ai fait un excellent travail. Mais je ne suis jamais satisfait et je pense qu'à l'avenir, je serai plus utile à cette équipe nationale."

 


Une opposition difficile face à Anvers

Mais avant cela, Radoncic veut aider Murcia à traverser sa saison Dr. Jekyll et Mr. Hyde - avec une fiche de 6-15 qui les classe à l'avant-dernière place de la Liga Endesa et une première place avec 13-1 dans le Groupe A de la Basketball Champions League.

Radoncic s'est bien comporté pour endosser un rôle plus important dans une compétition paneuropéenne.

“ANVERS EST UNE GRANDE ÉQUIPE, UNE ÉQUIPE TRÈS SOLIDE, ET NOUS SAVONS QUE CE SERA UN MATCH DIFFICILE. ON A HÂTE DE COMMENCER LES PLAYOFFS ET DE MONTRER DE QUOI ON EST CAPABLES.”- Radoncic

 

"D'après ce que j'ai vu jusqu'à maintenant, la BCL est une grande ligue organisée avec de bonnes et fortes équipes. Je pense que nous avons fait une belle s série dans le groupe, mais je veux que nous continuions à grandir, et j'espère que nous atteindrons le Final Four et que nous gagnerons. Ce serait une grande réussite ", a déclaré M. Radoncic.

Mais la route vers le carré d'as est longue et commence par un huitième de finale très difficile avec Telenet Giants Antwerpen.

"Anvers est une grande équipe, une équipe très solide, et nous savons que ce sera un match difficile. On a hâte de commencer les playoffs et de montrer de quoi on est capables."

Pour Radoncic, une chance de briller dans les playoffs serait une progression logique alors qu'il passe à l'étape suivante de sa jeune carrière déjà couronnée de succès.

 

Les chroniqueurs de la Basketball Champions League écrivent sur un large éventail de sujets relatifs au basket qui les intéressent. Les opinions qu'ils expriment sont les leurs et ne reflètent en aucun cas celles de la FIBA ou de la Basketball Champions League.

La Basketball Champions League n'assume aucune responsabilité et ne donne aucune garantie, garantie ou représentation, implicite ou autre, pour le contenu ou l'exactitude du contenu et de l'opinion exprimée dans l'article ci-dessus.