17/04/2019
David Hein's Champions League Home Grown
to read

Akyazili d'Anvers utilise l'esprit guerrier pour combattre les moments difficiles

Pour encourager le développement d'un plus grand nombre de jeunes talents locaux, la Basketball Champions League requiert  que ses équipes inscrivent au moins 5 joueurs formés à domicile sur la feuille de match (si 11 joueurs ou plus sont inscrits, sinon 4 si le roster compte 10 joueurs ou moins). Beaucoup de ces joueurs sont considérés comme des talents de haut niveau dans leurs pays respectifs et j'y jetterai un coup d'œil tout au long de la saison.

 

ANVERS (Belgique) - Les tatouages ont une signification particulière pour ceux qui les portent. Chaque fois que Thomas Akyazili traverse une période difficile, le meneur de jeu des Telenet Giants Anvers peut simplement regarder le tatouage d'un guerrier sur son bras gauche et les choses s'améliorent.

Akyazili a déjà vécu sa part de moments difficiles dans sa jeune carrière de basketteur. Mais le jeune homme de 22 ans a également connu des moments forts, notamment en aidant Anvers à atteindre le Final Four de la Basketball Champions League lors de la première campagne du club en saison régulière.

"Ça fait du bien. Nous avons travaillé si fort et c'est formidable d'accomplir cela avec notre jeune groupe ", dit Akyazili, qui a obtenu en moyenne 2,7 points, 1,7 rebond et 1,0 interception en 10 matchs de BCL cette saison. "Personne ne s'attendait à ce que nous en soyons là où nous en sommes aujourd'hui, et c'est encore mieux. Nous savons tous qu'une fois au Final Four, tout est possible, alors j'ai hâte de terminer notre campagne européenne sur une note positive."

 

Après avoir terminé quatrième dans un Groupe C difficile, Anvers a battu UCAM Murcia en huitièmes de finale, puis Nijni Novgorod en quarts de finale. Quelques jours après avoir été le premier club belge à atteindre un Final Four européen, Anvers a été choisie comme ville hôte de l'événement du 3 au 5 mai.

"C'était un peu fou parce que c'est allé si vite. Le Final Four est quelque chose dont nous rêvions seulement en début de saison et maintenant nous l'accueillons, c'est vraiment incroyable", a déclaré Akyazili. "Je pense que c'est vraiment bien pour la Belgique d'accueillir un événement de basket aussi gros et important. J'espère que cela aidera à faire connaître le basket belge et à attirer encore plus de monde et d'attention à nos matchs."

Akyazili a attiré l'attention sur son jeu tout au long de sa jeune carrière en Belgique. Il a commencé à jouer à l'âge de 6 ans et, ayant grandi à Anvers, il était un fan des Giants d'Anvers.

"Quand j'étais plus jeune, j'allais à tous les matches à domicile pour les voir jouer", raconte Akyazili, qui a rejoint Anvers à l'âge de 14 ans et a commencé à pratiquer avec l'équipe première après deux ans..

Les moments difficiles avec la Belgique

Le meneur de jeu a fait ses débuts en équipe nationale jeune 2013, lorsqu'il a participé au Championnat d'Europe FIBA U16 2013 en tant que troisième meilleur scoreur avec 19,9 points, 4,8 rebonds et 2,2 passes décisives. Mais la Belgique a perdu contre la Lettonie dans le match de classement 13-14 et a été reléguée en Division B. Ce n'était que le premier d'une longue série de souvenirs avec le maillot belge qu'Akyazili préfère oublier - ou des moments où il regardait son tatouage de guerrier en bas et disait, ok, ça va aller.

Un autre coup d'œil au tatouage est survenu l'été suivant quand il a signé en moyenne 15,1 points, 4,6 rebonds et 4,1 passes au Championnat d'Europe FIBA U18 2014, mais la Belgique a terminé 15ème et a de nouveau été reléguée en Division B. En 2015, Akyazili a joué le Championnat d'Europe FIBA U20 2015 et la Belgique est arrivée en quart de finale pour se hisser à la 8ème place.

 

La relégation a encore soldé le Championnat d'Europe FIBA U20 2016, où il a obtenu en moyenne 13,0 points, 4,4 rebonds et 2,7 passes, mais la Belgique a perdu contre la France dans le classement 13-14 et est tombée en Division B.

"Oh, merci de me le rappeler", a déclaré Akyazili quand on lui a posé des questions sur la relégation trois fois en quatre étés avec la Belgique. "La réponse est facile, nous n'étions pas assez bons. J'ai l'impression que nous avions beaucoup de talent, mais d'une certaine façon, ça ne marchait pas vraiment sur le terrain et parfois, nous n'étions pas à la hauteur des meilleures équipes. Souvent, nous étions reconnaissants d'être dans la Division A au lieu de concourir pour rester dans la Division A."

Bien que la Belgique soit un pays en plein essor, elle n'a pas encore retrouvé sa place en Division A dans aucune de ces catégories d'âge depuis lors.

"C'est dommage, mais en même temps, j'ai donné tout ce que j'avais à chaque fois que je portais le maillot belge", a déclaré Akyazili. "J'espère qu'une équipe réussira à l'avenir parce que je crois vraiment que la Belgique a assez de talent."

Akyazili n'a pas seulement eu de mauvais moments en portant le maillot de la Belgique.

La dureté d'un guerrier

Le bras gauche d'Akyazili est une myriade de tatouages s'étendant de l'épaule au poignet et faisant le tour de tout son bras, le premier en 2016 et le dernier un an plus tard.

"J'ai toujours été un fan de tatouages parce que j'aime la façon dont les gens voient un symbole, mais pour vous, il y a toute une histoire et une signification derrière tout ça ", dit-il.

Le tatouage préféré d'Akyazili est celui d'un guerrier, qui était le dernier qu'il avait fait.

"Il symbolise la ténacité et la combativité de ma mère, dit-il.

En 2010, Akyazili avait 13 ans lorsque sa mère s'est vu diagnostiquer un cancer. Elle ne s'est jamais laissée abattre par la maladie, elle a fait preuve de résilience et s'est assurée que ses deux fils allaient bien. Et après cinq ans de combat, sa mère a fini par vaincre le cancer.

"Elle ne se plaignait jamais et gardait toujours la tête haute tout en prenant soin de moi et de mon frère. Chaque fois que je vois le tatouage, cela me rappelle que peu importe les moments difficiles que je traverse, je dois juste garder la tête haute et continuer. Finalement, tout va s'arranger."

Le basket universitaire

En 2015, Akyazili décide de quitter Anvers et de partir aux Etats-Unis pour s'inscrire à l'Université du Colorado afin de jouer dans le basket universitaire.

"Je voulais sortir de ma zone de confort. J'ai toujours adoré regarder le basket universitaire et quand j'ai eu l'occasion d'en faire l'expérience, j'ai décidé d'y aller ", dit-il. "L'une des choses que j'admirais le plus aux États-Unis, c'était le battage médiatique et l'amour du basket."

Sa première saison avec les Buffaloes a été solide avec une moyenne de 3,7 points, 1,6 rebonds et 1,6 passes.

"En repensant à ma première année, j'ai eu beaucoup de hauts et de bas - de très bons matchs et de mauvais matchs. Les matchs que je n'oublierai jamais sont ceux que j'ai joué contre beaucoup de gars qui sont en NBA en ce moment et l'expérience de jouer devant 10.000 personnes chaque match est folle", a déclaré Akyazili, qui a inscrit notamment 10 points contre Washington State et 9 points, 4 rebonds et 3 passes décisives contre Washington.

 

Le point culminant de cette saison freshman a été la qualification de Colorado au très populaire tournoi de la NCAA, où les Buffaloes ont perdu 74 à 67 au premier tour contre le Connecticut.

"C'était un match bizarre, nous étions à +15 à la mi-temps et nous avons perdu ce match", a dit Akyazili, qui est resté bloqué à 0 point avecr quatre tirs manqués, 1 rebond, 1 passe et 1 interception. "Pour être tout à fait honnête avec vous, je savais que c'était important, mais je ne savais pas exactement à quel point c'était important jusqu'à ce que je revienne sur le campus et que tout le monde ait littéralement vu ce match. J'aurais aimé qu'on gagne ce match, mais je n'oublierai jamais ma participation à la March Madness."

 

En difficulté dans sa deuxième année

Akyazili n'a pas été en mesure de s'appuyer sur cette saison de première année et il a fini par regarder son tatouage guerrier vers le bas un certain nombre de fois.

"Après ma première année, j'avais de grandes attentes pour ma deuxième année et c'était mentalement difficile de ne pas vraiment avoir l'opportunité que je pensais mériter."

Akyazili a signé 8 points et 6 passes décisives lors du premier match de sa deuxième saison à Boulder. Mais ces chiffres sont restés comme les plus hauts de la saison et il n'a pas marqué plus de 2 points dans ses 17 derniers matchs de la saison. Il a eu du mal au niveau de son shoot en première année, ne tirant qu'à 32% de réussite, dont 29% derrière la ligne à trois-points. Mais ces chiffres ont diminué au cours de sa deuxième année, avec seulement 29 % de ses tentatives, dont un cauchemardesque 1 sur 21 (5 %) aux tirs extérieurs, avec une moyenne de 1,7 point, 1,0 rebond et 1,3 aide en 10 minutes par match.

"Au début, je pensais à un transfert, mais je ne voulais pas rater une année entière (comme le stipule le réglement NCAA), alors j'ai décidé de commencer ma carrière professionnelle à Anvers", a-t-il conclu. "En dehors du basket, je pense que j'ai vraiment grandi en tant que personne, être à l'autre bout du monde sans ma famille et vivre une culture différente est quelque chose que personne ne pourra jamais m'enlever. Beaucoup de gens pensent que c'était une erreur d'aller aux Etats-Unis, mais si je pouvais remonter le temps, je le referais."

Akyazili a dit qu'il a appris aux Etats-Unis la "ténacité mentale et l'expérience" qui l'ont aidé à se préparer à devenir un professionnel - et à savoir que le guerrier était toujours là.

Retour à Anvers

Une fois qu'Akyazili a décidé de revenir en Europe, son choix de club a été facile - les mêmes géants d'Anvers où il a grandi.

"Pour moi, c'était l'occasion de reprendre confiance en moi dans un environnement que je connaissais bien. Le fait d'être proche de ma famille et de mes amis a également joué un rôle ", a dit Akyazili.

Avant que Thomas Akyazili n'aille jouer en université aux Etats-Unis, l'actuel entraîneur anversois Roel Moors était encore un joueur du club - et le coéquipier d'Akyazili.

L'une des principales différences par rapport à sa dernière saison au club est sa relation avec Roel Moors, qui était encore coéquipier d'Akyazili en 2015 et qui est maintenant l'entraîneur.

"Oui, c'était un peu bizarre au début. Je me souviens qu'à l'époque où nous jouions ensemble, il plaisantait toujours et maintenant il était devenu l'entraîneur, donc notre relation est un peu différente", a dit Akyazili.

Le début de sa carrière professionnelle a eu un petit contretemps, car il a subi une opération du dos en Juillet 2017 et n'a pu jouer que fin Octobre - un autre revers qui l'a conduit à penser à son tatouage guerrier.

"Ce furent les mois les plus longs de ma vie, en moyenne 4 heures par jour et l'homme que je détestais chaque seconde de ma vie. Tout cela en valait la peine après avoir été de retour sur le terrain avec mes coéquipiers ! Je ne prends plus rien pour acquis. Il m'a fallu du temps pour retrouver le rythme du jeu et de revenir à l'ancien moi ", a déclaré Akyazili sur Facebook.

Cela lui a coûté une chance de disputer l'EuroBasket 2017, mais une fois de retour sur le terrain, il a montré son talent en devenant l'étoile montante de l'année du championnat de Belgique.

 

Sur la saison, il a obtenu en moyenne 6,4 points, 2,2 rebonds et 2,7 passes, dont un match avec 19 points contre Louvain et un autre avec 10 passes contre Louvain.

 

La saison 2017-18 a également vu Akyazili faire ses débuts en équipe nationale senior lors des qualifications européennes pour la Coupe du Monde 2019.

"C'était très important parce que je le voyais comme une récompense pour le travail que j'y faisais. Nous avons perdu ce match, mais j'étais heureux que l'entraîneur m'ait donné l'occasion de jouer", a-t-il déclaré à propos de son 1 rebond en 8 minutes contre la Bosnie-Herzégovine le 23 février 2018.

Il a même été dans le cinq de départ contre l'Islande en février 2019 et a récolté 8 points, 1 rebond, 1 passes décisives et 2 interceptions lors de ce match pré-qualificatif pour l'EuroBasket 2021.

"J'ai beaucoup apprécié et j'espère que ce n'est que le début de ce que l'avenir nous réserve ", a-t-il dit.

Plus de blessures

Akyazili n'a pas pu rester à l'écart des blessure car il a subi une nouvelle opération du dos après la saison 2017-18. Après seulement 5 ou 6 semaines de jeu, il s'est cassé un doigt et a manqué environ six semaines - de début novembre à fin décembre.

C'était encore là - le tatouage du guerrier : combattez à travers ceci et de meilleures choses viendront. Et Akyazili et l'équipe ont reçu de bonnes choses.

"Ma mentalité était de faire tout ce qu'on attendait de moi. L'équipe était déjà bien rodée et je voulais juste en faire partie et faire ce qu'ils avaient besoin de moi. Jouer dur en défense, aider mes coéquipiers à obtenir de bons tirs et apporter beaucoup d'énergie", a déclaré Akyazili.

En mars, Anvers a battu Filou Oostende pour remporter la Coupe de Belgique pour la première fois depuis 2006-07 et mettre fin à une série de six trophées de d'Oostende.

"C'était incroyable. L'année dernière, nous n'avons pas réussi à nous imposer en finale contre Ostende, dont les battre en Coupe de Belgique était une sorte de résilience", a-t-il déclaré. "Quand ma carrière sera terminée, je ne pourrai pas vous dire combien de points j'ai marqués en moyenne et combien de passes j'ai faites, mais gagner une coupe est quelque chose que je n'oublierai jamais.

Anvers a attiré l'attention tout au long de la saison parce qu'il s'agit d'une équipe très jeune, qui ne compte aucun joueur de plus de 27 ans. Mais cela ne veut pas dire qu'Akyazili et ses coéquipiers sont inexpérimentés.

"L'année dernière, nous avons joué en finale belge et nous avons perdu, nous nous souvenons tous de ce sentiment et nous en avons tous tiré des leçons. Cette année, nous avons participé à la finale de la Coupe et nous avons gagné, alors je pense que nous pouvons dire que nous avons de l'expérience", a-t-il dit en pensant au Final FOur. "Nous devons jouer avec beaucoup de sang-froid et beaucoup d'énergie, croire en l'autre et de bonnes choses vont arriver."

Les fans des Telenet Giants Anvers ont été d'une grande aide toute la saison pour leur protégés

Akyazili est convaincu que le public du Sportpaleis aidera son équipe.

"Je pense que ça peut être un énorme avantage pour nous. J'espère que la salle sera au complet et que nous pourrons nous nourrir de l'énergie de la foule ", a-t-il dit.

Le rêve ultime pour Akyazili serait de soulever le trophée le 5 mai, alors qu'il n'en est qu'à sa deuxième année en tant que professionnel.

"Ce serait incroyable. C'est peut-être une occasion unique dans une vie de jouer un Final Four dans notre ville. Lever le trophée serait quelque chose dont je ne pouvais même pas rêver il y a six mois."

Depuis lors, il y a eu beaucoup de fois où il a regardé son tatouage de guerrier en bas, pensant que tout ira bien - exactement comme cela s'est passé jusqu'ici.


Les chroniqueurs de la Basketball Champions League écrivent sur un large éventail de sujets relatifs au basket qui les intéressent. Les opinions qu'ils expriment sont les leurs et ne reflètent en aucun cas celles de la FIBA ou de la Basketball Champions League.

La Basketball Champions League n'assume aucune responsabilité et ne donne aucune garantie, ou représentation, implicite ou autre, pour le contenu ou l'exactitude du contenu et de l'opinion exprimée dans l'article ci-dessus.

David Hein

David Hein

Walk into the media tribune of any major basketball event and there's a good chance you will come across David Hein. Having covered dozens of FIBA events, including numerous women's and youth events, there are few players Dave doesn't know about, and few players who don't know him. His sporting curiosity means he is always looking to unearth something new and a little bit special. David Hein's Champions League Home Grown is a weekly column digging out the freshest basketball talent in the competition and assessing what the basketball landscape will look like a couple of years down the line.